Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix-des-Soeurs-de-la-Charité
  • Chapelle des Soeurs Grises

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1874 – 1878 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles conventuelles)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Patrimoine mobilier associé (27)

Groupes associés (2)

Personnes associées (5)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix est un lieu de culte conventuel catholique d'inspiration néo-romane construit entre 1874 et 1878. Cet édifice en pierre grise à bossage présente un plan en croix latine composé d'une nef à trois vaisseaux, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle. La façade comporte une tour centrale en faible saillie couronnée d'un clocher composé de deux lanternes octogonales et d'une flèche. La base de la tour est percée d'un portail à voussures doté d'une porte à double vantail surmontée d'une imposte cintrée. Une sacristie carrée entoure le choeur au rez-de-chaussée. Cette chapelle occupe la partie centrale de la façade de l'ensemble conventuel des Soeurs de la Charité de Montréal dites Soeurs Grises. Elle est située sur le boulevard René-Lévesque, dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix bénéficie d'une aire de protection et fait également partie du site patrimonial de la maison mère des Soeurs-Grises-de-Montréal. Des objets patrimoniaux classés sont associés à cette chapelle.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1974-11-05
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1975-06-23

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec la communauté des Soeurs de la Charité de Montréal dites Soeurs Grises, fondée en 1737 par Marguerite d'Youville (1701-1771). Les religieuses créent un hôpital général, destiné à accueillir les pauvres, les malades, les aliénés et les orphelins. La chapelle de l'Invention de la Sainte-Croix est construite entre 1874 et 1878 pour desservir la maison mère de cette communauté ainsi que les pensionnaires de l'hôpital qui y était rattaché. L'édifice rappelle donc la place occupée durant près de 250 ans par cette communauté vouée aux oeuvres de bienfaisance.

La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'édifice, construit en pierre grise à bossage comme le couvent et l'hôpital auxquels il est rattaché, témoigne de l'influence du style néo-roman sur l'architecture religieuse catholique de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ce style, inspiré de l'architecture française du XIe siècle, se caractérise notamment par l'emploi généralisé de l'arc cintré. La chapelle en est une illustration notamment par les ouvertures cintrées jumelées ou groupées par trois, la frise à arcature et le portail à voussures de la façade, les arcades cintrées des collatéraux et des tribunes ainsi que les contrastes de couleurs utilisés à l'intérieur. Cette chapelle, dont le clocher serait parmi les plus hauts de Montréal, était considérée comme l'un des plus beaux édifices religieux de son époque. Par ailleurs, elle s'inscrit dans la tradition de l'architecture conventuelle québécoise selon laquelle le lieu de culte sépare la communauté de son oeuvre. Ainsi, la tribune est, accessible depuis le second étage du couvent, est réservée aux religieuses, et la tribune ouest, aux résidents de l'hôpital situé de ce côté.

La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix présente également un intérêt pour sa valeur artistique. Conçu par l'architecte Victor Bourgeau (1809-1888), son décor intérieur présente une ornementation sobre, constituée principalement par les arcs et les colonnes qui les supportent. Les divers éléments inclus dans le classement sont d'une très grande qualité. Ainsi, le maître-autel et les autels latéraux, conçus par Bourgeau et son associé Étienne-Alcibiade Leprohon (1842-1902), ont été réalisés par le marbrier sculpteur J. O'Brien. Les vitraux, installés vers 1890, ont été exécutés par la maison Champigneule de Bar-le-Duc en France. Le plancher du choeur est en marqueterie constituée d'essences de bois variées. Enfin, la chapelle est dotée d'un orgue Casavant reconstruit en 1922. L'intérieur a subi peu de modifications depuis l'installation en 1890 de quatre poutrelles de renforcement en acier ornées de motifs floraux et de volutes, décorant de manière originale la croisée.

La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Victor Bourgeau. Architecte prolifique oeuvrant principalement en architecture religieuse, Bourgeau doit sa renommée à l'estime que lui portait Ignace Bourget (1799-1885), évêque de Montréal, et aux nombreuses réalisations que ce dernier lui a confiées. Il est également reconnu comme étant l'architecte des Soeurs Grises en raison de ses nombreuses collaborations avec cette communauté. La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix constitue l'une de ses réalisations conventuelles les plus achevées.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix liés à ses valeurs historique, architecturale et artistique comprennent, notamment :
- la présence d'une crypte, incluant des croix blanches et des composantes en forme de cercueil devant chaque croix;
- sa situation au centre d'un vaste édifice, composé entre autres de l'aile réservée aux religieuses à l'est et de l'aile de l'hôpital général à l'ouest, englobé dans le site patrimonial de la maison mère des Soeurs-Grises-de-Montréal;
- son implantation en retrait de la voie publique, sur un vaste terrain paysager planté d'arbres matures;
- son volume, dont le plan en croix latine composé d'une nef à trois vaisseaux, d'un transept et d'un choeur en saillie terminé par une abside en hémicycle, le toit à deux versants droits en cuivre ainsi que la sacristie carrée entourant l'abside au rez-de-chaussée;
- la façade en maçonnerie de pierre grise à bossage, composée d'une tour centrale en faible saillie à trois niveaux couronnée d'un clocher (deux lanternes octogonales, flèche et croix) et encadrée de contreforts ainsi que les amortissements coniques, la frise à arcature et les bandeaux;
- les ouvertures cintrées groupées par trois de la tour, le portail central (porte en bois à double vantail, imposte vitrée et cintrée et voussures en pierre), les fenêtres cintrées jumelées et les chambranles en pierre de taille lisse;
- les ouvertures et les ornements des murs en maçonnerie de pierre à bossage de la nef, du transept, du choeur et de la sacristie, dont les roses, les ouvertures cintrées à petits carreaux, les fenêtres rectangulaires à guillotine et à petits carreaux, les chambranles en pierre de taille lisse, la porte en bois rectangulaire surmontée d'une imposte vitrée, la porte en bois à tympan cintré, la corniche à modillons, les chaînes d'angle et la galerie couverte;
- le décor architectural, dont la voûte d'arêtes cintrée, les arcades cintrées séparant la nef et les collatéraux et supportant les tribunes, les arcs cintrés groupés par trois fermant les tribunes latérales, la tribune arrière logeant l'orgue Casavant, les colonnettes engagées encadrant les ouvertures et les bandeaux à denticules;
- le maître-autel et les deux autels latéraux en marbre, les autels en bois et en verre peints à la main des chapelles aux extrémités du transept ainsi que les confessionnaux et les bancs;
- les poutrelles de renforcement en acier ornées de motifs floraux et de volutes;
- les boiseries, dont le plancher du choeur en marqueterie d'essences variées;
- les vitraux aux couleurs vives.

Haut de la page

Informations historiques

Les Soeurs de la Charité de Montréal, ou Soeurs Grises, font construire un nouvel hôpital général en 1869. L'ancien hôpital situé à la Pointe-à-Callière n'est plus approprié pour le soin des indigents, en raison de la croissance des activités portuaires et des crues printanières. Les travaux de construction de la chapelle débutent en 1874. L'architecte choisi pour ce projet est Victor Bourgeau (1809-1888).

Selon les plans d'origine, la chapelle devait posséder deux clochers, mais un seul clocher central d'un peu plus de 37 mètres, qui figurait parmi les plus hauts de Montréal à l'époque de sa construction, est élevé. Il est complété en 1890 selon les dessins des architectes Maurice Perrault (1857-1909) et Albert Mesnard (1847-1909).

Le maître-autel et les deux autels latéraux, dédiés l'un au Père Éternel et l'autre au Sacré-Coeur, sont l'oeuvre du marbrier-sculpteur J. O'Brien. Les vitraux, installés vers 1890, ont été réalisés par la maison Champigneule de Bar-le-Duc en France. Sous la chapelle se trouve une crypte aménagée dans la seconde moitié du XIXe siècle, où sont inhumées les pionnières de la communauté.

La chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix est classée en 1974. Elle bénéficie d'une aire de protection depuis 1975. L'ensemble de la maison mère des Soeurs-Grises-de-Montréal, incluant la chapelle, est classé en 1976.

À la fin des années 1990, la chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix est restaurée. À l'occasion, les murs et les colonnes sont repeints, le plâtre est refait, les bancs retrouvent leur couleur d'origine et des tuiles sont retirées dans le choeur, mettant au jour le plancher de marqueterie aux essences de bois variées. L'ensemble conventuel est acquis en 2007 par l'Université Concordia, qui prévoit y aménager sa faculté des Arts.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Latitude :

  • 45° 29' 36.8"

Longitude :

  • -73° 34' 36.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Inconnue Absent 1592 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Beaupré et Michaud, architectes. Évaluation patrimoniale des bâtiments et du site du couvent des Soeurs Grises de Montréal. Rapport préliminaire présenté à l'Université Concordia. Montréal, 2006. 16 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • Communauté urbaine de Montréal. Service de la planification du territoire. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal : les couvents: architecture religieuse 2. Montréal, CUM, Service de la planification du territoire, 1984. xxix, 391 p.
  • GAUTHIER, Raymonde. « Chapelle de l'Invention-de-la-Sainte-Croix ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 112-112.
  • GAUTHIER, Raymonde. « Domaine des Soeurs grises de Montréal ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 113-116.
  • GAUTHIER, Raymonde. Victor Bourgeau et l'architecture religieuse et conventuelle dans le diocèse de Montréal (1821-1892). Université du Québec à Montréal, 1983. 429 p.
  • LITALIEN, Rolland, dir. L'Église de Montréal: aperçus d'hier et d'aujourd'hui, 1836-1986. Montréal, Fides, 1986. 397 p.
  • MARTIN, Tania. « The Mother House of the Grey Nuns : A Building History of the General Hospital ». Journal de la Société pour l'étude de l'architecture au Canada. Vol. 24, no 2 (1999), p. 40-49.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 2. Montréal, Les Éditions La Presse, 1988. 421 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013