Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Récollets

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Les Récollets constituent une branche réformée de l'ordre des Franciscains. Créée en France à la fin du XVIe siècle, la communauté vise l'observation stricte de la règle de saint François d'Assise. Missionnaires et prédicateurs, ses membres mènent une vie simple et austère.

Considérés comme l'une des communautés religieuses fondatrices de la Nouvelle-France, les Récollets sont présents dès les premiers voyages de Samuel de Champlain. Le père Denis Jamet, le père Jean Dolbeau, le père Joseph Le Caron et le frère Pacifique Duplessis s'installent dans la colonie en 1615. Ce sont les premiers missionnaires à remonter le fleuve Saint-Laurent. Les Récollets sont missionnaires, titulaires de certaines cures et aumôniers des troupes de la Marine. Ils établissent leur couvent en bordure de la rivière Saint-Charles, à Québec, en 1620. Lors de la prise de Québec par les frères Kirke en 1629, ils sont forcés de quitter la colonie. De retour en 1670, à la demande de l'intendant Jean Talon, ils érigent un monastère à Montréal. Ils reprennent également possession de leur domaine à Québec, où ils font construire une église, entre 1671 et 1673, et un nouveau monastère en pierre, entre 1680 et 1684. En 1692, le domaine des Récollets est acquis par Mgr de Saint-Vallier, évêque de Québec, pour l'établissement du premier hôpital général de la colonie. Les Récollets fondent aussi une mission dans le poste de pêche de Percé en 1673. À Trois-Rivières, ils construisent un couvent en 1693, puis une église entre 1700 et 1703. Les deux bâtiments sont reconstruits en pierre en 1742 et 1754.

En 1763, la Nouvelle-France est cédée à l'Angleterre. Les autorités britanniques interdisent alors aux communautés religieuses, dont les Récollets, toute forme de recrutement en France et de recevoir des novices. Faute de relève suffisante, les Récollets sont contraints de quitter Trois-Rivières en 1776. Mgr Jean-François Hubert, en 1796, sécularise les frères entrés dans l'ordre depuis 1784. La communauté disparaît de la colonie avec la mort du père Louis Demers, dernier prêtre récollet, en 1813. Le dernier frère sécularisé décède en 1849.

Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que d'autres religieux de la famille franciscaine, dont le père Frédéric Janssoone, reviennent s'installer au Québec. Il sont de retour à Trois-Rivières en 1888, puis à Montréal vers 1890.

En 1897, le pape Léon XIII regroupe des communautés se réclamant de saint François d'Assise, dont les Récollets, pour former les Frères mineurs ou Franciscains. Aujourd'hui, les Franciscains sont toujours actifs au Canada, notamment à Trois-Rivières, à Montréal, à Lachute et à Sorel, de même qu'en Ontario et dans l'Ouest canadien.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec: de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres. Montréal, Stanké, 2001. 1861 p.
  • FLEURENT, Maurice. « Demers, Louis ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • JOUVE, O. Dictionnaire biographique des Récollets missionnaires en Nouvelle-France, 1615-1645 - 1670-1849 : province franciscaine Saint-Joseph du Canada. Saint-Laurent, Bellarmin, 1996. 903 p.
  • LAPERRIÈRE, Guy. Les congrégations religieuses de la France au Québec 1880-1914. Vol. 1. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1996. 228 p.
  • Les Franciscains du Canada. Les Franciscains du Canada [En Ligne]. http://www.ofm-canada.org/fra/franciscains/index.htm
  • THÉRIAULT, Michel. « Récollets ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013