Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Caron, Jules

Type :

Personne (Homme)

Date :

  • 1886‑11‑04 – 1942

Occupation :

  • Architecte

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (41)

Voir la liste

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Arthabaska (Victoriaville), le 4 novembre 1886, Jules Caron est le fils de Louis Caron, entrepreneur, et de Césarie Desrocher. Deux de ses frères, Louis et Joseph-Henri, de même que l'un de ses fils, Jean-Louis Caron, sont architectes.

Caron fait ses études au collège de Victoriaville et complète son apprentissage auprès de son père ainsi que de P.B. Williams, un dessinateur employé dans l'entreprise paternelle. En 1913, il supervise le chantier du bureau de poste de Trois-Rivières. Il est admis à l'Association des architectes de la province de Québec en 1917 et, dès lors, exerce sa profession à Trois-Rivières.

L'oeuvre de Caron compte de nombreux lieux de culte de la Mauricie. Il conçoit notamment cinq églises de Shawinigan entre 1922 et 1931, soit celles de Saint-Boniface, de Saint-Gérard-Majella, de Sainte-Jeanne-d'Arc, de Notre-Dame-de-la-Présentation et du Sacré-Coeur. Il dessine également les plans de l'église de Saint-Tite en 1927 et de celle de Saint-Lazare à Trois-Rivières l'année suivante. Il est aussi le concepteur de la chapelle Saint-Théodore, érigée à La Tuque en 1931.

Outre ces nombreux édifices religieux, Caron réalise aussi des édifices publics et des établissements scolaires. Par exemple, en 1918, il conçoit un poste d'incendie et une académie à Cap-de-la-Madeleine (Trois-Rivières) ainsi qu'une autre caserne de pompiers à Trois-Rivières. Il dessine également les plans de l'externat pour jeunes filles de Grand-Mère en 1926, une aile pour l'hôpital Saint-Joseph de Trois-Rivières, construite de 1938 à 1940, ainsi que les plans de l'école normale d'Amos en 1942. La production de l'architecte compte aussi plusieurs résidences privées, dont certaines ont été réalisées en collaboration avec son frère Louis, de même que des magasins.

Il est décédé en 1942.

Il avait épousé Blanche Morin.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CARON-DRICOT, Andrée. Les Caron: une dynastie d'architectes depuis 1867. Nicolet, Les Racontages, 1997. 309 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013