Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancienne aluminerie de Shawinigan

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Cité de l'énergie
  • Espace Shawinigan

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Shawinigan

Date :

  • 1900 – 1901 (Construction)
  • 1901 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation des minéraux et fabrication de produits finis (Industrie des métaux non ferreux)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (12)

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (2)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'ancienne aluminerie de Shawinigan est un ensemble industriel électrométallurgique aménagé à partir de 1899. Le site comprend 12 bâtiments érigés entre 1900 et 1927, tels que des salles des cuves, une fonderie, un atelier de tréfilerie et de câblerie, des laboratoires, un atelier de broyage du coke, un espace d'expédition, des bureaux administratifs et des annexes reliant les différentes parties entre elles. Les bâtiments en brique présentent des plans rectangulaires et des élévations d'un à deux étages. Ils sont coiffés de toits à deux versants droits, à croupes, en appentis ou plats. L'ensemble est situé sur un plateau surplombant la rivière Saint-Maurice, près des chutes de Shawinigan, dans la ville de Shawinigan.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments AL-2, AL-3, AL-5, AL-6, AL-7, AL-8, AL-9, AL-11, AL-14, AL-15, AL-20 et AL-22, de même qu'aux ponts roulants des salles de cuves AL-5, AL-7 et AL-15. Le classement inclut également les terrains, sauf celui du bâtiment AL-15.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Autre

Structure :

  • Maçonnerie en brique
  • Métal, ossature métallique

Annexes :

  • Autre

Saillies :

  • Auvent
  • Avant-corps
  • Cheminée
  • Entrée de cave
  • Escalier
  • Marquise
  • Porche
  • Portique
  • Tambour

Fondations :

  • Béton
  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Brique (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À croupes
    Matériau : Asphalte, bardeaux
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle profilée

Autre(s) porte(s) :

  • bois massif, à battants
  • bois massif, à imposte et à baies latérales
  • de garage
  • entièrement vitrée, à imposte et à baies latérales
  • métallique, à battants
  • métallique, à imposte et à baies latérales

Fenêtre(s) :

  • à arc surbaissé, Fixe
  • cintrée, À auvent
  • circulaire, Oculus
  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, À guillotine
  • Rectangulaire, Soupirail

Éléments architecturaux :

  • Arc
  • Armoiries
  • Bandeau
  • Cartouche
  • Chambranle
  • Chevron
  • Console
  • Corniche à denticules
  • Corniche moulurée
  • Frise
  • Fronton
  • Jeu de briques
  • Linteau
  • Pilastre
  • Plate-bande
  • Portail
  • Table décorative
  • Tympan

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2013-05-23
Prise d'effet : 2012-05-28

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2012-05-24
 
Désignation (Canada) Lieu historique national du Canada Commission des lieux et monuments historiques du Canada 2001-01-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancienne aluminerie de Shawinigan présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le site est un témoin important de la naissance et du développement de l'électrométallurgie au Québec et au Canada au tournant du XXe siècle. En 1898, la Shawinigan Water and Power Company (SWPC) est créée afin d'exploiter le potentiel hydroélectrique des chutes de Shawinigan. L'entreprise invite différentes industries à s'y établir. La Pittsburg Reduction Company (PRC), une entreprise américaine qui produit de l'aluminium par électrolyse, signe un contrat d'approvisionnement avec la SWPC en 1899. Les travaux de construction d'une aluminerie à proximité des chutes commencent l'année suivante. Le 20 octobre 1901, l'usine fabrique le premier lingot d'aluminium au Canada. En 1902, l'entreprise, qui adopte le nom Northern Aluminium Company Limited, décide d'ajouter à son complexe industriel un atelier de tréfilerie et de câblerie pour fabriquer des câbles en aluminium. L'usine est agrandie en 1905 et 1906 afin d'augmenter sa capacité de production. D'autres bâtiments sont également construits au cours des années 1910 et 1920. En 1925, l'entreprise est renommée Aluminium Company of Canada Limited, mieux connue sous l'acronyme Alcan. À partir des années 1930, les activités de l'aluminerie de Shawinigan se concentrent sur la fabrication de câbles. Les lignes de production du métal primaire sont démantelées à partir de 1944. L'usine cesse définitivement ses activités en 1986. L'ancienne aluminerie de Shawinigan rappelle l'implantation de grandes industries près des centrales hydroélectriques au tournant du XXe siècle. Le site constitue par ailleurs le plus ancien complexe d'aluminerie subsistant en Amérique du Nord.

L'ancienne aluminerie de Shawinigan présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les bâtiments qui composent le site sont représentatifs de l'architecture industrielle du début du XXe siècle, caractérisée par l'emploi de nouveaux matériaux structurants sur lesquels sont plaqués des éléments tirés de différents styles architecturaux. Les principaux bâtiments de l'aluminerie sont dotés de structures en acier et de murs en brique qui créent de vastes espaces intérieurs pour la machinerie, comme les ponts roulants qui permettent la manutention de charges lourdes. Les bâtiments présentent des éléments inspirés de l'architecture classique tels que les façades aménagées sur les murs pignons, les portes surmontées de tympan vitré cintré, les fenêtres inscrites dans des arcs surbaissés, les oculus, les pilastres et les corniches en encorbellement. L'ornementation des deux bâtiments ayant abrité des bureaux administratifs est plus élaborée. Elle est notamment composée de pilastres, d'une frise, d'un portail doté d'un fronton cintré ainsi que d'appuis et de linteaux en pierre. Ces deux bâtiments se distinguent également par leurs toits à croupes en tuiles d'aluminium. En outre, le site constitue un témoin important de l'aménagement des premières alumineries en Amérique du Nord. Plusieurs bâtiments de l'aluminerie de Shawinigan sont érigés sous la supervision de l'ingénieur de la PRC Edwin Stanton Fickes (1872-1943). Ce dernier s'est vraisemblablement inspiré de l'usine américaine de Niagara Falls (détruite en 1923) pour concevoir les plans de l'aluminerie de Shawinigan. La première salle des cuves et la fonderie sont implantées côte à côte et reliées par une annexe. Cette disposition, qui facilite la production, sera reprise pour plusieurs bâtiments construits plus tard sur le site. L'ancienne aluminerie de Shawinigan rappelle l'organisation spatiale privilégiée pour les usines d'aluminium du début du XXe siècle et témoigne de la volonté des différents concepteurs de créer, malgré les agrandissements successifs, un ensemble architectural industriel harmonieux.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2013.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancienne aluminerie de Shawinigan liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation sur un plateau surplombant la rivière Saint-Maurice, près des chutes de Shawinigan;
- les douze bâtiments du complexe (AL-2, AL-3, AL-5, AL-6, AL-7, AL-8, AL-9, AL-11, AL-14, AL-15, AL-20 et AL-22), dont certains reliés;
- les volumes, dont les plans rectangulaires (certains oblongs), les élévations d'un à deux étages, les toits de formes variées (à deux versants, à croupes, en appentis ou plats), les avant toits et les lanternons de ventilation;
- les matériaux, dont les soubassements en pierre ou en béton, la maçonnerie en brique rouge (principalement assemblée en appareil américain), les couvertures en tôle, en tuiles d'aluminium ou en panneaux de béton, ainsi que les éléments des ouvertures en bois (notamment les petits-bois), en pierre (dont les appuis, les linteaux et les chambranles) et en brique (notamment les plates-bandes);
- les caractéristiques des ouvertures, dont les portes (certaines surmontées d'un tympan vitré cintré), les portes de garage, les fenêtres rectangulaires (certaines à guillotine et à carreaux inscrites dans un arc surbaissé), les oculus et les soupiraux;
- l'ornementation sobre des bâtiments industriels, dont les pilastres et les corniches à encorbellement en brique;
- l'ornementation plus élaborée des bâtiments administratifs, dont le portail en pierre doté d'un fronton cintré, les pilastres en brique composés d'une base et d'un chapiteau en pierre, la frise en pierre portant l'inscription « ALUMINIUM COMPANY OF CANADA, LIMITED » et les tables décoratives en pierre;
- la souche de cheminée en brique;
- les ponts roulants des salles de cuves AL-5, AL-7 et AL-15.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancienne aluminerie de Shawinigan est située dans un secteur industriel aménagé au tournant du XXe siècle près des chutes de Shawinigan. Les droits d'exploitation des chutes sont détenus par la Shawinigan Water and Power Company (SWPC), une entreprise de production et de distribution d'électricité fondée en 1898. Dès sa création, la compagnie cherche à obtenir des contrats d'approvisionnement en invitant des industries consommant de grandes quantités d'énergie à s'établir près des chutes de Shawinigan. En 1899, la SWPC signe une première entente avec la Pittsburgh Reduction Company (PRC), une entreprise américaine qui produit de l'aluminium par électrolyse. La même année, une voie ferrée est aménagée sur le site de la future aluminerie pour y acheminer des matériaux.

Les travaux de construction commencent au printemps 1900 sous la supervision d'un ingénieur de la PRC, Edwin Stanton Fickes (1872-1943). Ce dernier réalise les plans des premiers bâtiments du complexe industriel en prenant comme modèle l'usine américaine de Niagara Falls (détruite en 1923). Une fonderie (AL-9), une salle des cuves (AL-7) et une annexe (AL-8) reliant les deux bâtiments sont érigées de 1900 à 1901. Une centrale hydroélectrique est également construite en contrebas du site. Elle est alimentée avec de l'énergie hydraulique achetée à la SWPC. Le 20 octobre 1901, l'usine de Shawinigan produit le premier lingot d'aluminium au Canada. La filiale canadienne de la PRC adopte le nom de Northern Aluminium Company Limited le 3 juin 1902. La même année, un atelier de tréfilerie et de câblerie (AL-3) est ajouté à l'ensemble industriel. Les premiers câbles d'aluminium canadiens, destinés à la SWPC, y sont fabriqués.

L'aluminerie est agrandie une première fois en 1905 et 1906 alors que sont construits trois salles des cuves (AL-5, AL-15 et AL-17), un laboratoire combiné à des bureaux (AL-2), un espace d'expédition (AL-11), un atelier de broyage du coke (AL-14) ainsi qu'une annexe (AL-6). De nouveaux bâtiments, dont un espace d'emballage et de magasin (AL-20), sont ajoutés au site dans les années 1910. En 1925, la Northern Aluminium Company Limited change de nom pour devenir l'Aluminium Company of Canada Limited, mieux connue sous l'acronyme Alcan. En 1927, un bâtiment (AL-22) est érigé sur le site, vraisemblablement selon les plans de l'architecte Frederick de Peyster Townsend, pour abriter des bureaux administratifs.

À partir des années 1930, les activités de l'aluminerie de Shawinigan se concentrent sur la fabrication de câbles en aluminium. Les lignes de production du métal primaire sont démantelées à partir de 1944. Plusieurs bâtiments, dont les salles de cuves, sont transformés en entrepôts. Les imposants lanternons de ventilation sont alors retirés, et de nombreuses portes et fenêtres sont murées.

L'aluminerie de Shawinigan cesse ses activités en 1986. Trois ans plus tard, une portion du site est vendue à une papetière. Quelques bâtiments sont alors détruits, dont la salle de cuves AL-17.

En 2001, l'Alcan cède les bâtiments de l'ancienne aluminerie à la Cité de l'Énergie, un lieu d'interprétation sur le patrimoine industriel. La même année, l'ancienne aluminerie de Shawinigan est désignée lieu historique national du Canada. Les bâtiments sont ensuite restaurés par le consortium d'architectes Michel Pellerin, Sylvie Rainville et Renée Tremblay ainsi que par Desnoyers, Mercure et associés. Le lieu, aussi connu sous le nom Espace Shawinigan, accueille depuis 2003 différents types d'expositions muséales.

L'ancienne aluminerie de Shawinigan est classée en 2013.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Shawinigan

Municipalité :

  • Shawinigan

Adresse :

  • 1, rue des Érables

Latitude :

  • 46° 32' 23.16"

Longitude :

  • -72° 45' 51.935"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 460 558
  • Lot 5 103 438 Ptie

Haut de la page

Documents

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CAMPBELL, Duncan Carlyle. Global Mission: The Story of Alcan. 3 vol. Toronto, Ontario Publishing Company, 1985. s.p.
  • Hydro-Québec. Shawinigan, le centre d'interprétation de l'industrie de Shawinigan. Montréal, Hydro-Québec, 1987. 107 p.
  • LEMELIN, André. Shawinigan, un siècle d'énergie. Québec, Publications MNH, 2001. 126 p.
  • LIZOTTE, Sylvain, dir. Plan de conservation de l'ancienne aluminerie de Shawinigan. Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2017. 46 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013