Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien hôpital général de Montréal

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Ancien hôpital général de Montréal dit des Frères Charon
  • Hôpital des frères Charon
  • Hôpital des Soeurs grises
  • Hôpital général des Soeurs Grises
  • Maison de la charité
  • Maison de Mère D'Youville

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1693 – 1694 (Construction)
  • 1847 (Construction)
  • 1851 (Construction)
  • 1874 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France
  • Patrimoine religieux

Usage :

  • Services et institutions (Couvents, monastères et abbayes)
  • Services et institutions (Hôpitaux et autres institutions de soins de santé)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (6)

Plaques commémoratives associées (2)

Groupes associés (2)

Personnes associées (2)

Carte

Description

L'ancien hôpital général de Montréal est un ensemble conventuel et hospitalier établi à partir de 1693. Le bâtiment principal en pierre, formé de l'aile des pauvres et de l'aile de la communauté, présente un plan en « T » et une élévation de trois étages et demi. Il est coiffé de toits à deux versants droits percés de lucarnes. Un clocheton surmonte l'un des faîtes. Une ancienne sacristie, les vestiges d'une chapelle et un ancien entrepôt érigé en 1874 sont rattachés au bâtiment originel. L'ensemble est implanté à l'intersection des rues Saint-Pierre, Normand et William dans le secteur de la pointe à Callière, dans l'arrondissement municipal de Ville-Marie de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique également au terrain sur lequel s'élèvent les bâtiments ainsi qu'aux trois espaces intérieurs de l'aile de la communauté, soit la cave voûtée, l'ancienne cuisine et la salle des pauvres. Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

L'ancien hôpital général de Montréal est situé dans le site patrimonial de Montréal.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2013-05-23
Prise d'effet : 2012-07-12

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2012-06-28
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec 1964-01-08

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Montréal), 2017-09-21
    Prise d'effet : 2018-09-21
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 1973-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien hôpital général de Montréal présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. L'ensemble conventuel et hospitalier témoigne de l'oeuvre de deux communautés religieuses, les Frères hospitaliers de la Croix et de Saint-Joseph et les Soeurs de la Charité de Montréal. À la fin du XVIIe siècle, le marchand François Charon de La Barre (1654-1719) décide de fonder un hospice pour les plus démunis et de créer une communauté de frères hospitaliers. En 1688, ses associés et lui obtiennent un terrain près de la pointe à Callière pour y établir un hôpital. L'établissement ouvre ses portes en juin 1694. L'unique communauté d'hommes fondée au Canada ne dure que quelques décennies. En 1747, la direction de l'établissement est confiée aux Soeurs de la Charité de Montréal, dites Soeurs grises, dirigées par Marguerite d'Youville (1701-1771). Les religieuses quittent l'hôpital général en 1871. L'année suivante, une partie de l'ensemble est démolie pour l'ouverture de la rue Saint-Pierre. Les bâtiments subsistants sont ensuite transformés en entrepôts. D'importants travaux de restauration sont entrepris en 1979 et, deux ans plus tard, les Soeurs de la Charité réintègrent les lieux. L'ancien hôpital général de Montréal rappelle le rôle social important des deux communautés religieuses qui y ont résidé.

L'ancien hôpital général de Montréal présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment principal témoigne des formes privilégiées dans l'architecture conventuelle depuis le Régime français. La partie centrale de l'aile de la communauté et l'aile des pauvres ont été érigées à partir de 1693. Ces bâtiments ont été reconstruits à partir des murs originaux à la suite d'un incendie en 1765 et agrandis dans la première moitié du XIXe siècle. Ils témoignent de l'architecture du Régime français ainsi que de la persistance des formes et des matériaux traditionnels, notamment par leurs murs en moellons, leurs murs coupe-feu, les toits à deux versants droits, la disposition symétrique des ouvertures, les chambranles en pierre de taille et les esses. L'aile de la communauté présente également des intérieurs de la fin du XVIIe siècle, dont la cave voûtée, la cuisine munie d'un évier en pierre et d'un foyer, ainsi que la salle des pauvres dotée d'un plancher en dalles de pierre. Par ailleurs, l'ancien hôpital général comprend un magasin-entrepôt érigé en 1874 par l'architecte Michel Laurent (1833-1891). Le bâtiment est représentatif de l'architecture commerciale de l'époque par ses nombreuses ouvertures vitrées et son ornementation tirée du vocabulaire classique. L'ancien hôpital général de Montréal constitue un exemple important des ensembles conventuels érigés à l'époque de la Nouvelle-France, et il figure parmi les plus anciens bâtiments subsistant à Montréal. L'ensemble témoigne également, par son architecture, de différentes phases d'occupation du lieu.

L'ancien hôpital général de Montréal présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur archéologique. Depuis 1979, le lieu a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles. Les vestiges de plusieurs structures ont été mis au jour à l'intérieur du périmètre du terrain, dont des latrines en pierre. Des fouilles ont également été effectuées dans le sous-sol de l'aile de la communauté et de l'aile des pauvres. D'anciens niveaux de planchers, des murs de refend et des latrines en bois ont notamment été repérés. Les fondations et la cave voûtée ont aussi été analysées. En plus des vestiges architecturaux, les fouilles ont permis de mettre au jour de nombreux artéfacts, dont l'une des plus importantes collections montréalaises d'objets du Régime français. Ces recherches archéologiques ont également permis de mieux comprendre la composition et l'évolution de l'ensemble hospitalier et d'en savoir davantage sur les activités de la vie domestique à l'époque de la Nouvelle-France.

Source : Ministère de la Culture et des Communications, 2013.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien hôpital général de Montréal liés à ses valeurs historique, architecturale et archéologique comprennent, notamment :
- son implantation sur un terrain bordé par trois rues, dans le secteur de la pointe à Callière, dans le site patrimonial de Montréal;
- les caractéristiques de l'hôpital (composé de l'aile de la communauté et de l'aile des pauvres), des vestiges de la chapelle, de l'ancienne sacristie, du magasin-entrepôt et du site archéologique.

Les caractéristiques de l'hôpital comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan en « T », l'élévation de trois étages et demi, les toits à deux versants droits et le clocheton;
- les matériaux, dont la maçonnerie en moellons, les éléments des ouvertures en bois ainsi que les chambranles en pierre de taille lisse;
- les caractéristiques des ouvertures, dont leur disposition symétrique, les portes (notamment celles à panneaux et à vitrage), la porte-fenêtre, les fenêtres rectangulaires à battants (certaines à petits carreaux), les lucarnes à pignon, les soupiraux et l'entrée de cave;
- l'ornementation sobre constituée essentiellement des esses en fer et des aisseliers en bois de l'avant-toit;
- les arcs de décharge;
- les murs coupe-feu dotés de corbeaux;
- les souches de cheminée en pierre;
- la cour intérieure;
- la cave de l'aile de la communauté, dont la voûte en arc surbaissé et le four à pain;
- l'ancienne cuisine, dont l'imposant foyer à arc surbaissé et l'évier en pierre;
- la salle des pauvres présentant notamment un plancher en dalles de pierre, des poutres apparentes, un foyer et des renfoncements situés de part et d'autre de ce dernier.

Les caractéristiques de l'ancienne sacristie comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont la maçonnerie en moellons, la couverture en tôle à la canadienne et les éléments des ouvertures en bois (notamment les chambranles);
- les caractéristiques des ouvertures, dont la porte en planches verticales, la porte à double vantail et les fenêtres rectangulaires à guillotine;
- les aisseliers en bois de l'avant-toit.

Les caractéristiques des vestiges de la chapelle comprennent, notamment :
- le mur en moellons;
- la porte à arc surbaissé;
- les ouvertures cintrées ou rectangulaires;
- la partie subsistante de la façade en pierre de taille.

Les caractéristiques de l'ancien magasin-entrepôt comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan en « L », l'élévation de quatre étages et le toit plat;
- les matériaux, dont le parement en pierre de taille lisse ou chanfreinée;
- les caractéristiques des ouvertures, dont les fenêtres cintrées, les fenêtres rectangulaires et les soupiraux à arc surbaissé;
- les pilastres colossaux;
- la corniche à modillons;
- l'inscription « 1874 BATISSES DES SOEURS GRISES Construites par E. Plante et Dubuc »;
- les affiches peintes.

Les caractéristiques du site archéologique comprennent, notamment :
- la présence de vestiges enfouis d'anciennes structures, dont des latrines ainsi que plusieurs sections de murs en pierre;
- les portions résiduelles.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien hôpital général de Montréal a été fondé à la fin du XVIIe siècle par le marchand François Charon de La Barre (1654-1719). Après s'être rétabli d'une grave maladie en 1687, il décide de se consacrer aux oeuvres de charité. Il souhaite ouvrir un hospice pour les plus démunis et créer une communauté de frères hospitaliers. En 1688, ses associés et lui obtiennent un terrain près de la pointe à Callière pour y fonder un hôpital. Les travaux de construction commencent en 1693, et l'établissement ouvre ses portes en juin 1694. Les travaux se poursuivent jusqu'à 1697 environ. L'hôpital comporte alors une chapelle ainsi que deux ailes perpendiculaires, soit l'aile des pauvres et l'aile de la communauté.

La communauté fondée par Charon de La Barre, les Frères hospitaliers de la Croix et de Saint-Joseph, ne dure que quelques décennies. En 1747, la direction de l'hôpital général est confiée aux Soeurs de la Charité de Montréal, dites Soeurs grises, dirigées par Marguerite d'Youville (1701-1771). Vers 1757, cette dernière commande au sulpicien Étienne Montgolfier (1712-1791) des plans pour agrandir l'établissement. Le projet est interrompu durant la guerre de la Conquête (1754-1760), après la construction des fondations d'une nouvelle aile, en 1758.

Le 18 mai 1765, l'hôpital général est lourdement endommagé par un incendie. L'établissement est reconstruit à partir des murs subsistants. Les Soeurs de la Charité réintègrent l'hôpital la même année.

À partir de 1820, plusieurs modifications sont apportées à l'hôpital général afin de l'agrandir. L'aile de la communauté est d'abord rénovée. Les cheminées sont remplacées, les murs sont surhaussés, et les fenêtres sont agrandies et dotées de chambranles en pierre de taille. En 1822, les fondations de 1758 sont dégagées et remployées pour construire une nouvelle section en forme de « T » à gauche de la chapelle. Les travaux sont terminés en 1824. La chapelle, située au centre de l'ensemble, est également rebâtie de 1831 à 1833. Une nouvelle sacristie est aussi érigée à ce moment. Les plans de l'ensemble de ces agrandissements ont vraisemblablement été réalisés par le sulpicien Antoine Sattin (1767-1836). Au milieu du XIXe siècle, l'aile de la communauté est agrandie. Le bâtiment est d'abord allongé vers l'est en 1847, puis vers l'ouest en 1851.

L'urbanisation du secteur de la pointe à Callière ainsi que l'augmentation du nombre de religieuses et de nécessiteux au milieu du XIXe siècle entraînent le déménagement des Soeurs de la Charité dans un autre secteur de la ville. Elles quittent l'ancien hôpital général en 1871. L'année suivante, la chapelle et les ailes érigées de 1822 à 1824 sont démolies pour l'ouverture de la rue Saint-Pierre. Les bâtiments subsistants, qui appartiennent toujours aux Soeurs de la Charité, sont loués comme entrepôts. En 1874, un magasin-entrepôt est érigé sur le terrain de l'ancien hôpital par les entrepreneurs Élie Plante et Arthur Dubuc. Le bâtiment est réalisé selon les plans de l'architecte Michel Laurent (1833-1891). La vocation commerciale des bâtiments dure jusqu'au milieu des années 1960.

Au cours des années 1970, les Soeurs de la Charité de Montréal décident de réintégrer leur ancien hôpital général. Un vaste projet de restauration est entrepris en 1979 par les architectes Maurice Desnoyers (né en 1927) et André J. Mercure (né en 1935). Des fouilles archéologiques sont également réalisées sur le site. De nombreux artéfacts datant du Régime français sont notamment mis au jour sous l'aile érigée en 1847, un emplacement qui correspond à d'anciennes latrines en bois.

Les religieuses emménagent dans le bâtiment en 1981. Le magasin-entrepôt est modifié et transformé en centre d'archives. La même année, l'endroit est désigné lieu historique national du Canada. En 1991 et 1992, les vestiges de la chapelle et la sacristie sont restaurés.

L'ancien hôpital général de Montréal est classé en 2013.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Ville-Marie

Adresse :

  • 121, rue Normand
  • 138, rue Saint-Pierre
  • 146, rue Saint-Pierre

Latitude :

  • 45° 30' 1.161"

Longitude :

  • -73° 33' 17.902"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 179 976

Code Borden

BiFj-4      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Communauté urbaine de Montréal. Architecture religieuse II : les couvents. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal, 2. Montréal, Communauté urbaine de Montréal, Service de la planification du territoire, 1984. 391 p.
  • CÔTÉ, Alain. Un patrimoine incontournable : sélection de 29 biens culturels. Québec, Commission des biens culturels du Québec, 2000. 69 p.
  • D'ALLAIRE, Micheline. Les communautés religieuses de Montréal. Les communautés religieuses et l'assistance sociale à Montréal 1659-1900. Vol. 1. Montréal, Éditions du Méridien, 1997. 168 p.
  • ETHNOSCOPE INC. L'Hôpital général de Montréal : fouille archéologique au site BjFj-4, 1996-1998 : Vieux-Montréal et faubourgs. Collection Patrimoine archéologique de Montréal, 15. Montréal, Ville de Montréal, 2003. s.p.
  • FORGET, Madeleine, dir. et Gilles LAUZON. L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine. Québec, Les Publications du Québec, 2004. 292 p.
  • LAHAISE, Robert. Les édifices conventuels du Vieux-Montréal : aspects ethno-historiques. Cahiers du Québec. Ville de LaSalle, Hurtubise HMH, 1980. 597 p.
  • PINARD, Guy. « L'hôpital Général de Montréal ». PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Montréal, Les Éditions La Presse, 1989, p. 265-282.
  • POTHIER, Louise et Jacques ROCHERS. Caractérisation de l'ancien Hôpital Général et des collections des Soeurs Grises de Montréal. s.l., Rapport présenté aux Soeurs Grises de Montréal, 1999. 241 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013