Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1730 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Moulins à farine)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (2)

Personnes associées (6)

Images

Carte

Description

Le moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec est un moulin à farine érigé en 1730. Cette tour cylindrique en pierre, à trois niveaux, est coiffée d'un toit conique à faible pente. Le moulin est situé dans un parc urbain à l'angle de la rue Saint-François Ouest et du boulevard Langelier, à proximité de l'Hôpital général, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Le lieu est inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1988-01-27
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il s'agit d'un moulin à farine dit « banal ». Afin de stimuler le peuplement de la colonie, le seigneur est obligé de construire un moulin à farine pour ses censitaires et, en vertu du droit de banalité, il est le seul à pouvoir le faire. En contrepartie, les censitaires doivent y faire moudre leurs grains et verser au seigneur une redevance. Quatre seigneuries dépendent des Augustines de l'Hôpital général durant le Régime français, soit Notre-Dame-des-Anges, des Islets, Saint-Vallier et Kamouraska, et chacune devait en principe être dotée d'un moulin banal. En 1709 et 1710, les religieuses font ériger un premier moulin à vent en bois dans la seigneurie Notre-Dame-des-Anges, par l'architecte Jean-Baptiste Maillou dit Desmoulins (1668-1753), de Québec. Cette structure, qui s'ajoute au moulin à eau bâti en 1702, permet de répondre aux besoins en farine des censitaires et de l'hôpital. Aussitôt les travaux achevés, les religieuses se voient confier par l'intendant la charge de moudre chaque année les grains du magasin du roi, un revenu qui assure en partie l'avenir de l'institution. Une tour en pierre, élevée par le maçon Pierre Renault et le menuisier Joseph Arnois, remplace la construction en bois en 1730. Le moulin cesse de moudre le grain au cours de la première moitié du XIXe siècle. Sa présence dans un environnement profondément transformé et urbanisé constitue un précieux témoignage de la seigneurie Notre-Dame-des-Anges. Il s'agit également du seul survivant des quelque 18 moulins construits à Québec.

Le moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il constitue un exemple représentatif d'un type de bâtiment industriel, le moulin à farine. Il s'agit d'un exemple du « moulin-tour », modèle le plus répandu en Nouvelle-France. Le moulin de l'Hôpital-Général-de-Québec est caractéristique de ce type par sa tour massive en maçonnerie de pierre coiffée d'un toit conique et comprenant trois niveaux. Bien qu'il soit aujourd'hui dépourvu de ses mécanismes, sa conservation et sa mise en valeur dans un parc municipal témoignent de son activité passée.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation dans un parc, à proximité de l'Hôpital général de Québec;
- son volume, dont le plan circulaire, l'élévation de trois étages et le toit conique;
- les matériaux, dont la tour en maçonnerie de pierre et la couverture de tôle;
- les ouvertures, dont la porte en bois et la petite fenêtre;
- la pierre portant le millésime 1710.

Haut de la page

Informations historiques

L'histoire du moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec est intimement liée à celle de l'institution dont il porte le nom. En 1692, Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1653-1727) fonde cet hospice sur l'ancien domaine Notre-Dame-des-Anges, d'abord concédé aux Récollets, et en confie la direction aux Augustines. La survie de l'établissement et de la communauté est assurée par les revenus des quatre seigneuries dépendant des Augustines de l'Hôpital général, soit Notre-Dame-des-Anges, des Islets, Saint-Vallier et Kamouraska.

En 1702, les religieuses font ériger un moulin à eau sur leur propriété près de l'Hôpital général. Mis à la disposition des censitaires, il répond également aux demandes en farine de l'hospice. Alimenté par les eaux de pluie recueillies dans un réservoir, ce moulin ne fonctionne pas de manière constante et, rapidement, ne suffit pas à la demande. Comme la vie économique de l'hôpital repose en partie sur la mouture du grain, les Augustines décident de faire bâtir un moulin à vent. L'architecte Jean-Baptiste Maillou dit Desmoulins (1668-1753) de Québec est chargé de sa construction en 1709. Composé d'une tour en bois reposant sur une assise en pierre, il s'agit d'un moulin sur pivot. Dès son achèvement l'année suivante, les religieuses se voient confier par l'intendant la charge de moudre chaque année les grains du magasin du roi, ce qui leur procure des revenus additionnels.

Les religieuses exploitent les deux moulins jusqu'en 1730. Cette année-là, après avoir constaté le mauvais état de la structure en bois du moulin à vent, elles décident de la remplacer par une tour en pierre. Les travaux de maçonnerie sont réalisés par Pierre Renault et ceux de menuiserie, par Joseph Arnois. Le moulin est à nouveau fonctionnel en 1731.

De 1762 à 1772, le moulin à eau et celui à vent sont loués au maître farinier Louis Nadeau (né en 1712) du faubourg Saint-Vallier. Au terme du bail, ces constructions se trouvent dans un mauvais état et nécessitent d'importants travaux.

En 1805, le moulin à vent est gravement endommagé par un incendie au cours duquel il perd sa toiture. Restauré, il aurait servi aux activités de mouture jusqu'en 1822. En 1862, alors qu'il n'est plus en usage, le moulin est ravagé par l'incendie qui dévaste le quartier Saint-Sauveur. Les religieuses le rétablissent à titre de témoin du système seigneurial.

En 1883, le terrain est concédé par les Augustines avec une rente seigneuriale non rachetable et avec obligation pour l'acquéreur d'entretenir le moulin. En 1903, les religieuses renoncent aux droits qu'elles s'étaient réservés sur la tour. En 1941, le propriétaire et entrepreneur Adélard Deslauriers souhaite la démolir en vue de l'agrandissement de l'École technique de Québec (actuel pavillon Aline-Lebel). Elle est néanmoins conservée grâce aux pressions politiques exercées par la Commission des monuments historiques et la Commission municipale de conservation de la capitale.

L'année 1943 marque l'acquittement définitif des rentes seigneuriales payées à l'Hôpital général de Québec et l'acquisition du moulin par le gouvernement du Québec, qui l'utilise comme entrepôt frigorifique.

En 1976, le bâtiment qui enserrait la tour, n'en laissant émerger que la partie supérieure, est démoli. En 1977, le site patrimonial de l'Hôpital général de Québec est classé. Le moulin n'est pas inclus dans le périmètre, auquel il n'est pas contigu. En 1980, le ministère des Travaux publics et de l'Approvisionnement effectue d'importants travaux au moulin et aménage son terrain en parc.

Le moulin à vent de l'Hôpital-Général-de-Québec est reconnu en 1988. En 1998, la Ville de Québec réaménage l'emplacement et le désigne sous le nom de parc du Moulin-de-l'Hôpital. Le moulin est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 350, boulevard Langelier

Latitude :

  • 46° 48' 45.565"

Longitude :

  • -71° 13' 54.798"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Québec Paroisse de Notre-Dame-des-Anges Absent 3-1 ptie

Code Borden

CeEt-884      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • D'ALLAIRE, Micheline. L'Hôpital général de Québec. 1692-1764. Fleur de lys. Montréal, Fides, 1971. 251 p.
  • DIONNE, Pierre-Yves. « Moulin à vent de l'Hôpital général de Québec ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 216.
  • GAGNON, Laval et Kathy PARADIS. La tournée des vieux moulins à vent du Québec. Cap-Saint-Ignace, La Plume d'oie, 1999. 191 p.
  • GAUTHIER, Raymonde et Pierre LANDRY. Les moulins à vent du Québec. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1978. 68 p.
  • MAISONNEUVE, Ronald. Onze moulins à vent. Recherche historique. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1980. s.p.
  • MIVILLE-DESCHÊNES, Gilles et Gérald MIVILLE-DESCHÊNES. Nos moulins à vent. Québec, La documentation québécoise, 1977. 13 p.
  • OUELLET, Stéphanie. Histoire de raconter: le quartier Saint-Sauveur, arrondissement de La Cité. Itinéraires histoire et patrimoine. Québec, Ville de Québec, 2005. 24 p.
  • s.a. L'aménagement du parc du moulin de l'Hôpital général de Québec. Québec, ministère des Travaux publics et de l'Approvisionnement, 1980. 4 p.
  • Ville de Québec. « Moulin-de-l'Hôpital, parc du ». Ville de Québec. Répertoire des toponymes [En ligne]. http://www.ville.quebec.qc.ca/fr/ma_ville/toponymie/rues/moulin_de_lhopital.shtml

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013