Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Phare du Pilier-de-Pierre

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Phare du Pilier Sud

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Jean-Port-Joli

Date :

  • 1843 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine maritime et fluvial

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Aides fixes à la navigation > Aides lumineuses (phares))

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Patrimoine mobilier associé (1)

Voir la liste

Personnes associées (2)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

Le phare du Pilier-de-Pierre, dans la municipalité de Saint-Jean-Port-Joli, ainsi que le terrain sur lequel il est situé, connu et désigné comme étant une partie de territoire non cadastré du cadastre du Québec, circonscription foncière de L'Islet.

Plan au sol :

Circulaire

Nombre d'étages :

3

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Avis d'intention de classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2021-06-23
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Jean-Port-Joli) 2014-08-07
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le phare du Pilier-de-Pierre présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. En 1805, dans un contexte d'intensification des échanges commerciaux entre la colonie et la métropole, le gouvernement du Bas-Canada met sur pied la Maison de la Trinité de Québec pour assurer la sécurité de la navigation sur le fleuve Saint-Laurent. L'organisme supervise notamment le pilotage et la mise en place des bouées, des phares et des fanaux. Le phare du Pilier-de-Pierre est construit en 1843 sur un îlet rocheux au large de Saint-Jean-Port-Joli, emplacement choisi par la Maison de la Trinité de Québec pour indiquer le chenal sud du fleuve Saint-Laurent. Cet emplacement est associé à de nombreux naufrages de l'histoire de la navigation sur le fleuve Saint-Laurent. Le phare, dont le fonctionnement a été automatisé, sert toujours comme aide à la navigation.

Le phare du Pilier-de-Pierre présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Il appartient à la première génération des phares bâtis au Québec. Conçu à l'été 1842 par Charles Atherton, un ingénieur civil de Montréal, le phare a été construit par l'entrepreneur montréalais Joseph Andrew. Érigé avec des blocs de pierre calcaire taillés en Écosse, le phare du Pilier-de-Pierre se présente comme une tour de forme tronconique de 15,9 mètres de hauteur surmontée d'une lanterne cylindrique. Ce phare a été conçu pour loger toutes les fonctions à l'intérieur d'une seule structure. Le rez-de-chaussée était ainsi utilisé pour l'entreposage, tandis que les deux étages servaient de résidence aux gardiens. La tour a connu peu de modifications depuis sa construction.

Le phare du Pilier-de-Pierre présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. Il témoigne du métier de gardien de phare, qui a été pratiqué par les membres de familles originaires de Saint-Jean-Port-Joli, notamment les Bourgault et les Leclerc. L'isolement du phare, loin de la rive, a de tout temps imposé aux gardiens et à leurs familles une existence austère. Le dernier gardien de phare, Antoine Bourgault, est demeuré en poste jusqu'en 1960.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • L'Islet

Municipalité :

  • Saint-Jean-Port-Joli

Latitude :

  • 47° 12' 20.0"

Longitude :

  • -70° 21' 35.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 0

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013