Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Suzor-Coté

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Municipalité :

  • Victoriaville

Date :

  • 1859 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté est un cottage construit en 1859. La résidence en brique de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. Une annexe en bois est disposée en retour d'équerre contre le mur arrière. Située en retrait de l'artère principale de l'ancienne ville d'Arthabaska, la maison s'élève dans un secteur à la fois institutionnel et résidentiel de la ville de Victoriaville.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

La maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté est également citée immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1975-08-11
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Victoriaville) 2003-10-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec le peintre et sculpteur renommé Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté (1869-1937). L'artiste, qui a été l'un des piliers de l'histoire de l'art canadien, y voit le jour le 6 avril 1869. Après avoir étudié le dessin et la peinture à l'Académie commerciale des Frères du Sacré-Coeur à Arthabaska, il acquiert une solide formation artistique en France, entre autres à l'École des beaux-arts et aux académies Julian et Colarossi de Paris. Il crée un art dont les thèmes, la facture et les couleurs métaphoriques font une synthèse entre les mouvements symboliste et impressionniste. Ses peintures, pastels et sculptures abordent diverses thématiques : paysages, portraits, scènes d'histoire, natures mortes, scènes de genre et nus. Ses oeuvres obtiennent la faveur des collectionneurs et lui valent plusieurs prix. Cet artiste déjà célèbre de son vivant (une exposition rétrospective présentera son oeuvre en 1929) acquiert rapidement une renommée internationale et expose fréquemment au Canada, aux États-Unis et en Europe, notamment au Salon de la Société des artistes français et à l'Académie royale des arts du Canada, dont il devient membre associé. Entre ses nombreux séjours et voyages à l'étranger, Suzor-Coté revient fréquemment à Arthabaska. À compter de 1895, il dispose d'un atelier à l'arrière de sa maison natale, où il reçoit ses admirateurs parmi lesquels se trouvent plusieurs dignitaires. Cette maison a donc vu se dérouler la carrière de l'artiste, qui a d'ailleurs peint de nombreux paysages de son enfance, du temps de ses premières esquisses à celui où il connaît une renommée internationale.

La maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa représentativité en tant que cottage. Héritière du néoclassicisme anglais, la demeure construite en 1859 se rattache à ce type par son volume simple et sa composition rigoureuse. Elle est caractérisée par un toit à deux versants droits de faible pente, des retours de corniche sur les murs pignons ainsi que par la présence d'un porche et d'une galerie couverte en façade. Ce cottage constitue, de plus, l'une des premières maisons en brique d'Arthabaska, ce matériau ayant été utilisé dans la localité à partir de la fin des années 1850.

La maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. En 1859, Arthabaska est désigné chef-lieu du district judiciaire de Drummond-Arthabaska. Attiré par la localité, le notaire Théophile Coté, père de l'artiste, engage François Gaudet en 1859 pour y construire sa demeure. Le cottage témoigne du début d'une période de prospérité durant laquelle Arthabaskaville accueille édifices publics, maisons d'enseignement ainsi que résidences de notables et de bourgeois. Commis, avocats, notaires et juges, dont le futur premier ministre du Canada sir Wilfrid Laurier (1841-1919), viennent s'y établir.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en bordure de l'artère principale de l'ancienne ville d'Arthabaska, à proximité de plusieurs édifices publics de la seconde moitié du XIXe siècle;
- son volume simple, dont le plan rectangulaire et l'élévation d'un étage et demi;
- ses matériaux, dont le parement en brique rouge, les deux cheminées en brique et les fondations en pierre équarrie;
- les éléments de type cottage néoclassique, dont le toit à deux versants droits de faible pente, la hauteur du corps de logis, le dégagement des fondations, la disposition symétrique des ouvertures en façade (une porte centrale encadrée de deux fenêtres à battants à 16 carreaux au rez-de-chaussée et trois lucarnes à pignon aux combles), les retours de corniche des murs pignons, la galerie et le porche en façade;
- l'annexe couverte de planches de bois à clins, de plan rectangulaire et à un étage et demi, disposée en retour d'équerre contre le mur arrière.

Haut de la page

Informations historiques

En 1859, Arthabaska est désigné chef-lieu du district judiciaire de Drummond-Arthabaska. Théophile Coté y déménage pour entreprendre sa carrière de notaire et retient les services de François Gaudet pour construire sa maison. La localité connaît par la suite une période de prospérité et accueille édifices publics, maisons d'enseignement ainsi que résidences de notables et de bourgeois. Commis, avocats, notaires et juges, dont le futur premier ministre du Canada sir Wilfrid Laurier (1841-1919), viennent s'y établir.

Le 6 avril 1869, Théophile Coté voit naître dans sa maison son fils Marc-Aurèle, qui deviendra l'un des piliers de l'histoire de l'art canadien. À son nom de famille paternel, l'artiste ajoutera ceux de sa mère, Suzor, et de sa grand-mère maternelle, Defoy. C'est à Arthabaska qu'il suit une première formation de dessin et de peinture, à l'Académie commerciale des Frères du Sacré-Coeur. Il entreprend sa carrière comme assistant du peintre décorateur Joseph-Thomas Rousseau (1852-1896), avec qui il orne l'intérieur de plusieurs églises du Québec, dont celle de Saint-Christophe-d'Arthabaska. Sir Wilfrid Laurier (1841-1919), qui tient à Arthabaska son bureau d'avocat depuis 1867, lui commande plusieurs oeuvres, dont un portrait officiel.

Suzor-Coté acquiert une solide formation artistique en France, entre autres à l'École des beaux-arts et aux académies Julian et Colarossi de Paris. Attaché à son lieu d'origine, il y revient à plusieurs reprises. À compter de 1895, il dispose d'un atelier à l'arrière de sa maison natale qu'il utilise fréquemment entre ses nombreux séjours et voyages à l'étranger et où viendront le visiter plusieurs dignitaires, dont Wilfrid Laurier. L'artiste crée un art dont les thèmes, la facture et les couleurs métaphoriques font une synthèse entre les mouvements symboliste et impressionniste. Ses peintures, pastels et sculptures abordent diverses thématiques : paysages, portraits, scènes d'histoire, natures mortes, scènes de genre et nus. Ses oeuvres obtiennent la faveur des collectionneurs et lui valent plusieurs prix. Cet artiste déjà célèbre de son vivant (une exposition rétrospective présentera son oeuvre en 1929) acquiert rapidement une renommée internationale et expose fréquemment au Canada, aux États-Unis et en Europe, notamment au Salon de la Société des artistes français et à l'Académie royale des arts du Canada, dont il devient membre associé. Jusqu'en 1955, le cottage appartient à la famille du célèbre artiste décédé en 1937 à Daytona Beach et inhumé dans le cimetière d'Arthabaska.

La maison Marc-Aurèle-De Foy-Suzor-Coté est reconnue en 1975. Le bâtiment est cité en 2003.

Ce bien est devenu classé à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Centre-du-Québec

MRC :

  • Arthabaska

Municipalité :

  • Victoriaville

Adresse :

  • 846, boulevard des Bois-Francs Sud

Lieux-dits :

  • Arthabaska

Latitude :

46° 2' 27.344"

Longitude :

-71° 55' 10.262"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Arthabaska Village d' Arthabaskaville Absent 266-2-3

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BEAUDET, Gisèle. « Maison Suzor-Côté ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 64.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LACROIX, Laurier. Suzor-Coté : lumière et matière. Québec / Montréal / Ottawa, Musée du Québec / Éditions de l'Homme / Musée des beaux-arts du Canada, 2002. 383 p.
  • Ville de Victoriaville. Circuit patrimonial de Victoriaville. Guide du promeneur. Victoriaville, Ville de Victoriaville, 2005. 25 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013