Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Maison de la Trinité de Québec

Type :

Groupe

Autre(s) nom(s) :

  • Maison de Trinité de Québec
  • Maître, député maître et gardiens de la Maison de la Trinité de Québec
  • Master, Deputy Master and Wardens of the Trinity House of Quebec
  • Trinity House

Date :

  • 1805‑05‑14 – 1876‑01‑01

Activité :

  • Transport maritime (Transports)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (1)

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

La Maison de la Trinité de Québec entreprend ses activités le 14 mai 1805 dans un immeuble de la rue Saint-Louis à Québec. Inspirée des trinity houses qui existent en Angleterre depuis le XVIe siècle, elle est instituée par le gouvernement du Bas-Canada à l'initiative de John Young pour aider la navigation et régir le pilotage sur le fleuve Saint-Laurent. À partir de 1816, ses bureaux se situent successivement sur les rues des Remparts, Cul-de-Sac et Saint-Pierre.

Afin de doter le fleuve d'une infrastructure de communication sûre et efficace pour l'amélioration du commerce, la Maison de la Trinité de Québec est responsable de la sécurité des installations portuaires, de la mise en place et de l'enlèvement des bouées et des balises, de l'érection de phares et de quais, de l'ancrage des bateaux-phares, du mouillage et de l'amarrage des navires ainsi que du curage des sables, roches ou autres obstructions à la navigation. Elle doit aussi voir à la gestion du havre de Québec. En ce qui a trait au pilotage, l'organisme a le pouvoir de faire des règlements, de contrôler l'examen des apprentis-pilotes, de recommander l'admission d'un pilote et d'accorder des brevets. Elle sert également de tribunal indépendant en matière de disputes ou de plaintes à propos des relations entre pilotes et apprentis, des entraves aux règlements ou des mauvaises conduites.

Jusqu'en 1832, la juridiction de la Maison de la Trinité de Québec s'étend jusqu'au port de Montréal. La création d'une seconde Maison dans cette ville lui soustrait dorénavant la partie du fleuve en amont de Trois-Rivières. Vers 1870, son service des phares et des bouées est transféré au nouveau ministère de la Marine et des Pêcheries du Canada.

Le 1er janvier 1876, la Commission du Havre de Québec remplace la Maison de la Trinité de Québec dans la surveillance et la mise en valeur du port de Québec.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LEBEL, Jean-Marie. Québec 1608-2008 : les chroniques de la capitale. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2008. 760 p.
  • LECLERC, Jean. Le Saint-Laurent et ses pilotes, 1805-1860. Ottawa, Éditions Leméac, 1990. 232 p.
  • NORMAND, France. Naviguer le Saint-Laurent à la fin du XIXe siècle : une étude de la batellerie du port de Québec. s.l. Les Presses de l'Université Laval, 1997. 269 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013