Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église Saint-Charles-Borromée

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Église de Saint-Charles-Borromée
  • Église de Saint-Charles-de-Bellechasse

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Charles-de-Bellechasse

Date :

  • 1827 – 1829 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (10)

Inventaires associés (2)

Carte

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Charles-de-Bellechasse) 2013-09-03
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Éléments caractéristiques

« Les éléments caractéristiques de l'église Saint-Charles-Borromée liés sa valeur architecturale, artistique et historique comprennent, notamment :
- le plan au sol de forme rectangulaire avec le choeur, plus étroit que la nef, en saillie et l'abside en hémicycle;
- le revêtement en maçonnerie de pierre de taille;
- le clocher dont la chambre des cloches est encadrée de pilastres et coiffée de frontons triangulaires;
- l'abside, conservée de l'église d'origine de 1757, recouverte de bardeaux de cèdre et surmontée d'un clocheton comportant les mêmes ornements que le clocher;
- le toit à deux versants recouvert de tôle à la canadienne avec sa corniche moulurée;
- la porte principale en bois à panneaux et à battants;
- le portique de la façade avant composé d'un entablement, d'une imposte à petits carreaux en forme d'arc en plein cintre avec une archivolte;
- la fenêtre palladienne coiffant le portique;
- les portes latérales en bois à panneaux et à battants avec impostes;
- les fenêtres cintrées à petits carreaux avec impostes et l'oculus de la façade avant;
- les fenêtres cintrées à petits carreaux avec impostes des façades latérales;
- les fenêtres rectangulaires à battants et à petits carreaux de la sacristie;
- les lucarnes à croupe de la sacristie;
- la voûte en arc surbaissé;
- la nef à vaisseau unique dotée d'une tribune à l'arrière;
- le revêtement en bois de l'intérieur et de la voûte en forme de cul-de-four;
- le retable formé de quatre panneaux ornés de trophées, d'un triptyque et de deux fenêtres encadrés de dix pilastres avec chapiteaux;
- l'entablement orné du choeur qui se prolonge dans la nef;
- les caissons sous les fenêtres de la nef ornés de sculptures dorées à la feuille d'or;
- le maître-autel et les autels latéraux dont les tombeaux sont dotés de bas-reliefs;
- la chaire dont la cuve à pans coupés est ornée sur sa face principale d'un bas-relief représentant Moïse avec les tables de la Loi;
- le banc d'oeuvre surmonté d'un fronton en segment de cercle supportant des lanternes chapeautant un médaillon du saint patron de la paroisse;
- la couleur blanche et celle des dorures de feuilles d'or liant les différents éléments architecturaux et le mobilier liturgique;
- la situation de l'église au coeur du village de Saint-Charles-de-Bellechasse, dans un ensemble religieux catholique comprenant également le presbytère, l'ancien couvent des Soeurs de la Charité et le cimetière. »

Source : Municipalité de Saint-Charles-de-Bellechasse

Haut de la page

Informations historiques

L'intérêt patrimonial de cet immeuble se caractérise comme suit. Vers la fin des années 1740, les habitants de cette partie du territoire jusqu'alors rattachée à la paroisse de Saint-Étienne de Beaumont, se concertent pour que soit créée une nouvelle paroisse. Ils commencent en 1748 la construction d'un presbytère qui accueillera, l'année suivante, leur premier curé, l'abbé Louis-Pascal Sarrault. Ce presbytère incluait une chapelle qui servit au culte jusqu'en 1757, moment où l'église fut complétée. Une première église fut construite à Saint-Charles-de-Bellechasse à compter de 1752; la première messe y fut célébrée le 8 mai 1757. La paroisse ne fut érigée canoniquement qu'en 1827, sous le nom de Saint-Charles-Borromée.

L'histoire religieuse de Saint-Charles est marquée par la reconstruction entre 1827 et 1829 de son église sur le même site par François Audet dit Lapointe suivant des plans inspirés de Thomas Baillairgé et dans le même esprit que celle d'origine (1757), en gardant le choeur, mais en élargissant et allongeant la nef. Technique originale, on construira la nouvelle église au-delà et au-dessus de l'ancienne dont on enlèvera les murs à la fin des travaux seulement. La reconstruction de l'église a commencé en 1827; les murs sont alors édifiés jusqu'aux fenêtres. Les travaux sont repris au printemps 1828 et la pierre angulaire est bénie le 7 août. La première messe est célébrée le 5 octobre de la même année. En 1829, on continue la finition intérieure du temple : peinture, bancs, boiseries, plafonnage et voûte. Le clocher n'aurait été édifié qu'en 1835.

Le portique en façade composé d'un entablement, d'une imposte en forme d'arc en plein cintre et l'archivolte, la fenêtre palladienne et la parfaite symétrie des ouvertures reflètent le néoclassicisme. Le fronton triangulaire présent dans l'ornementation de la chambre des cloches complète les éléments de ce répertoire stylistique. L'abside, chapeautée d'un clocheton, est recouverte de bardeaux de cèdre. Cette portion a été conservée de l'église d'origine construite en 1757. La sacristie actuelle fut construite entre 1846 et 1850. Le clocher, érigé en 1852 par André Paquet, sera remplacé en 1874. En 1918, la fabrique fait refaire par J-P. Gauvin le tombeau des trois autels dans le style d'origine.

Le revêtement intérieur et la voûte sont en bois. On doit à André Paquet de Saint-Charles, le décor intérieur de l'église. Cet élève et disciple de Thomas Baillairgé prendra huit ans à réaliser les plans du maître avec un succès incontestable, comme c'est d'ailleurs le cas pour l'église du même nom à Charlesbourg. Le retable est formé de quatre panneaux ornés de trophées, trois tableaux et deux fenêtres encadrés de dix pilastres avec chapiteaux. Ces chapiteaux sont surmontés d'un entablement richement décoré qui se prolonge jusqu'à l'arrière de l'église. La cuve à pans coupés qui forme la chaire est ornée sur sa face principale d'un bas-relief représentant Moïse avec les tables de la Loi. Au mur, un panneau décoratif, surmonté d'un abat-voix finement exécuté, est encadré de pilastres ioniques et orné d'une colombe en relief dans une gloire. Le banc d'¿uvre est surmonté d'un fronton en segment de cercle supportant des lanternes avec, au trumeau, un médaillon du saint patron de la paroisse. Les tabernacles des autels latéraux sont également des oeuvres de Paquet. Un orgue Mitchell de 1881 a remplacé celui de marque Stein de 1854.

L'église Saint-Charles-Borromée a l'honneur de compter parmi les concepteurs, artistes et artisans qui l'ont faite ce qu'elle est, les plus grands talents : Thomas Baillairgé qui en aurait inspiré les plans et le décor intérieur, André Paquet qui a exécuté avec un immense talent l'ensemble du décor actuel, Laval Marquis, Alphonse Dion, Théophile Hamel, Antoine Plamondon, Ranvoizé, Laurent Amyot, François Sasseville, Pierre Lespérance, Jean de la Lande et François-Noël Levasseur.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Bellechasse

Municipalité :

  • Saint-Charles-de-Bellechasse

Adresse :

  • 2817, avenue Royale

Localisation informelle :

L'église est située au coeur du village de Saint-Charles-de-Bellechasse

Latitude :

46° 46' 19.3"

Longitude :

-70° 56' 29.7"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 821 338
  • Lot 3 877 466
  • Lot 4 529 921

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ASSELIN, Gisèle, Yvan GRAVEL, Jean-Pierre LAMONDE et Paul ST-ARNAUD. Patrimoine religieux de Bellechasse. Québec, Les Éditions GID, 2009. 324 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013