Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Champlain, Samuel de

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Personnage historique Ministre de la Culture et des Communications 2013-06-27
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Baptisé le 13 août 1574 à La Rochelle, en France, Samuel de Champlain est le fils d'Antoine (Anthoynne) Chapeleau, capitaine de la Marine, et de Marguerite Le Roy.

Enrôlé dans l'armée du roi Henri IV de 1595 à 1598, Champlain sert à titre de fourrier, d'aide de camp, d'enseigne, puis de maréchal des logis.

En 1599, Champlain prend part à un premier voyage en Amérique. Il accompagne la flotte espagnole afin d'approvisionner les colonies des Indes occidentales. À son retour en Europe vers 1600, il rédige probablement un récit de voyage intitulé Brief discours...

Champlain participe à une seconde expédition vers le Nouveau Monde avec François Gravé Du Pont en 1603. Il se rend à Tadoussac, remonte le fjord du Saguenay, puis parcourt le fleuve Saint-Laurent et la rivière des Iroquois (Richelieu). Il nomme certains lieux, dont les chutes Montmorency et le lac Saint-Pierre. Il effectue un troisième voyage au Nouveau Monde de 1604 à 1607, au cours duquel il accompagne Pierre Du Gua de Monts dans l'exploration de la région de l'Acadie et la fondation de Port-Royal. Il cartographie une partie du littoral est du continent nord-américain.

Champlain revient en Amérique en 1608 à titre de lieutenant du sieur de Monts et fonde Québec le 3 juillet. Il y fait construire des bâtiments et une palissade. Après avoir exploré la rivière des Iroquois, il atteint un grand lac, auquel il donne son nom. En 1609, il affronte les Iroquois au sud de ce lac. Il s'agit alors de la première opération militaire en Nouvelle-France. De retour dans la colonie en 1610 et en 1611, il se rend sur la future île de Montréal pour trouver un endroit où construire une habitation.

En 1612, Champlain devient le lieutenant du vice-roi Henri de Bourbon, prince de Condé. Mandaté pour poursuivre l'oeuvre de Québec, il détient les pouvoirs de gouverneur sans en avoir le titre ni la commission. Il revient en Nouvelle-France en 1613. Il explore et décrit la rivière des Outaouais. L'année suivante, en France, il fonde la Compagnie des Marchands de Rouen et de Saint-Malo, aussi appelée Compagnie de Champlain. Il retourne à Québec en 1615 accompagné de récollets. Il se rend en Huronie et, avec ses alliés hurons, attaque un fort iroquois à proximité du lac Onondaga. Au cours de l'hiver, qu'il passe avec les Hurons, il dresse un portrait ethnographique relativement complet de ces derniers.

En 1618, Champlain remet un mémoire à Louis XIII dans lequel il décrit ses projets pour la Nouvelle-France. Sa politique de colonisation reçoit l'approbation du roi et de la Chambre du Commerce. Lorsque Champlain arrive à Québec en 1620, il prend possession du pays au nom du vice-roi Henri II, duc de Montmorency. Il délaisse l'exploration du territoire pour se consacrer à l'administration de la colonie. Il commence les travaux de construction du fort Saint-Louis.

En 1627, le cardinal de Richelieu prend la Nouvelle-France sous son autorité et crée la Compagnie des Cent Associés, dont Champlain fait partie. Deux ans plus tard, Champlain est confirmé dans son rôle de lieutenant. Lors de la prise de Québec par les frères Kirke en 1629, il gagne l'Angleterre où il s'entretient avec l'ambassadeur de France à Londres et cherche à récupérer la colonie. En 1632, celle-ci est restituée à la France. Champlain revient à Québec l'année suivante avec le titre de commandant de la Nouvelle-France. Il fait construire une chapelle à Québec (1633) et charge le sieur de Laviolette de fonder un poste de traite à Trois-Rivières (1634).

Champlain a dessiné plusieurs cartes de la Nouvelle-France. Il est l'auteur de nombreux récits de voyage, dont Voyages de la Nouvelle-France (1632).

Il est décédé à Québec le 25 décembre 1635.

Il avait épousé, en 1610, Hélène Boullé, fille de Nicolas Boullé, secrétaire de la Chambre du roi, et de Marguerite Alix.

Ce personnage historique a été désigné par le ministre de la Culture et des Communications le 27 juin 2013.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERTHIAUME, André. « Les voyages, de Samuel de Champlain ». LEMIRE, Maurice, dir. Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec. Tome I : Des origines à 1900. Montréal, Fides, 1980, s.p.
  • FISCHER, David Hackett. Le rêve de Champlain. Montréal, Boréal, 2011. 998 p.
  • GERME, Jean-Marie. « Origines des émigrants vers les côte d'Acadie XVIIe-XVIIIe s. : Champlain Samuel, Chuquet Pierre ». Bulletin AGCF. No 34 (2012), p. 6.
  • LITALIEN, Raymonde et Denis VAUGEOIS. Champlain : la naissance de l'Amérique française. Québec/Paris, Les éditions du Septentrion/Nouveau Monde éditions, 2004. 397 p.
  • MATHIEU, Annie. « Samuel de Champlain serait né protestant ». La Presse. La Presse [En ligne]. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201204/16/01-4515991-samuel-de-champlain-serait-ne-protestant.php
  • SÉGUIN, Maurice K. Samuel de Champlain : l'entrepreneur et le rêveur. Québec, Septentrion, 2008. 380 p.
  • TRUDEL, Marcel. « Champlain, Samuel de ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • TRUDEL, Marcel. « Champlain, Samuel de ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013