Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Joseph-Gauvreau

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Rimouski

Date :

  • 1906 – 1907 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)
  • Services et institutions (Cabinets de professionnels libéraux)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (3)

Carte

Description

La maison Joseph-Gauvreau est une habitation cossue de plan carré avec tourelle d'angle cylindrique, de trois étages. Construite en brique, elle est coiffée d'une toiture à quatre versants. Cette maison est située dans un milieu urbain, au coeur de la ville de Rimouski.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Carré

Nombre d'étages :

3

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en brique

Annexes :

  • Agrandissement

Saillies :

  • Balcon
  • Cheminée
  • Entrée de cave
  • Galerie
  • Mât
  • Tourelle

Fondations :

  • Béton

Élévations :

  • Toutes les façades : Brique (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À croupes
    Matériau : Tôle à la canadienne
  • Forme : Conique
    Matériau : Tôle à baguettes

Porte principale :

  • bois, à panneaux et vitrage, à imposte

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À guillotine

Lucarne(s) :

  • À fronton
  • À pignon

Éléments architecturaux :

  • Aisseliers
  • Applique
  • Balustrade en bois
  • Clé
  • Colonne
  • Corniche à consoles
  • Épi
  • Plate-bande
  • Poteau ouvragé

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1985-05-10
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Joseph-Gauvreau présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à son style architectural. Elle est un témoin rare, dans la région de Rimouski, de l'éclectisme victorien qui se manifeste au Québec au tournant du XXe siècle. La maison emprunte ses qualités formelles au style néo-Queen Anne et son ornementation au classicisme afin d'exprimer la réussite professionnelle de ses occupants. L'édifice est dans un état de conservation satisfaisant, malgré les modifications importantes qui ont altéré son unité stylistique, dont la perte de sa grande galerie sur trois côtés.

La maison Joseph-Gauvreau présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant du statut de certains de ses propriétaires. En effet, la maison est construite en 1906-1907 pour le docteur Joseph Gauvreau (1870-1942), un des précurseurs de l'hygiène et de la médecine préventive au Québec (Institut Bruchési, hôpital Laval, Goutte de lait), mais aussi homme de lettres et ardent nationaliste canadien-français. Elle demeure sa propriété jusqu'en 1918. Entre 1930 et 1947, la résidence appartient à Jules-André Brillant (1888-1973), le plus important financier-entrepreneur de la région du Bas-Saint-Laurent, fondateur de Québec-Téléphone et membre du Conseil législatif.

La maison Joseph-Gauvreau présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à la diversité des fonctions qui y sont associées. Entre 1907 et 1909, le docteur Gauvreau l'utilise comme résidence et cabinet médical. Il aménage au rez-de-chaussée la Pharmacie Les Bains, une clinique d'hydrothérapie dont la renommée s'étend à tout le Québec. De 1950 à 1984, la maison cumule les fonctions résidentielle et commerciale, alors que l'entreprise J. E. Mailloux, Ornements d'église, loge au rez-de-chaussée et au sous-sol. Les pièces de l'étage et des combles sont louées à des pensionnaires.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Joseph-Gauvreau liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, entre autres :
- la situation en milieu urbain, dans le coeur institutionnel de la ville de Rimouski;
- le volume caractérisé par le plan carré avec tourelle d'angle et l'élévation de trois étages;
- les caractéristiques spécifiques au style néo-Queen Anne, notamment le toit à croupe à quatre versants, dont trois couverts de tôle à la canadienne, et la tourelle cylindrique à toit conique de l'angle nord-est;
- les ornements décoratifs d'inspiration classique, dont le larmier décoré de modillons à volutes, la lucarne principale avec fenêtre palladienne, colonnettes et ornements, surmontée d'un fronton circulaire, les autres lucarnes coiffées d'un toit cintré, la corniche avec petite console décorative et frise moulurée, les portes avec garnitures de type clef de voûte et pierre d'angle;
- le parement des murs en brique écossaise;
- les fenêtres à guillotine hautes et étroites surmontées de clés en saillie;
- les deux cheminées;
- les caractéristiques du décor intérieur, dont les murs lambrissés en petites lattes de bois de l'étage des combles et la mouluration d'origine des chambranles et des plinthes.

Haut de la page

Informations historiques

La maison est construite pour le docteur Joseph Gauvreau en 1906-1907 sur un terrain loué à la Corporation épiscopale de Saint-Germain. Le docteur Gauvreau utilise la maison comme résidence et cabinet médical. Au rez-de-chaussée, il fonde une clinique d'hydrothérapie dont la renommée s'étend à toute la province. En 1909, après avoir été amputé d'un bras, il met fin à sa pratique. Il quitte Rimouski pour Montréal, mais demeure néanmoins propriétaire de la maison jusqu'en 1918. Joseph Gauvreau est le père de dix enfants, notamment de Jean-Marie Gauvreau, fondateur de l'École du meuble à Montréal, et de Marcelle Gauvreau, botaniste.

Entre 1930 et 1947, la maison est la propriété et la résidence principale de l'homme d'affaires Jules-André Brillant. Le 30 juin 1947, Brillant vend la maison et transfert le loyer du terrain à Lorenzo Ouellet, commerçant-garagiste. Ce dernier aménage son commerce sur le terrain et loue le bâtiment, en 1950, à l'entreprise J. E. Mailloux, Ornements d'église. Pendant cette année, la maison échappe une première fois à la démolition. Pour faire place au commerce d'automobiles du nouveau propriétaire, elle est déplacée dans la partie nord-ouest du terrain. Le corps principal de la maison survit au déménagement, mais la galerie et l'annexe du côté ouest sont détruites et la porte d'entrée principale est remplacée par une grande fenêtre. La maison échappe aussi à un incendie qui détruit près des deux tiers de Rimouski, dont plusieurs bâtiments de grande valeur patrimoniale.

La Société immobilière Irving achète la maison en 1951 et la relègue au fond de son terrain afin de construire un poste d'essence. En 1984, la maison est de nouveau menacée de démolition. Toutefois, un groupe de citoyens se mobilise.

La maison Joseph-Gauvreau est classée en 1985.

La résidence est rachetée en 1998 par un particulier qui souhaite la restaurer, et des travaux sont entrepris dès 1999. La maison est d'abord redéménagée sur son emplacement d'origine, à la place de la station-service, requalifiant du coup l'environnement urbain de ce secteur. L'annexe de la maison démolie en 1951 est aussi reconstruite. Graduellement, cette maison a retrouvé son unité stylistique et son lustre d'antan. Elle abrite aujourd'hui deux petits commerces.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rimouski-Neigette

Municipalité :

  • Rimouski

Adresse :

  • 1, rue de l'Évêché Ouest

Localisation informelle :

Anciennement le 7, rue de l'Évêché Ouest

Latitude :

  • 48° 26' 54.831"

Longitude :

  • -68° 31' 26.418"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 486 037

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Amdereq Ltéé. Mémoire. Aire de protection de la maison Gauvreau. s.l. 1988. s.p.
  • BRIÈRE, Amélie et Catherine GÉLINAS. Les promenades historiques de Rimouski: Guide d'excursion et d'interprétation. Rimouski (Québec), Société rimouskoise du patrimoine, 2007. 108 p.
  • BUFFIN, Christianne, Antonio LECHASSEUR et Michel SAINT-PIERRE. La maison Gauvreau : dossier de demande de classement. Rimouski, Société d'histoire régionale du Bas-Saint-Laurent, 1984. 55 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DUFRESNE, Danielle, dir. Reflets d'une région : Rimouski-Neigette. Sillery, Septentrion, 2007. 174 p.
  • EAST, Marie. La pharmacie et résidence de Joseph Gauvreau. Étude, relevés et analyse. Rimouski, Ministère des Affaires culturelles, 1985. 100 p.
  • Le Progrès-Echo.
  • MARTIN, Thérèse. « 1988. Une année de renaissance pour la maison Gauvreau ». Le Progrès-Echo, 10 février 1988, p. 2.
  • SAINT-PIERRE, Michel L. « La maison Gauvreau. » Étude patrimonial et prise de position du Comité du patrimoine. Rimouski, Société d'histoire du Bas-Saint-Laurent, 1985. 61 p.
  • SAINT-PIERRE, Michel. « Maison Gauvreau ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 511.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013