Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Ferron, Marcelle

Type :

Personne (Femme)

Date :

  • 1924‑01‑29 – 2001‑11‑19

Occupation :

  • Artisan d'art
  • Enseignant / professeur
  • Peintre / illustrateur
  • Sculpteur

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Événements associés (1)

Groupes associés (1)

Voir la liste

Personnes associées (2)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Marcelle Ferron est née le 29 janvier 1924 à Louiseville. Elle est la soeur de Jacques et de Madeleine Ferron. Son père est notaire.

Après des études chez les Dames de Sainte-Anne de Lachine et au collège Marguerite-Bourgeois, à Montréal, Marcelle Ferron fréquente, vers 1942, l'école des beaux-arts de Québec sans terminer sa formation.

Sa rencontre avec le peintre Paul-Émile Borduas s'avère déterminante. Initiée à la peinture automatiste, Marcelle Ferron élabore un style personnel et se joint au groupe des automatistes en 1946. Deux ans plus tard, l'artiste figure parmi les signataires du manifeste Refus global, tandis que ses oeuvres sont exposées pour la première fois à la Librairie Tranquille, à Montréal.

En 1953, devant l'effritement du mouvement automatiste, Marcelle Ferron quitte le Québec pour la France. Elle installe son atelier en banlieue de Paris, où elle fréquente plusieurs artistes vivant dans la capitale française, dont Léon Bellefleur, Jean-Paul Riopelle et Edmund Alleyn. Pendant son séjour de treize ans, elle participe à plusieurs expositions et acquiert une reconnaissance internationale.

De retour au Québec en 1966, Ferron décide de se consacrer au travail du verre, auquel l'a initiée le verrier Michel Blum. Elle met au point une méthode permettant de construire des murs de lumière et réalise une première murale pour l'Expo 67, à Montréal. Elle conçoit par la suite plusieurs verrières intégrées à l'architecture, notamment pour les stations Champ-de-Mars et Vendôme du métro de Montréal, ainsi que pour des édifices publics au Québec et ailleurs dans le monde. Elle obtient le prix Paul-Émile-Borduas en 1983, en reconnaissance de l'ensemble de son oeuvre dans les domaines des arts visuels et des métiers d'art.

Outre sa carrière d'artiste, Marcelle Perron est enseignante à l'Université Laval de 1967 à 1988.

Elle est décédée à Montréal le 19 novembre 2001.

Elle avait épousé, en 1944, René Hamelin.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Bibliothèque et Archives Canada. Femmes à l'honneur: leurs réalisations [En Ligne]. http://www.collectionscanada.gc.ca/femmes/index-f.html
  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec [En Ligne]. http://www.memoireduquebec.com/
  • DAVIS, Ann. « Ferron, Marcelle ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • DESJARDINS, Marie-Paule. Dictionnaire biographique des femmes célèbres et remarquables de notre histoire. Montréal, Guérin, 2007. 600 p.
  • Ministère du Conseil exécutif du Québec. Ordre national du Québec [En Ligne]. http://www.ordre-national.gouv.qc.ca/
  • Musée d'art de Joliette. L'école des femmes : 50 artistes canadiennes au musée. Joliette, Musée d'art de Joliette, 2003. 56 p.
  • Musée national des beaux-arts du Québec. Femmes artistes du XXe siècle au Québec : oeuvres du Musée national des beaux-arts du Québec. Québec, Les Publications du Québec, 2010. 287 p.
  • Société Radio-Canada. « Marcelle Perron, peintre ». Société Radio-Canada. Les archives de Radio-Canada [En ligne]. http://archives.radio-canada.ca/clip.asp?IDClip=9152&IDCat=155&IDCatPa=145

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013