Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison et laiterie Guimont

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Cap-Saint-Ignace

Thématique :

  • Patrimoine agricole

Usage :

  • Fonction industrielle, transformation de matières végétales et animales (Laiteries)
  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Personnes associées (7)

Carte

Description

Les maison et laiterie Guimont sont deux bâtiments ruraux en bois construits respectivement au XVIIIe et au XIXe siècle. La maison, modifiée en 1843, présente des caractéristiques néoclassiques. L'habitation de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants retroussés aux larmiers cintrés. Elle comprend une annexe servant de cuisine d'été, qui reprend en plus petit le volume du corps principal. La laiterie de plan carré est couverte d'un toit en pavillon. Ces bâtiments sont situés en bordure du chemin, dans la municipalité de Cap-Saint-Ignace, à l'extérieur du noyau villageois.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Bois, pièce sur pièce

Annexes :

  • Cuisine d'été

Saillies :

  • Cheminée
  • Galerie
  • Terrasse

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Bois (Planche à clins, Planche verticale à couvre-joint)
  • Façade droite : Bois (Planche verticale à couvre-joint, Planche à clins)
  • Façade gauche : Bois (Planche à clins)
  • Façade avant : Bois (Planche à clins)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle profilée

Porte principale :

  • bois, à panneaux

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux
  • bois, à panneaux et vitrage

Fenêtre(s) :

  • carrée, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • carrée, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux

Lucarne(s) :

  • À fronton

Éléments architecturaux :

  • Bardeau
  • Chambranle
  • Larmier cintré
  • Planche cornière

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-10-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Les maison et laiterie Guimont présentent un intérêt patrimonial pour leur valeur architecturale. Les bâtiments sont représentatifs de l'architecture rurale québécoise, et plus particulièrement de celle de la Côte-du-Sud. Les habitations comme la maison Guimont, avec son corps de logis et sa cuisine d'été en pièce sur pièce et ses éléments néoclassiques, sont en effet nombreuses dans cette région. L'influence néoclassique se matérialise ici dans le toit à deux versants retroussés percé de lucarnes, le larmier cintré, les chambranles moulurés, les planches cornières et les lucarnes à fronton. La maison Guimont aurait été construite au milieu du XVIIIe siècle et agrandie en 1793. La cuisine d'été, qui reprend en plus petit le volume du corps principal, a été ajoutée en 1843. C'est à ce moment que des modifications dans l'esprit néoclassique auraient été apportées à l'extérieur. La laiterie, érigée entre 1793 et 1819, est une structure basse en pièce sur pièce recouverte de planches de bois verticales peintes en blanc. Elle est coiffée d'un toit en pavillon couvert de bardeaux de cèdre et présente une porte cloutée et une petite fenêtre sur l'un des côtés. Par ailleurs, les maison et laiterie Guimont se distinguent par leur authenticité et leur intégrité. Les bâtiments reflètent un développement harmonieux sur une période de 150 ans et sont dans un état de conservation remarquable, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. À titre d'exemple, le revêtement de planches de bois à clins du corps principal de la maison cache un lambris de planches verticales plus ancien. À l'intérieur, la résidence conserve ses divisions d'origine, avec le salon, la cuisine et la salle à manger à l'avant et les chambres à l'arrière et à l'étage. Des armoires encastrées, des boiseries anciennes ainsi que des éléments de quincaillerie et de menuiserie ont aussi été bien préservés. À l'intérieur de la laiterie, les moulures qui ornent le haut des poutres et des murs témoignent encore du raffinement de ses constructeurs. La famille Guimont, devenue propriétaire des lieux en 1819, a assuré la préservation de l'ensemble de génération en génération.

Les maison et laiterie Guimont présentent également un intérêt patrimonial pour leurs valeurs historique et ethnologique. L'environnement immédiat a conservé sa vocation agricole. La présence de la cuisine d'été et de la laiterie témoigne également d'une longue tradition agricole ainsi que d'un mode de vie et de savoir-faire aujourd'hui tombés en désuétude. La cuisine d'été est un petit bâtiment généralement rattaché au corps de logis par un mur mitoyen. La famille s'y installe durant l'été pour vaquer à ses occupations quotidiennes et procéder au grand ménage de la maison. Le transfert de la maisonnée dans la cuisine d'été permet aussi de garder la résidence propre puisque les travaux agricoles estivaux amènent plus de saleté à l'intérieur. Finalement, ce déménagement saisonnier permet de conserver la maison fraîche pour la nuit, car ses occupants continuent d'y dormir. La cuisine d'été de la maison Guimont possède toujours un foyer en pierre crépie au fond duquel s'ouvrent les portes en fonte d'un four à pain. Ce four à pain en pierre est couvert d'un toit en appentis adossé au mur pignon. Quant à la laiterie de ferme, c'est un petit bâtiment où l'on procède au traitement et à l'entreposage du lait. Généralement constituée de pierre ou de bois, elle est souvent chaulée ou peinte en blanc afin de réfléchir la lumière. Une petite fenêtre est souvent percée dans l'un des côtés pour permettre l'aération du bâtiment et ainsi éviter le développement d'humidité ou de moisissures. La laiterie Guimont en est un bon exemple.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques des maison et laiterie Guimont liés à leurs valeurs historique, ethnologique et architecturale comprennent, notamment :
- leur situation dans un environnement agricole;
- les caractéristique de la maison, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants à larmiers cintrés (couvert de tôle à baguettes), les fondations en pierre, la charpente en pièce sur pièce assemblée à queue d'aronde recouverte de planches de bois à clins sur les façades avant et arrière et de bardeaux de cèdre sur les murs pignons, les fenêtres à battants à six grands carreaux, les contrevents doubles, les lucarnes, les chambranles moulurés, les frontons des lucarnes, les planches cornières, la cheminée centrale;
- la présence d'une cuisine d'été en pièce sur pièce lambrissée de planches de bois verticales (comprenant une cheminée à l'est, un foyer intérieur en pierre crépie au fond duquel s'ouvrent les portes en fonte du four à pain ainsi que le four à pain en pierre adossé au mur pignon est et couvert d'un toit en appentis);
- les caractéristiques de la laiterie, dont le plan carré, le toit en pavillon, la structure en pièce sur pièce recouverte de planches de bois verticales peintes en blanc et la couverture en bardeaux de cèdre ainsi que les ouvertures (constituées d'une porte cloutée et d'une petite fenêtre sur l'un des côtés);
- l'aménagement et le décor intérieur de la maison, dont les divisions d'origine, les armoires encastrées, les planchers de pin ainsi que les moulures dans le haut des murs et des poutres et les planches de bois verticales du revêtement intérieur d'origine apparentes entre autres à l'étage supérieur;
- le décor intérieur de la laiterie, dont les moulures dans le haut des murs.

Haut de la page

Informations historiques

La maison Guimont, qui aurait été construite dans la première moitié du XVIIIe siècle, s'élève sur un lot concédé à Ambroise Fournier (1696-1745) en 1723. Une résidence en pièce sur pièce, coiffée d'un toit en bardeaux de cèdre, y est érigée dans les années subséquentes. Après la mort de Fournier, la maison est léguée à son fils Jean-Baptiste (1733 - après 1801). En 1793, ce dernier cède la propriété à son fils Pierre. La résidence semble avoir été agrandie à cette époque. Elle est transmise en 1799 à François-Marie Fournier (1779 - après 1843), frère de Pierre.

N'ayant pas d'enfants, François-Marie fait don de la maison en 1819 à François-Marcel Guimont (1793-1843), frère cadet de sa femme. L'acte de donation fait mention d'une laiterie. Celle-ci aurait été construite entre 1793 et 1819. En 1843, une cuisine d'été est annexée à la maison par Paul Guimont (1820-1874). La résidence est vraisemblablement remise au goût du jour à ce moment dans un esprit néoclassique.

Charles Guimont (1850-1927) serait le dernier membre de la famille à occuper la résidence de manière permanente. Après son décès, la résidence est vraisemblablement inoccupée, mais demeure la propriété de sa famille. Entre 1935 et 1942, le bâtiment est loué à la commission scolaire de l'endroit pour accueillir une école de rang. Depuis 1955, la maison est la résidence d'été de la famille Guimont.

Les maison et laiterie Guimont sont classées en 1984.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Montmagny

Municipalité :

  • Cap-Saint-Ignace

Adresse :

  • 291, chemin de la Rivière

Latitude :

  • 47° 1' 54.757"

Longitude :

  • -70° 25' 56.476"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montmagny Paroisse de Cap-Saint-Ignace Absent P-538

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BLANCHET, Johanne et Jean PROVENCHER. C'était le printemps : la vie traditionnelle dans la vallée du Saint-Laurent. Histoire populaire du Québec, 5. Montréal, Les Éditions du Boréal Express, 1980. 236 p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LA GRENADE-MEUNIER, Monique. La maison Guimont. 291, chemin de la Rivière, Cap Saint-Ignace: recherche historique et analyse architecturale. Québec, Ministère des Affaires culturelles, Service des études et expertises, 1982. 124 p.
  • LA GRENADE-MEUNIER, Monique. « Maison Guimont et laiterie ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 383.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013