Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain

Images

Carte

Description

Le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain correspond à l'emplacement de la fondation de la ville de Québec, premier établissement français permanent en Amérique, en 1608. Il est situé dans le secteur Place-Royale, au coeur de l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé site patrimonial. Le périmètre du site, de forme irrégulière, inclut tous les terrains susceptibles de contenir les vestiges des deux habitations érigées par Samuel de Champlain et comprend l'emplacement présumé des palissades et des fossés. Il englobe la place Royale et une partie des terrains bordant les rues Saint-Pierre, Sous-le-Fort et Notre-Dame, sur lesquels s'élèvent notamment la maison Louis-Fornel, l'église de Notre-Dame-des-Victoires et son presbytère, trois immeubles patrimoniaux classés. Le lieu compte 19 sites inscrits à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec. Le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain est compris dans le site patrimonial du Vieux-Québec. Une grande partie des artéfacts extraits du sol sont compris dans la collection archéologique de référence de Place-Royale, aussi classée.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2008-03-27

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité, 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain présente un intérêt pour ses valeurs historique et identitaire. C'est sur cet emplacement stratégique, fréquenté par les Amérindiens depuis environ 3000 ans, que Samuel de Champlain (vers 1567-1635) fonde le premier établissement français permanent en Amérique. Dès son arrivée à Québec, le 3 juillet 1608, il entreprend la construction d'une habitation en bois entourée de fossés et d'une palissade de pieux. Le bâtiment sert de corps de logis, de magasin et de fortin. À partir de 1624, Champlain fait remplacer ce premier bâtiment par un autre en pierre, sur le même emplacement. Ce dernier est incendié en 1632 par les frères Kirke avant leur retour en Angleterre. La seconde habitation est reconstruite l'année suivante et prend alors la forme d'un corps de bâtiment de plan en « L » flanqué d'une annexe et de deux tours. À partir de cette date, le bâtiment est essentiellement utilisé à des fins commerciales, d'abord par la Compagnie des Cent-Associés de 1633 à 1645, puis par la Communauté des Habitants de 1645 à 1663. Il devient ensuite magasin du roi, jusqu'à sa destruction lors de la conflagration qui dévaste la basse-ville de Québec en août 1682. La chapelle qui deviendra l'église de Notre-Dame-des-Victoires est construite à partir de 1688 sur les vestiges de la seconde habitation. Le site est donc occupé de façon permanente depuis quatre siècles et témoigne de la naissance de la Nouvelle-France et de l'Amérique française, ce qui en fait un lieu hautement symbolique de l'histoire du Québec.

Le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain présente également un intérêt pour sa valeur archéologique. Entre 1975 et 1988, le lieu fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles. De nombreux artéfacts d'origine amérindienne et euroquébécoise en sont alors extraits. Une grande partie de ces objets sont compris dans la collection archéologique de référence de Place-Royale, classée en 1999 et considérée comme l'une des plus prestigieuses en Amérique du Nord. Le sous-sol de l'église de Notre-Dame-des-Victoires et de la place Royale renferme notamment des fondations en pierre de la seconde habitation. Un marquage au sol indique d'ailleurs l'emplacement des vestiges de deux tours et de certains murs. Leur présence contribue fortement à la valeur patrimoniale du site patrimonial du Vieux-Québec, inscrit en 1985 sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Par ailleurs, le site conserve un potentiel de recherche très élevé. Une portion importante, située sous le lieu de culte, demeure intacte et peut contribuer à une meilleure compréhension de la vie quotidienne des divers occupants du lieu.

Le site présente en outre un intérêt pour sa valeur historique reposant sur son association avec l'explorateur Samuel de Champlain. Né à Brouage, en France, Champlain est le personnage central de la fondation de Québec. En 1603, il s'embarque pour la première fois en direction de la Nouvelle-France et, de 1604 à 1607, il prend part aux tentatives de colonisation en Acadie avec Pierre du Gua de Monts (vers 1558-1628). En 1608, Champlain convainc le sieur de Monts de l'envoyer fonder un établissement le long du fleuve Saint-Laurent. C'est à partir du comptoir de Québec qu'il poursuit ses découvertes, forge des alliances avec les groupes amérindiens, prend les armes contre leurs ennemis et développe un vaste réseau de commerce des pelleteries. Les vestiges trouvés dans le site ou qui y sont encore enfouis figurent parmi les rares traces tangibles de la présence de Champlain à Québec.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2008.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain liés à ses valeurs historique, identitaire et archéologique comprennent, notamment :
- sa situation stratégique sur la pointe de Québec, à proximité du fleuve Saint-Laurent et au pied du Cap Diamant;
- le périmètre irrégulier, englobant la place Royale et une partie des terrains bordant les rues Saint-Pierre, Sous-le-Fort et Notre-Dame, dans le secteur Place-Royale, dans le site patrimonial du Vieux-Québec;
- les 19 sites archéologiques recensés dans le périmètre classé, liés notamment à la présence amérindienne, à l'habitation de Champlain (dont les traces des palissades et des fossés) et à l'occupation permanente du site depuis quatre siècles ainsi que les vestiges, couches de sol et objets toujours enfouis (notamment sous l'église de Notre-Dame-des-Victoires) et comportant un fort potentiel de recherche et d'interprétation du lieu;
- le marquage au sol indiquant l'emplacement des deux tours et de certains murs de la seconde habitation.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain se trouve dans un secteur fréquenté depuis environ 3 000 ans par les Amérindiens au moment où Champlain s'y installe. Ceux-ci occupent la pointe de Québec de façon intermittente et dressent des camps provisoires. L'endroit constitue un lieu de rencontres et d'échanges entre les divers groupes, en plus d'offrir un répit au cours de leurs nombreux déplacements.

L'explorateur Samuel de Champlain (vers 1567-1635) est né à Brouage, en France. Il reçoit probablement une formation de géographe et de dessinateur avant de commencer à naviguer. En 1603, il s'embarque pour la première fois en direction de la Nouvelle-France. De 1604 à 1607, il prend part aux tentatives de colonisation en Acadie avec Pierre du Gua de Monts (vers 1558-1628). En 1608, Champlain convainc le sieur de Monts de l'envoyer fonder un établissement le long du fleuve Saint-Laurent. Dès son arrivée à Québec le 3 juillet de la même année, il entreprend la construction d'une habitation en bois entourée de fossés et d'une palissade de pieux. Elle sert de corps de logis, de magasin et de fortin. C'est à partir du comptoir de Québec, premier établissement français permanent en Amérique, que Champlain poursuit ses découvertes, forge des alliances avec les groupes amérindiens, prend les armes contre leurs ennemis et développe un vaste réseau de commerce des pelleteries.

D'importantes réparations sont effectuées au bâtiment dans les années suivant sa construction. En 1623, charpentiers et maçons recommandent à Champlain de faire ériger une nouvelle habitation plutôt que de remettre l'ancienne en état. L'année suivante s'amorce l'édification du bâtiment, en pierre tirée des parois du cap Diamant. En 1629, les frères Kirke prennent Québec, qui passe sous domination anglaise. Trois ans plus tard, la colonie est rétrocédée à la France, et les Kirke incendient l'habitation avant de rentrer en Angleterre. L'édifice est reconstruit en 1633 et prend alors la forme d'un corps de bâtiment en « L » flanqué d'une annexe et de deux tours. La même année, le fondateur de Québec s'établit au fort Saint-Louis, construit treize ans plus tôt en haute-ville. À partir de cette date, l'habitation est essentiellement utilisée à des fins commerciales. Elle sert de magasin pour la Compagnie des Cent Associés de 1633 à 1645, puis pour la Communauté des Habitants de 1645 à 1663, avant de devenir magasin du roi. Plusieurs bâtiments sont érigés à proximité et un quartier à forte vocation commerciale se crée. Déjà menacée de ruine, la seconde habitation est détruite lors de la conflagration qui dévaste la basse-ville de Québec en août 1682. La chapelle qui deviendra l'église de Notre-Dame-des-Victoires est construite à partir de 1688 sur les vestiges du magasin du roi.

Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques sont réalisées dans les années 1970 et 1980, sans pour autant épuiser le potentiel de recherche et d'interprétation encore important du périmètre aujourd'hui classé. Le sous-sol du lieu de culte et de la place Royale conserve notamment des vestiges en pierre de l'habitation. Un marquage au sol a été effectué afin d'indiquer l'emplacement des deux tours et de certains murs. La présence de ces vestiges figure parmi les motifs invoqués en 1985 pour l'inscription du site patrimonial du Vieux-Québec sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Une grande partie des objets extraits du site sont compris dans la collection archéologique de référence de Place-Royale, classée en 1999.

Le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain est classé en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Localisation informelle :

L'emplacement du site est repérable grâce au marquage au sol de place Royale.

Latitude :

46° 48' 46.0"

Longitude :

-71° 12' 9.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 212 181
  • Lot 1 212 784 Ptie
  • Lot 1 212 785
  • Lot 1 212 786 Ptie
  • Lot 1 212 791
  • Lot 1 212 792
  • Lot 1 212 793
  • Lot 1 212 794
  • Lot 1 212 795
  • Lot 1 212 796
  • Lot 1 213 128 Ptie
  • Lot 1 213 554 Ptie
  • Lot 1 213 555
  • Lot 1 314 920 Ptie
  • Lot 1 314 952 Ptie
  • Lot 1 314 953 Ptie
  • Lot 1 314 979 Ptie
  • Lot 1 314 980 Ptie
  • Lot 1 315 297

Code Borden

CeEt-160 CeEt-161 CeEt-165 CeEt-166
CeEt-167 CeEt-168 CeEt-179 CeEt-180
CeEt-181 CeEt-182 CeEt-183 CeEt-202
CeEt-203 CeEt-204 CeEt-205 CeEt-58
CeEt-596 CeEt-601 CeEt-720 CeEt-9

Haut de la page

Documents

Références

Notices bibliographiques :

  • CHAPDELAINE, Claude, Norman CLERMONT et Jacques GUIMONT. L'occupation historique et préhistorique de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 76. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1992. 426 p.
  • CÔTÉ, Renée. Place-Royale: quatre siècles d'histoire. Images de sociétés. Québec, Saint-Laurent, Musée de la Civilisation, Fides, 2000. 188 p.
  • DURANLEAU, François. La Place Royale: deux siècles et demi d'histoire. Québec, Ministère des affaires culturelles, Direction des communications, 1981. 30 p.
  • FISCHER, David Hackett. Le rêve de Champlain. Montréal, Boréal, 2011. 998 p.
  • GAUMOND, Michel. « Rapport des sondages archéologiques exécutés dans le sous-sol de l'église Notre-Dame-Des-Victoires, 15 mai- 9 juin 1978 ». BARRÉ, Georges, dir. et Corneliu KIRJAN. Activités archéologiques 1977-1978. Dossier, 49. Québec, Direction générale du patrimoine, Ministère des Affaires culturelles, 1981, p. 416-430.
  • GAUMOND, Michel. « Un choix judicieux : La pointe de Québec ». Cap-aux-Diamants. No 62 (2000), p. 27-31.
  • GENÊT, Nicole et Corneliu KIRJAN. « La fondation de la ville de Québec, ce que révèlent les fouilles de la place Royale, la première Habitation de Champlain ». Dossiers de l'archéologie (1978), p. 72-80.
  • LAPOINTE, Camille. Trésors et secrets de Place-Royale : aperçu de la collection archéologique. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1998. 217 p.
  • MOUSSETTE, Marcel et Françoise NIELLON. L'Habitation de Champlain. Collection Patrimoines, série Dossiers, 58. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1985. 531 p.
  • NOPPEN, Luc, Claude PAULETTE et Michel TREMBLAY. Québec : trois siècles d'architecture. Montréal, Libre expression, 1979. 440 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013