Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Fonds d'archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec

Type :

Patrimoine mobilier (Patrimoine documentaire)

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Notre-Dame-des-Anges

Date :

  • 1631 – 1999 (Datation des éléments contenus dans l'ensemble)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission éducative)
  • Patrimoine religieux (Mission hospitalière)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Classification :

  • Patrimoine documentaire > Objets de communication > Objet documentaire > Archives

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (5)

Groupes associés (1)

Personnes associées (1)

Description

Le fonds d'archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec est un ensemble de documents produits entre 1631 et 1999 par une communauté religieuse féminine hospitalière. Le fonds comprend 43,52 mètres linéaires de documents textuels et 8,25 mètres linéaires de documents photographiques. Les documents, classés en 27 séries, comprennent notamment : les lettres patentes de l'Hôpital général de Québec et divers documents relatifs à son fondateur, Mgr de Saint-Vallier; de la correspondance avec les autorités pontificales, ecclésiastiques et civiles; de la correspondance avec d'autres communautés et institutions religieuses; des documents relatifs au gouvernement de la communauté et à l'administration du monastère et de l'hôpital; des documents concernant les propriétés foncières de l'Hôpital général; et les registres de la paroisse Notre-Dame-des-Anges. Le fonds photographique est constitué de très nombreuses photographies des bâtiments, des religieuses, des employés et des malades, ainsi que des activités communautaires et des visites de dignitaires. Il comprend quelques daguerréotypes, ambrotypes et négatifs sur verre.

Ce fonds d'archives est classé document patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Document patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2018-03-15
Prise d'effet : 2017-04-07

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2017-03-16
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le fonds d'archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association à cette institution religieuse et hospitalière. Fondé en 1692 par Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1653-1727), évêque de Québec, l'Hôpital général de Québec est le premier établissement de ce type à voir le jour en Nouvelle-France. En 1693, la direction de l'institution est confiée aux Augustines de la Miséricorde de Jésus - déjà responsables de l'Hôtel-Dieu de Québec - qui créent une communauté cloîtrée autonome pour gérer l'établissement. À l'origine, l'hôpital accueille les pauvres, les invalides et les vieillards de la région de Québec. À compter de 1717, l'hôpital reçoit aussi les personnes souffrant de troubles mentaux, et ce, jusqu'en 1845. L'hôpital loge et soigne aussi les soldats blessés ou invalides, les personnes touchées par les épidémies et celles qui se retrouvent à la rue à la suite d'incendies majeurs dans les faubourgs Saint-Roch et Saint-Sauveur. Pour financer ces soins, les religieuses exploitent diverses propriétés foncières et tiennent, de 1725 à 1868, un pensionnat pour jeunes filles. À la fin du XIXe siècle, l'hôpital entre dans une ère de modernisation : une salle pour les soins dentaires et une salle de chirurgie sont ouvertes. Au cours du XXe siècle, des départements de physiothérapie et de radiologie sont créés. En 1975, l'administration de l'hôpital est confiée à un directeur laïc. L'hôpital devient un centre hospitalier de soins de longue durée en 1999.

Le fonds d'archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son importance documentaire. Ce fonds témoigne de tous les aspects de la vie de l'institution et des religieuses qui y ont oeuvré comme administratrices, infirmières, « seigneuresses », fermières ou éducatrices. Il contient notamment des documents relatifs à la fondation de l'institution et du pensionnat ainsi qu'à Mgr de Saint-Vallier. S'y trouvent aussi les annales de la communauté, de nombreux registres de patients et des documents concernant l'administration de l'hôpital, ce qui inclut, entre autres, des livres de comptes, de la correspondance, de la documentation sur l'équipement médical, sur les médecins, sur la pharmacie, ainsi que sur la construction et l'entretien des immeubles. Le fonds comprend aussi les précieux registres de sépulture des soldats de la guerre de la Conquête inhumés dans le cimetière de l'hôpital. Il comporte plusieurs photographies de l'établissement, de son personnel et des activités qui ont jalonné son histoire. En plus de témoigner de l'histoire de l'Hôpital général de Québec et des Augustines, cette volumineuse documentation améliore la connaissance de l'histoire de la ville de Québec et de l'évolution des services de santé et des services sociaux au Québec. Ces nombreux documents apportent aussi un éclairage sur des événements historiques marquants ¿ comme la guerre de la Conquête et l'Invasion américaine de 1775 et de 1776 ¿ et sur les conflagrations qui ont eu lieu dans la basse-ville au XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2018.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du fonds d'archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- les 43,52 mètres linéaires de documents textuels et les 8,25 mètres linéaires de documents photographiques classés en 27 séries;
- les documents relatifs à la fondation de l'Hôpital général de Québec (1675-1995, 52 cm), dont les lettres patentes et arrêts des rois, la transcription manuscrite de ces lettres patentes, des mémoires, ordonnances et règlements relatifs à la fondation, ainsi que divers documents relatifs à Mgr de Saint-Vallier;
- les documents témoignant des relations avec les autorités pontificales (1855-1995, 5 cm), dont la correspondance avec le pape, le nonce ou délégué apostolique et avec diverses congrégations romaines;
- les documents témoignant des relations avec les autorités ecclésiastiques du diocèse de Québec (1732-1999, 28,5 cm), dont la correspondance avec les évêques administrateurs et auxiliaires, le vicaire général et la chancellerie de l'archevêché de Québec;
- les documents témoignant des relations avec le Séminaire de Québec et l'Université Laval (1870 1995, 2,5 cm), avec l'École apostolique de Québec-Lévis et les protégés du diocèse et de pays étrangers (1885-1995, 7 cm), avec le clergé séculier du diocèse de Québec (1815-1999, 24 cm), avec les diocèses et archidiocèses canadiens (1845-1993, 3 cm), avec d'autres congrégations religieuses et des instituts séculiers (1846-1999, 77 cm) et avec les citoyens (1673-1993, 6 cm);
- les documents témoignant des relations avec les autorités civiles (1820-1999, 36 cm), dont la correspondance avec les autorités fédérales, provinciales et municipales ainsi que des plans de la ville de Québec;
- les documents témoignant des relations avec les pays étrangers (1805-1999, 16 cm), dont la correspondance avec diverses personnes en France, en Angleterre, en Belgique, en Italie, aux États-Unis, en Haïti et dans divers pays africains;
- les documents témoignant des relations avec les autres monastères des Augustines de la Miséricorde de Jésus (1694-1999, 15,6 m), dont la correspondance avec des monastères au Québec, en France (principalement en Bretagne et en Normandie) et ailleurs à l'étranger;
- les documents relatifs au gouvernement de la communauté (1631-1999, 3,6 m), dont les actes capitulaires, les actes de la consulte des discrètes, les délibérations du chapitre, les registres des examens des novices et de la vêture des novices, les actes de rénovation des voeux, le registre des élections, des exemplaires des constitutions de la communauté, les règlements généraux, les annales du monastère, le journal de l'administration de l'Hôpital général, le journal du noviciat et les dossiers des religieuses;
- les documents relatifs au rayonnement culturel du monastère (1860-1999, 70 cm), notamment des documents liés au culte de Notre-Dame-de-la-Protection et à sa propagation, ainsi que des discours et allocutions prononcés lors de visites du monastère;
- les publications (1967-1999, 2 cm), soit les exemplaires de quatre brochures et dépliants portant sur le monastère et sur l'Hôpital général;
- les documents liés aux biens immobiliers de l'Hôpital général (1637-1983, 3,5 m), dont la seigneurie des Récollets, dite Notre-Dame-des-Anges, les seigneuries d'Orsainville, de Berthier, de La Durantaye et de Kamouraska, les fermes Saint-Thomas de Montmagny, Saint-Lambert et Saint-Augustin, et diverses autres propriétés foncières;
- un inventaire des biens mobiliers et immobiliers de la communauté aux fins d'assurances (1972, 3 cm);
- les documents relatifs à l'administration du monastère et de l'Hôpital général (1673-1972, 2,2 m), dont les livres de compte, le journal des domestiques, la correspondance relative au personnel, divers actes entre des particuliers et l'Hôpital général (conventions, dons, quittances, requêtes, etc.), les documents concernant les rentes constituées en faveur de l'Hôpital général, les actes concernant les successions, des contrats et marchés de construction ainsi que des plans architecturaux;
- les documents relatifs à l'administration du monastère (1727-1990, 1,3 m), dont divers textes de loi des registres financiers, les documents relatifs au pensionnat, les contrats de professions et dots des religieuses, diverses procurations, les documents relatifs au musée, des marchés de construction et des devis descriptifs, ainsi que des plans architecturaux;
- les documents relatifs à l'administration de l'Hôpital général (1698-1999, 1,7 m), dont les registres des entrées, sorties et décès des malades, les documents relatifs aux pensionnaires âgés, la correspondance relative à l'équipement médical et à la pharmacie, des rapports statistiques (notamment sur le rationnement en temps de guerre) et la correspondance avec des médecins et à leur sujet;
- les documents relatifs à la paroisse Notre-Dame-des-Anges (1716-1997, 1,8 m), dont les documents concernant la nomination des curés, les honoraires des prêtres, l'adjudication des bancs, les quêtes, les registres de mariages, de baptêmes et de sépultures, les indulgences, les authentiques des reliques, les plans de l'église, du presbytère et des cimetières (cimetière des pauvres, cimetière des religieuses et cimetière paroissial sous l'église);
- le fonds photographique (1855-1999, 8,25 m), incluant quelques daguerréotypes, ambrotypes et négatifs sur verre, des photographies des bâtiments, du mobilier et des cimetières, des photographies des religieuses et de leur famille, des aumôniers, des médecins, des employés, des malades et des pensionnaires, des photographies de jubilés de religieuses, de diverses activités communautaires, de visites de dignitaires et d'autres sujets;
- des textes de pièces de théâtre et des mots d'esprit (1837-1999, 3,5 m).

Haut de la page

Informations historiques

Ce fonds d'archives a été constitué à partir du XVIIe siècle par les Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec, une communauté religieuse hospitalière. Les documents du fonds témoignent de l'histoire de cette communauté et de ses activités.

En 1692, l'évêque Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1653-1727) acquiert l'ancien couvent des Récollets, érigé près de la rivière Saint-Charles, et y fonde un hôpital général. En 1693, la direction de cet hospice est confiée aux Augustines de la Miséricorde de Jésus, déjà responsables de l'Hôtel-Dieu de Québec. Mgr de Saint-Vallier émet une ordonnance de séparation des deux institutions, en 1699; il croit qu'en devenant un monastère autonome, l'Hôpital général aura plus de facilité à recruter des novices. La séparation est d'abord refusée par la cour de France, puis, en 1701, les Augustines de la Miséricorde de Jésus de l'Hôpital général de Québec sont officiellement reconnues par Louis XIV.

À leurs débuts, les Augustines de l'Hôpital général accueillent les pauvres, les personnes âgées, les malades et les invalides, auxquels s'ajoutent les déficients mentaux à partir de 1717. La communauté s'engage dans l'éducation et fonde un pensionnat pour jeunes filles en 1725, lequel fermera en 1868. Au milieu du XVIIIe siècle, l'Hôpital général est déjà un vaste ensemble comparable à ceux des plus importants domaines seigneuriaux de l'époque. Il comprend entre autres deux moulins, deux cimetières (paroissial et communautaire) et plusieurs dépendances. Pour financer les activités de l'Hôpital général, les religieuses exploitent diverses propriétés foncières, comme les seigneuries d'Orsainville, de Berthier et de Kamouraska ainsi que les fermes Saint-Thomas de Montmagny, Saint-Lambert et Saint-Augustin.

Pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763), l'établissement des Augustines sert d'hôpital militaire. Les religieuses hébergent et soignent les soldats blessés, français ou britanniques, sans distinction. Les dépouilles de plus de mille soldats sont inhumées dans le cimetière paroissial, alors que les corps des soldats non catholiques sont ensevelis à l'extérieur de l'aire consacrée.

Le XIXe siècle est une période prospère pour la communauté. Le nombre de religieuses augmente et d'importants travaux d'agrandissement permettent d'accroître la capacité d'accueil de l'hôpital et du monastère. L'envoi des aliénés à l'asile de Beauport (Institut universitaire en santé mentale de Québec), en 1845, modifie la composition de la clientèle de l'hôpital. Les soins sont graduellement élargis à l'ensemble de la population. L'ensemble conventuel est épargné par les grands incendies qui ravagent les faubourgs Saint-Roch et Saint-Sauveur en 1866.

Au XXe siècle, l'hôpital s'agrandit encore et les religieuses perfectionnent leur formation, notamment en obtenant des brevets d'infirmières à partir de 1913. Les années 1960 correspondent à de grands changements chez les Augustines : abolition de la clôture, modification du costume, baisse des vocations et laïcisation des institutions de santé. Elles réorientent alors leur rôle dans la société, se tournant vers la pastorale hospitalière, le bénévolat auprès des personnes âgées et les missions à l'étranger.

Les derniers documents du fonds d'archives des Augustines de la Miséricorde de Jésus du monastère de l'Hôpital général de Québec datent de 1999, année où les religieuses se départissent de l'Hôpital général qui devient un centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD).

Ce fonds d'archives est classé en 2018, en même temps que la collection d'objets et la collection de livres anciens.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Notre-Dame-des-Anges

Adresse :

  • 260, boulevard Langelier

Haut de la page

Références

Contributeur de données :

Direction générale du patrimoine

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013