Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Bourgault, Médard

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 8 juin 1897 à Saint-Jean-Port-Joli, Médard Bourgault est le fils de Magloire Bourgault, menuisier, et d'Émilie Legros.

En 1918, après avoir été marin durant plusieurs années, Bourgault se fixe dans son village natal et travaille de façon provisoire en menuiserie. Il apprend les techniques de la sculpture sur bois par lui-même. Encouragé par l'ethnologue Marius Barbeau et soutenu par différentes personnes, dont Jean-Marie Gauvreau, futur directeur de l'École du meuble de Montréal, il se consacre exclusivement à la sculpture à partir de 1927. Quatre ans plus tard, il fonde un atelier collectif. Deux de ses frères, André et Jean-Julien, leur soeur Yvonne, certains des enfants de Médard ainsi que des neveux se joignent au fil des années à l'entreprise familiale. En 1940, une école de sculpture, subventionnée par le gouvernement du Québec, est ouverte dans son atelier.

Bourgault se consacre d'abord essentiellement aux sujets du terroir. Il favorise les scènes paysannes, comme en témoignent ses sculptures L'arracheur de souches, datant de 1931, Le joueur de dames, de 1932, et Les moissonneurs, de 1940. À partir des années 1930, il s'intéresse de plus en plus à l'art religieux. Il cherche à créer une production qui se distingue des statues en plâtre fabriquées en série, et qui n'est pas une copie des oeuvres européennes. Le sculpteur réalise un grand nombre de chemins de croix, de statues et de crucifix, de même que des retables et divers bas-reliefs. Bourgault produit ainsi un ensemble de cinquante statues pour l'église de Saint-Viateur d'Outremont, dans l'actuelle ville de Montréal. Il est aussi l'auteur de la chaire et du chemin de croix de l'église de Saint-Jean-Baptiste, à Saint-Jean-Port-Joli, ainsi que du chemin de croix de l'église de Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-Sabrevois. Le sculpteur a réalisé de nombreuses autres oeuvres destinées à des lieux de culte québécois et de quelques-unes pour des églises des États-Unis.

Il est décédé le 21 septembre 1967.

Il avait épousé à Saint-Jean-Port-Joli, en 1923, Marie-Rose Bourgault, fille de Joseph Bourgault et d'Elmina Bourgault.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOURGAULT, Médard. Journal. Saint-Jean-Port-Joli, Corporation Maison-musée Médard-Bourgault, 1989. 114 p.
  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec [En Ligne]. http://www.memoireduquebec.com/
  • DUBÉ, Yves. « Médard Bourgault, sculpteur ». Continuité. No 4 (1968), p. 30-41.
  • GAUVREAU, Jean-Marie. Artisans du Québec. Trois-Rivières, Les Éditions du bien public, 1940. 224 p.
  • KAREL, David. Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord : peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes et orfèvres. Québec, Musée du Québec / Les Presses de l'Université Laval, 1992. 962 p.
  • SAINT-PIERRE, Angéline. L'oeuvre de Médard Bourgault. Québec, Éditions Garneau, 1976. 141 p.
  • SAINT-PIERRE, Angéline. Médard Bourgault, sculpteur. Québec, Éditions Garneau, 1973. 128 p.
  • SAINT-PIERRE, Angéline. Médard Bourgault, sculpteur. Cap Saint-Ignace, La Plume d'oie, 2000. 150 p.
  • s.a. Médard Bourgault et ses fils: 60 ans de sculpture sur bois au Québec. Arthabaska, Musée Laurier, 1989. 114 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013