Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Suzor-Coté, Marc-Aurèle de Foy

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 6 avril 1869 à Arthabaska (Victoriaville), Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté est le fils de Théophile Côté, notaire, et de Marie-Cécile-Adéline Suzor.

Après avoir étudié le dessin et la peinture à l'Académie commerciale des Frères du Sacré-Coeur à Arthabaska, Suzor-Coté poursuit ses études auprès de l'abbé Joseph Chabert à Montréal. En 1891, il entreprend un séjour à Paris, où il acquiert une solide formation artistique, entre autres, à l'École des beaux-arts et aux académies Julian et Colarossi.

De 1887 à 1891, Suzor-Coté assiste le peintre-décorateur Joseph-Thomas Rousseau. Il participe notamment à la décoration intérieure de l'église de Saint-Christophe-d'Arthabaska (1887-1888), de la chapelle de l'académie commerciale où il a étudié (1887-1888) et de l'église de Sainte-Anne à Sorel (1890).

Entre 1891 et 1912, Suzor-Coté fait de nombreux séjours à l'étranger et vit entre le Canada, les États-Unis et l'Europe. Attaché à son lieu d'origine, il y revient à plusieurs reprises et peint de nombreux paysages de la région. À compter de 1895, il dispose d'un atelier à l'arrière de sa maison natale, qu'il utilise fréquemment entre ses nombreux séjours et voyages à l'étranger. Plusieurs dignitaires le visitent à cet endroit, notamment Wilfrid Laurier, qui lui commande par ailleurs plusieurs oeuvres, dont un portrait officiel en 1909.

Alors que ses oeuvres datées de la fin du XIXe siècle s'inspirent du style académique hérité de sa formation parisienne, Suzor-Coté crée, à partir du début du XXe siècle, un art dont les thèmes, la facture et les couleurs métaphoriques font une synthèse entre les mouvements symboliste et impressionniste. Ses peintures, pastels et sculptures abordent diverses thématiques : paysages, portraits, nus, scènes d'histoire, natures mortes et scènes de genre. En 1916, l'artiste illustre la première édition de l'ouvrage de Louis Hémon, Maria Chapdeleine.

Les oeuvres de Suzor-Coté obtiennent la faveur des collectionneurs et lui valent plusieurs prix. Cet artiste déjà célèbre de son vivant - une exposition rétrospective présente son oeuvre en 1929 - acquiert rapidement une renommée internationale et expose fréquemment au Canada, aux États-Unis et en Europe, notamment au Salon de la Société des artistes français et à l'Académie royale des arts du Canada, dont il devient membre associé. Atteint de paralysie à partir de 1927, il cesse ses activités artistiques et s'installe à Daytona Beach, en Floride, deux ans plus tard.

Il est décédé à Daytona Beach le 27 janvier 1937. Il est inhumé dans le cimetière d'Arthabaska.

Il avait épousé à Daytona Beach, en 1933, Mathilde Savard.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • JOUVANCOURT, Hughes de. Suzor-Côté. Montréal, Éditions internationales Alain Stanké, 1978. s.p.
  • L'ALLIER, Pierre. Suzor-Coté: l'oeuvre sculpté. Québec, Musée du Québec, 1991. 128 p.
  • LACROIX, Laurier. Retour à Arthabaska: Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté. Victoriaville, Musée Laurier, 1987. 55 p.
  • LACROIX, Laurier. Suzor-Coté : lumière et matière. Québec / Montréal / Ottawa, Musée du Québec / Éditions de l'Homme / Musée des beaux-arts du Canada, 2002. 383 p.
  • LACROIX, Laurier. « Suzor-Coté, Marc-Aurèle de Foy ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • OSTIGUY, Jean-René. Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté: paysage d'hiver. Chefs-d'oeuvre de la Galerie nationale du Canada. Ottawa, Galerie nationale du Canada, Musées nationaux du Canada, 1978. 30 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013