Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Carleton, Guy

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Strabane, en Irlande, le 3 septembre 1724, Guy Carleton est le fils de Christopher Carleton et de Catherine Ball.

Carleton participe au siège de Québec lors de la guerre de Sept Ans. Il commande le 2e bataillon des Royal Americans durant la bataille des Plaines d'Abraham en 1759. Il est nommé général de brigade en Amérique du Nord et administrateur et lieutenant-gouverneur de Québec en 1766. Deux ans plus tard, il devient gouverneur en chef et capitaine général de Québec. Sa nomination est appuyée par plusieurs membres influents du gouvernement britannique.

Au cours de son mandat, Carleton adopte une série de mesures pour assurer la stabilité de la nouvelle province britannique. Il met en place des politiques favorisant les marchands engagés dans le commerce des fourrures. Il s'assure, par différents moyens, de la loyauté des seigneurs francophones, du clergé catholique et de la population canadienne. En 1770, afin d'enrayer la corruption, il modifie certaines attributions des juges de paix. Il prône le rétablissement du droit civil français et l'abandon de la politique d'anglicisation dans la province de Québec. Il se rend à Londres en 1770 afin de convaincre le gouvernement anglais de modifier sa politique à l'égard de sa colonie. L'Acte de Québec, adopté par la Grande-Bretagne en 1774, contient certaines des recommandations de Carleton.

Carleton revient à Québec en 1774 et fait face à l'opposition des marchands anglais. Il refuse d'appliquer certaines mesures prônées par la Grande-Bretagne, notamment en ce qui concerne la religion. Lors de la Révolution américaine, il tente sans succès de mobiliser les Canadiens. Il en est profondément déçu. En 1775, il s'oppose à l'invasion américaine. Nommé général en Amérique du Nord en 1776, il démissionne l'année suivante, mais demeure à Québec jusqu'en 1778.

Carleton est membre de la commission des comptes publics en 1780. Promu commandant en chef en Amérique du Nord en 1782, il se rend à New York afin de négocier et de rétablir la paix avec les Américains. Deux ans plus tard, il propose au Committee for Trade de limiter le commerce entre les États-Unis et les Antilles britanniques. Il souhaite ainsi établir un monopole des exportations provenant du Québec et de la Nouvelle-Écosse vers les Antilles britanniques. En 1786, il est nommé commandant en chef de la Nouvelle-Écosse, du Québec, du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve. Il est fait baron Dorchester la même année. Carleton s'assure de limiter le commerce avec les États-Unis et il poursuit sa politique d'apaisement avec le clergé catholique.

Dorchester contribue probablement à l'élaboration de l'Acte constitutionnel de 1791. Trois ans plus tôt, il suggère que la rivière des Outaouais soit la ligne de partage entre le Haut et le Bas-Canada. En 1790, il propose aussi de nommer les conseillers à vie à la chambre haute plutôt que de créer des sièges héréditaires. De retour à Québec en 1793, après deux années passées en Angleterre, Carleton intensifie les défenses des provinces canadiennes. Il remet sa démission en 1794, mais il demeure en poste jusqu'en 1796.

Il est décédé à Stubbins House, en Angleterre, le 10 novembre 1808.

Il avait épousé à Fulham, en Angleterre, en 1772, Maria Howard, fille du 2e comte d'Effingham.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BROWNE, G. P. « Carleton, Guy, 1er baron Dorchester ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • MEALING, S. R. « Carleton, Guy, 1er baron Dorchester ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013