Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Peinture (Portrait de Léon-Alfred Sentenne, p.s.s.)

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Région administrative :

  • Montréal

Date :

  • après 1894 – 1895‑03‑06 (Production)

Thématique :

  • Patrimoine religieux

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Éléments associés

Patrimoine mobilier associé (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (2)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le Portrait de Léon-Alfred Sentenne, p.s.s. a été réalisé par le peintre Ludger Larose (1868-1915) en 1895. De moyen format, l'huile sur toile représente le sulpicien dans un plan rapproché, de la ceinture à la tête. D'imposante stature, l'homme âgé d'une soixantaine d'années a le visage tourné de trois quarts vers la droite, ses yeux fixant l'infini d'un regard assuré. Son front large, ridé et dégarni est bordé de cheveux bruns fins. Il a le nez droit. Les sillons marqués de son visage encadrent des lèvres charnues. Le menton arrondi est souligné par un second menton recouvrant partiellement un col blanc. Ses larges épaules sont recouvertes d'un manteau noir qui, détaché au centre, laisse entrevoir la soutane noire du personnage. En contraste avec les habits et le fond brun foncé, le visage de Sentenne est éclairé d'une lumière douce qui le fait jaillir de la pénombre.

Numéro de l'objet :

  • Numéro d'accession : 1976.0012

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Montréal

Dimensions :

  • Hauteur : 72,8 centimètre(s)
  • Largeur : 59,5 centimètre(s)

Médium :

  • Huile

Support :

  • Toile

Représentation iconographique :

  • Léon-Alfred Sentenne, p.s.s.

Signature :

  • Signé et daté en bas à gauche : L. Larose / Pinxit 1895

Sujet :

  • Portrait
  • Religion

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Avis d'intention de classement Partie d'un objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2020-08-20
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Lorsque Ludger Larose (1868-1915) termine le portrait d'Alfred-Léon Sentenne (1831-1907), p.s.s., le 6 mars 1895, ce dernier est hospitalisé depuis septembre 1894. L'artiste l'avait visité régulièrement à l'hôpital depuis lors..., non tant pour en fixer les traits sur la toile - ce qu'il devait néanmoins faire -, mais aussi pour affaires et pour voir un bienfaiteur inestimable.

De fait, avant d'être atteint par la maladie, Alfred-Léon Sentenne avait été curé de la paroisse Notre-Dame de Montréal pendant douze ans. Entre 1888 et 1894, il avait consacré ressources et énergies à la construction et à la décoration de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur. En plus des commandes au sculpteur Joseph-Olindo Gratton (1855-1941), il s'était évertué à rendre ce projet d'envergure profitable à de jeunes artistes peintres locaux. C'est à cette occasion qu'il avait soutenu Ludger Larose, peintre prometteur, âgé tout juste de la vingtaine, revenu depuis peu d'un séjour d'études à Paris où il avait fréquenté l'École des Beaux-Arts. Le 6 décembre 1890, le curé Sentenne signait une lettre d'entente avec ce dernier. L'artiste s'engageait alors à peindre trois tableaux, lesquels, après un séjour à Rome, devaient être complétés à Paris. De cette manière, l'artiste montréalais obtenait les moyens de se perfectionner pendant trois années, notamment à l'atelier du peintre symboliste Gustave Moreau (1826-1898).

De retour de France, la journée même de son arrivée à Montréal, le 28 juillet 1894, Larose rencontrait le curé Sentenne et portait ses tableaux à la chapelle du Sacré-Coeur. Les deux hommes se voyaient à nouveau le lendemain, ainsi qu'à trois occasions au mois d'août, avant l'hospitalisation du sulpicien. Comme le propose Alison Longstaff, au cours de ces rencontres, « nous devinons [...] la naissance d'une complicité qui va au-delà de la relation professionnelle; Larose visit[ant] Sentenne jusqu'à la mort de ce dernier en 1907 ».

Par la réalisation de ce portrait du religieux, qui fut d'ailleurs le premier portrait d'importance de l'artiste, Larose a, somme toute, réussi à rendre hommage à un homme qui l'a soutenu et qui lui a permis de jouir d'une formation artistique prestigieuse.

La peinture a d'abord appartenu à Sentenne. À une date indéterminée, elle a rejoint l'importante collection d'Émile Filion (1893-1974), p.s.s., professeur de philosophie au Collège André-Grasset. Après le décès de Filion, le portrait a été intégré aux biens de la communauté.

Auteur : Pierre-Olivier Ouellet, 2014

Haut de la page

Références

Gestionnaires des données :

Univers culturel de Saint-Sulpice

Contributeur de données :

Univers culturel de Saint-Sulpice

Notices bibliographiques :

  • BANNON, Jacques. Le collège André-Grasset: 75 ans d'histoire. Québec, Fides, 2003. 330 p.
  • BÉLAND, Mario. « Le dessin académique ». Cap-aux-diamants. No 91 (2007), p. 45.
  • LONGSTAFF, Alison. Un artiste au quotidien au tournant du XXe siècle : le cas de Ludger Larose. Université du Québec à Trois-Rivières, 2008. 556 p.
  • TRUDEL, Jean. Du passé au présent : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur de la basilique Notre-Dame de Montréal. Montréal, Éditions de la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal, 2009. 57 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013