Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Haldimand, Frederick

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • Haldimand, François-Louis Frédéric
  • Haldimand, François-Louis Frederick
  • Haldimand, Sir Frederick

Date :

  • 1718‑08‑11 – 1791‑06‑05

Occupation :

  • Gouverneur / lieutenant-gouverneur / gouverneur général
  • Militaire / Paramilitaire
  • Propriétaire foncier

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (6)

Patrimoine mobilier associé (18)

Plaques commémoratives associées (2)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Yverdon, en Suisse, le 11 août 1718, Frederick Haldimand est le fils de François-Louis Haldimand, receveur municipal, et de Marie-Madeleine de Treytorrens.

En 1733, Haldimand sert comme cadet dans l'armée de Charles-Emmanuel de Sardaigne. Il est officier dans un régiment d'infanterie prussien en 1740 et participe à la guerre de la Succession d'Autriche. Après le conflit, il s'enrôle dans les gardes suisses de l'armée des Pays-Bas. En 1748, il devient lieutenant en premier, puis capitaine commandant, en 1750, avec le grade de lieutenant-colonel. En 1756, il est recruté par la Grande-Bretagne et devient lieutenant-colonel d'un bataillon du Royal Americans, formé de colons suisses et allemands. Stationné dans la région de Niagara pendant la campagne de 1759, Haldimand prend possession de Montréal en 1760, à la suite de la reddition des forces françaises.

Sous le Régime militaire, Haldimand est commandant en second de Thomas Gage, gouverneur militaire de Montréal, puis de 1762 à 1764, gouverneur intérimaire de Trois-Rivières. Devenu général de brigade en 1765, il est assigné en Floride de 1767 à 1773. À la même époque, il acquiert des propriétés foncières dans plusieurs colonies britanniques d'Amérique du Nord. De 1773 à 1775, il commande les troupes britanniques à New York, puis il est nommé inspecteur général des armées aux Antilles en 1775.

En 1777, Haldimand devient gouverneur de la province de Québec, en remplacement de Guy Carleton. Il entre en poste l'année suivante. Au cours de son mandat, devant la menace d'invasion causée par la guerre d'Indépendance américaine, il s'emploie à améliorer les défenses de la province, à conserver l'appui des francophones par le maintien de l'Acte de Québec et à aider l'établissement des loyalistes. Il demeure en fonction jusqu'en 1786, bien qu'il quitte la colonie deux ans plus tôt.

Il est décédé à Yverdon, le 5 juin 1791.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec: de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres. Montréal, Stanké, 2001. 1861 p.
  • DENDY, John Oliver. Frederick Haldimand and the Defence of Canada, 1778-1784. Duke University, 1972. 257 p.
  • DIONNE-TOUSIGNANT, Madeleine, Stuart R. J. SUTHERLAND et Pierre TOUSIGNANT. « Haldimand, sir Frederick ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • LE JEUNE, Louis. Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, moeurs, coutumes, instutions politiques et religieuses du Canada. Vol. 1. Ottawa, Université d'Ottawa, 1931. 862 p.
  • SUTHERLAND, Stuart R. J. « Haldimand, sir Frederick ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013