Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Duvernay, Ludger

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Verchères le 22 janvier 1799, Ludger Duvernay est le fils de Joseph Crevier Duvernay, maître menuisier, et de Marie-Anne-Julie Rocbert de La Morandière.

Duvernay fait l'apprentissage du métier d'imprimeur à Montréal, de 1813 à 1815, dans l'atelier du Spectateur. Il travaille dans cette entreprise jusqu'en 1817, puis met sur pied une imprimerie à Trois-Rivières. Il publie la Gazette des Trois-Rivières (1817-1821), L'Ami de la religion et du roi (1820), Le Constitutionnel (1823-1824) et L'Argus (1826).

De retour à Montréal en 1827, il fait paraître le Canadian Spectator jusqu'en 1829 et La Minerve jusqu'en 1837. La Minerve, l'un des plus importants journaux du Bas-Canada, défend alors les intérêts des Canadiens français et diffuse les idées du Parti patriote. De son imprimerie dans le quartier des affaires de Montréal, Duvernay devient le principal imprimeur de livres, de brochures et de pamphlets de la ville. Accusé de diffamation dans ses écrits, il est emprisonné en 1828, 1832 et 1836.

En 1834, Duvernay est l'un des fondateurs et le président de la société Aide-toi, le Ciel t'aidera, dont les membres s'intéressent à la politique et à la littérature. La même année, il a l'idée de faire du 24 juin la fête nationale des Canadiens français.

Duvernay est député de Lachenaie à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada de 1837 jusqu'à la suspension de la Constitution, le 27 mars 1838. Il quitte Montréal lorsqu'un mandat d'arrêt est lancé contre lui et d'autres patriotes le 16 novembre 1837. Il dirige un groupe de patriotes à la bataille de Moore's Corner (Saint-Armand-Station) en décembre de la même année. Réfugié aux États-Unis, il fait paraître, à Burlington, au Vermont, Le Patriote canadien en 1839 et 1840.

Revenu à Montréal en 1842, Duvernay reprend la publication de La Minerve jusqu'en 1852, prônant cette fois les idées des réformistes de Louis-Hippolyte La Fontaine. Membre fondateur de l'Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1843, il en devient le président en 1851.

Il est décédé à Montréal, le 28 novembre 1852. Il est inhumé dans le cimetière de la rue Saint-Antoine. Ses restes sont transférés dans le cimetière de Notre-Dame-des-Neiges en 1855.

Il avait épousé à Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup (Louiseville), en 1825, Reine Harnois, fille du capitaine Augustin Harnois et de Josephte Déjarlais.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Histoire: Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours [En Ligne]. http://www.assnat.qc.ca/
  • AUDET, Francis-J. « Ludger Duvernay ». Revue nationale. Vol. VII (s.d.), p. 133-136.
  • LEBEL, Jean-Marie. « Duvernay, Ludger ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013