Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Mitchell, Louis

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 30 septembre 1822 à Montréal, Louis Mitchell est le fils de Samuel Mitchell, menuisier, et de Marie Charlotte Langlois dit Traversy.

Lors de son passage à l'école de musique de l'abbé Charles-Joseph Ducharme, au collège Sainte-Thérèse, Mitchell commence à s'intéresser aux orgues. De 1855 à 1860, il est apprenti chez le facteur d'orgues Samuel Russell Warren.

Associé à Charles Forté de 1861 à 1865, Mitchell connaît, avec ce dernier, un succès rapide et fabrique ses trois premiers orgues dès la première année. La bonne qualité d'exécution des instruments permet l'obtention de contrats prestigieux par sa société, dont la réfection de l'orgue de la cathédrale de Notre-Dame-de-Québec en 1864. Grâce au travail minutieux que le facteur d'orgues effectue pour cette commande, ainsi qu'aux critiques élogieuses qu'il reçoit, les Jésuites retiennent ses services, en 1870, pour la fabrication de l'orgue de l'église Holy Family à Chicago. La renommée de l'artisan dépasse les frontières de la province de Québec et il est sollicité à Saint-Boniface (Manitoba), à Guelph (Ontario) et à Tignish (Île-du-Prince-Édouard). Parmi ses nombreuses réalisations dispersées dans la province figurent notamment les orgues de l'église de Saint-Romuald (1869), de l'église de Saint-Michel à Vaudreuil (1871), de l'église de Saint-Roch-de-Richelieu (1872) et de l'église de Saint-André de Kamouraska (1874).

Mitchell est reconnu pour la qualité de la tuyauterie de ses instruments et pour la valeur artistique des buffets d'orgues qu'il conçoit. Il importe d'abord ses tuyaux de France, puis en 1874, il commence à les fabriquer avec l'aide d'un contremaître européen. Afin d'obtenir un son parfait, il n'utilise que l'étain pur ou en alliages avec le plomb. En 1879, il emploie six charpentiers, trois ouvriers préposés au métal et deux harmonistes. Malgré un succès important, sa compagnie ferme ses portes en 1893.

Il est décédé à Montréal en 1902.

Il avait épousé à Montréal, en 1845, Marie Henriette Vaudry, fille de Simon Vaudry et de Catherine Chagnon.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En Ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • Université du Québec. Facteurs, Louis Mitchell [En Ligne]. http://www.uquebec.ca/musique/orgues/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013