Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Peinture (Portrait de Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier)

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Région administrative :

  • Montréal

Date :

  • 1697 – 1700 (Production)
  • 2006 – 2007 (Restauration)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France
  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Patrimoine mobilier associé (2)

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Réalisée entre 1697 et 1700, et attribuée au peintre canadien Pierre Le Ber (1669-1707), cette huile sur toile de moyen format représente Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1653-1727), deuxième évêque de Québec. Celui-ci est représenté en buste, tourné de trois quarts vers la droite, devant un fond sombre traité en aplat. Provenant de la gauche, la lumière illumine sans complaisance le visage de l'évêque. Sous un large front lisse, ses traits sont par contraste marqués de rides et de sillons prononcés. En plus d'un creux dans la joue gauche et d'un étrange relief entre le nez et la bouche de l'évêque, l'artiste n'a pas négligé ses yeux cernés, ni épargné son strabisme au passage.

Sous une mince calotte noire, les cheveux gris bordant le visage tombent, à gauche, en larges boucles sur la nuque. Le corps d'allure massive - pris dans le cadrage serré privilégié par l'artiste - est habillé d'une ample soutane noire, presque bouffante au niveau de l'épaule. L'évêque porte également un rabat et une croix pectorale. Cette dernière, biseautée et présentant des fioritures aux extrémités, est attachée à une boutonnière rouge, seule couleur vive dans cet univers caractérisé par une palette sobre.

L'oeuvre a été restaurée en 2006, par Anita Henry, grâce à une aide financière du Conseil du patrimoine religieux du Québec.

Numéro de l'objet :

  • Numéro d'accession : 1972.1462

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada

Dimensions :

  • Hauteur : 55,7 centimètre(s)
  • Largeur : 45,7 centimètre(s)

Médium :

  • Huile

Support :

  • Toile

Représentation iconographique :

  • Évêque de Québec
  • Mgr de Saint-Vallier

Signature :

  • Non signé

Sujet :

  • Portrait
  • Religion

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Avis d'intention de classement Partie d'un objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2020-08-20
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Le Portrait de Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier constitue un bel exemple de la production picturale en Nouvelle-France. De fait, dans une colonie dépourvue d'école d'art, les peintres locaux, qui ne pouvaient y recevoir qu'une formation sommaire, étaient sujets à certaines maladresses d'exécution. Dans ce portrait attribué à Pierre Le Ber (1669-1707), le traitement schématique et rigide trahit en effet les connaissances lacunaires de l'artiste. Il n'offre pas moins un regard unique, empreint d'originalité, se distinguant de la belle manière des peintres académiques.

L'oeuvre, qui exigeait la rencontre du peintre et de son commanditaire, a sans doute été réalisée lors du quatrième séjour de l'évêque en Nouvelle-France, entre 1697 et 1700. Comme l'avançait l'historienne de l'art Nicole Cloutier en 1976, l'attribution à Le Ber s'appuie sur les ressemblances entre cette oeuvre et le seul tableau donné avec certitude à ce peintre : le Portrait de Marguerite Bourgeoys, peint en 1700. En se basant sur la technique employée et sur certains aspects stylistiques - bref, selon une approche propre au connoiseurship -, Cloutier précisait :

« L'artiste a utilisé les mêmes dominantes de noir, de blanc, d'ocre. Dans les deux cas, les traits du visage sont rigides; les yeux sans cils sont dessinés par un simple trait de contour; la ligne du nez se rattache à celle des sourcils de la même façon. Les bouches, aux lèvres minces et serrées se ressemblent dans les deux cas. »

On remarque effectivement la même palette limitée dans les deux oeuvres et l'utilisation d'un fond sombre traité sans modulation. Le détail de la narine, allongée, mince, à la courbe marquée et soulignée de noir, constitue de plus un trait somatique, soit une manière de figurer un détail de façon particulière par l'artiste.

Poursuivant dans le sens de cette attribution du portrait à Le Ber, mentionnons que dans cette colonie française d'Amérique, d'ailleurs très peu peuplée à la fin du XVIIe siècle, les deux hommes se connaissaient. En 1694, Mgr de Saint-Vallier baptisait le filleul de Le Ber. L'évêque entretenait aussi des liens particuliers avec les Frères Hospitaliers de Montréal (ou Frères Charron), là où Le Ber avait élu domicile et installé son atelier de peintre.

Enfin, la période de réalisation de l'oeuvre semble correspondre. Selon un rapport d'analyse produit en 2008 par l'Institut canadien de conservation, les pigments et la couche préparatoire remonteraient en effet au XVIIe ou XVIIIe siècle.

Ayant sans doute appartenu à l'évêque de son vivant, l'huile sur toile fut probablement conservée au palais épiscopal de Québec. En 1759, peu avant la prise de Québec par les troupes britanniques, le portrait fut emporté à Montréal parmi les effets du sixième évêque de Québec, Mgr de Pontbriand (1708-1760). À son décès, en 1760, l'inventaire de ses biens faisait mention de « Cinq tablaux sans cadre representants Les cinq precedts Eveques de cette colonie ». Ceux-ci, à l'instar de nombreux autres objets, furent alors légués aux Sulpiciens en reconnaissance de leur hospitalité à l'endroit de l'évêque durant les derniers mois de sa vie.

Les Sulpiciens ont conservé précieusement ce legs jusqu'à nos jours.

Auteur : Pierre-Olivier Ouellet, 2014

Haut de la page

Références

Gestionnaires des données :

Univers culturel de Saint-Sulpice

Contributeur de données :

Univers culturel de Saint-Sulpice

Notices bibliographiques :

  • CLOUTIER, Nicole. « Pierre Le Ber ». CLOUTIER, Nicole et François-Marc GAGNON. Premiers peintres de la Nouvelle-France. Québec, Ministère des Affaires culturelles du Québec, 1976, p. 135-156.
  • CLOUTIER, Nicole. « Portrait de Monseigneur de St-Vallier ». CLOUTIER, Nicole. Pierre Le Ber, 1669-1707. Montréal, Université de Montréal, 1973, p. 162-166.
  • Montréal, Département des archives, Univers culturel de Saint-Sulpice, fonds René-Marinier (P5)..
  • « Testament et inventaire des biens (1760) de Mgr de Pontbriand, dernier évêque de Québec sous le régime français », Rapport de l'archiviste de la province de Québec pour 1957-1958 et 1958-1959, Québec, Redempti Paradis, 1959, p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013