Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Bellot, Paul

Type :

Personne (Homme)

Autre(s) nom(s) :

  • Bellot, Paul-Louis-Denis
  • Dom Bellot

Date :

  • 1876‑06‑07 – 1944‑07‑05

Occupation :

  • Architecte
  • Membre d'une communauté religieuse

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Patrimoine mobilier associé (1)

Voir la liste

Groupes associés (1)

Personnes associées (4)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 7 juin 1876 à Paris, Paul Bellot est le fils d'un architecte.

De 1894 à 1900, Bellot étudie à l'École des beaux-arts de Paris, où il fréquente l'atelier de Marcel Lambert. En 1902, il renonce à l'architecture et entre chez les Bénédictins de Solesmes, situés à l'île de Wight, en Grande-Bretagne, et prend le nom de dom Bellot. Il est élevé au sacerdoce en 1911.

Dom Bellot reprend sa carrière architecturale vers 1903 et assiste dom Mellet à la réalisation des plans d'une église temporaire. Il entreprend en 1906 la conception du prieuré Saint-Paul d'Oosterhout aux Pays-Bas et l'année suivante, celle de l'abbaye Sainte-Marie de Quarr à l'île de Wight. Il s'installe à Saint-Paul d'Oosterhout durant la Première Guerre mondiale et y demeure jusqu'en 1928. Pendant cette période, il dessine des plans de monastères, mais n'en réalise qu'un seul, celui de la Visitation de Crainhem (1928) en Belgique. Le moine bénédictin conçoit également des églises paroissiales, des établissements scolaires et des chapelles, pratiquement tous situés en Belgique ou aux Pays-Bas. Parmi ses réalisations se trouvent, entre autres, les églises Saint-Joseph de Noordhoek (1921-1922) et Sainte-Thérèse de Nimègue (1928-1929) aux Pays-Bas, ainsi que la reconstruction de l'église Saint-Chrysole de Comines (1922-1933) en France. Le moine-architecte retourne en France en 1928 à l'abbaye Saint-Paul de Wisques et dessine, l'année suivante, les plans d'un campus pour l'Université de Louvain. Dans les années 1930, il reçoit des commandes de la France, du Portugal, de l'Afrique, de l'Argentine et du Canada.

Bellot fait un premier séjour au Québec en 1934 et revient quelques années plus tard, pour dessiner, entre autres, les plans du dôme de l'oratoire Saint-Joseph et de la finition extérieure (1937-1939), de l'abbaye Saint-Benoît-du-Lac (1939-1941) et du grand séminaire de Québec (1941); ce dernier sera finalement construit selon les plans d'Ernest Cormier. Il prend sous son aile quelques architectes, notamment Adrien Dufresne, Edgar Courchesne et dom Claude-Marie Côté. Le travail de ces disciples locaux du moine-architecte contribue au rayonnement de son approche, le dom-bellotisme, dans l'architecture religieuse du Québec.

Bellot s'inspire particulièrement de l'architecture médiévale et des idées publiées par Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, architecte et restaurateur français du XIXe siècle. Ses oeuvres sont notamment caractérisées par la mise en valeur du matériau et de la lumière, lui valant le surnom de « poète de la brique », la primauté de la structure sur l'ornementation et le recours à un système de proportions rigoureux.

Il a publié Une oeuvre d'architecture moderne (1927) et plusieurs articles portant sur l'architecture religieuse.

Il est décédé à Québec le 5 juillet 1944.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BERGERON, Claude et Geoffrey SIMMINS. L'abbaye de Saint-Benoit du Lac et ses bâtisseurs. Sainte-Foy, Les Presses de L'Université Laval, 1997. 323 p.
  • CULOT, Maurice, dir. et Martin MEADE, dir. Dom Bellot, moine-architecte 1876-1944. Paris, Norma Éditions, 1996. 271 p.
  • DION, Luce. « Oratoire Saint-Joseph ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com
  • HILL, Robert G. Biographical Dictionary of Architects in Canada, 1800-1950 [En Ligne]. http://dictionaryofarchitectsincanada.org/
  • TARDIF-PAINCHAUD, Nicole. Dom Bellot et l'architecture religieuse au Québec. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1978. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013