Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Fondation de Québec

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Événement historique Ministre de la Culture et des Communications 2013-06-27
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Le 3 juillet 1608, l'explorateur Samuel de Champlain débarque à Québec en compagnie d'une trentaine d'ouvriers et y fonde le premier établissement français permanent en Amérique. D'abord un comptoir de commerce, Québec est appelée à devenir le centre administratif et politique de la Nouvelle-France.

En 1535, lors de son deuxième voyage, Jacques Cartier est le premier Européen à passer l'hiver sur le site de Québec. Fréquenté depuis près de 10 000 ans par des peuples autochtones, l'endroit est occupé par le village iroquoien de Stadaconé. Six ans plus tard, Cartier est de retour à titre de guide de Jean-François de La Rocque de Roberval. Mandatés par le roi François 1er, les deux hommes tentent d'établir une colonie permanente à l'embouchure de la rivière du Cap Rouge. Ce projet colonial, baptisé d'abord Charlesbourg-Royal, puis France-Roy, est définitivement abandonné en 1543 après que la guerre franco-espagnole force Roberval à rentrer en France.

L'idée d'implanter une colonie permanente sur le site de Québec refait surface au début du XVIIe siècle. Le commerce des fourrures ayant pris de l'importance, il devient de plus en plus intéressant d'installer un poste de traite au bord du fleuve Saint-Laurent, loin de la concurrence et près de zones riches en fourrures. En 1608, Pierre Du Gua de Monts, détenteur du monopole de la traite en Nouvelle-France, commandite l'expédition de Champlain et le charge de fonder un comptoir permanent à Québec.

Le choix de s'établir à Québec n'est pas un hasard. De 1603 à 1608, Champlain est à la recherche du lieu idéal pour fonder un établissement le long de la côte atlantique et autour du Saint-Laurent. Au terme de cette prospection, après qu'il ait considéré plusieurs sites, notamment celui de Trois-Rivières, Champlain conclut que Québec est le meilleur endroit. Il le choisit en raison de son emplacement stratégique à proximité des voies commerciales de la traite des fourrures, de son climat relativement tempéré, de la fertilité de ses sols et de l'avantage militaire que confère le promontoire constitué par le Cap Diamant.

Durant les années qui suivent la construction de la première habitation, Québec n'est guère davantage qu'un comptoir de commerce fortifié dépendant de l'approvisionnement transatlantique. Douze ans après sa fondation, seulement une soixantaine de colons y vivent. En 1629, lorsque les frères Kirke amènent leur flotte devant Québec pour l'assiéger, ils n'éprouvent aucune difficulté à obtenir sa reddition.

En 1632, au moment où la colonie est restituée à la France, un travail de reconstruction et d'édification est entrepris sous l'égide de la Compagnie des Cent Associés et, à compter de 1636, du gouverneur Charles Huault de Montmagny. Ce dernier planifie le développement de Québec, notamment par l'ouverture des premières rues et l'alignement des bâtiments. Pendant cette période, au moins 600 immigrants s'installent en Nouvelle-France, dont des jésuites qui fondent un collège dans la haute ville de Québec. Des difficultés minent toutefois les efforts de colonisation. La compagnie éprouve des problèmes financiers intermittents attribuables, entre autres, à l'inconstance et à l'incertitude de l'approvisionnement en pelleteries. À partir de 1642, la colonie est fréquemment confrontée à l'hostilité des Iroquois, dont les incursions menacent la survie de l'établissement.

La prise en main de la colonie par le roi en 1663, qui en fait une province de son royaume, établit Québec comme siège de son pouvoir en Nouvelle-France. Aux yeux de Marie Guyart, c'est à compter de cette date que le comptoir de commerce fondé par Champlain devient véritablement une ville. Toutefois, la petite bourgade de 550 habitants prendra son véritable essor au cours des décennies suivantes, pour enfin devenir la clef de voûte du système colonial français en Amérique du Nord.

Cet événement historique a été désigné par le ministre de la Culture et des Communications le 27 juin 2013.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BLAIS, Christian, Gilles GALLICHAN, Frédéric LEMIEUX et Jocelyn SAINT-PIERRE. Québec: quatre siècles d'une capitale. Québec, Assemblée nationale du Québec - Les Publications du Québec, 2008. 692 p.
  • CHOUINARD, François-Xavier. La ville de Québec. Histoire municipale. Vol. I. Cahiers d'histoire, 15. Québec, La Société historique de Québec, 1963. 116 p.
  • GRENON, Jean-Yves. Pierre Dugua de Mons, cofondateur de Québec (1608) et fondateur de l'Acadie (1604-1605). Québec, Société historique de Québec, 1999. 31 p.
  • HARE, John, Marc LAFRANCE et David-Thiery RUDDEL. Histoire de la ville de Québec, 1608-1871. Montréal, Boréal, 1987. 399 p.
  • MACBEATH, George. « Du Gua de Monts, Pierre ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • TRUDEL, Marcel. « Champlain, Samuel de ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013