Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Alignement de maisons de la rue Sainte-Anne

Région administrative :

  • Mauricie

Municipalité :

  • Yamachiche

Date :

  • après 1850 – avant 1900 (Construction)

Usage :

  • Non applicable

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (12)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche est un alignement de douze bâtiments résidentiels construits pour la plupart au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Le corps principal des édifices présente un plan rectangulaire et des élévations allant d'un étage et demi à deux étages et demi. Les demeures se distinguent par leur parement en brique rouge ainsi que par leur ornementation blanche, en bois, et noire, en fonte.

Les douze maisons s'élèvent dans le noyau villageois, face à l'église et au presbytère. Elles bordent le côté nord de l'ancien chemin du Roy, qui constitue la rue principale de la municipalité de Yamachiche. L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche comprend également la portion de la rue Sainte-Anne devant les douze résidences, leurs terrains, ainsi qu'une partie des rues de Carufel et Notre-Dame.

Cet ensemble est classé site patrimonial. Il inclut la maison Louis-Léon-Lesieur-Desaulniers, classée immeuble patrimonial. Il comprend deux sites archéologiques inscrits à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2008-06-26
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. L'ensemble se distingue par l'homogénéité de ses composantes, soit des résidences bourgeoises comportant un parement en brique rouge et des éléments ornementaux blancs en bois ou en fonte. Compte tenu de la rareté de la pierre dans la région, l'utilisation de la brique est privilégiée, à l'époque, pour la construction de nombreuses demeures bourgeoises implantées le long du chemin du Roy, à Yamachiche et dans les villages environnants. De plus, la présence de sols argileux favorise l'établissement de quelques briqueteries. L'uniformité du parement et de l'ornementation provient également du travail des frères Héroux qui privilégient ces couleurs et matériaux. Par ailleurs, ces maisons, érigées au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, s'inscrivent dans le courant éclectique, qui se traduit par l'association de plusieurs styles dans une même construction. Par leur toit de formes variées, leurs lucarnes, leurs balcons, leur fronton ou leur pignon, les résidences de Yamachiche évoquent cette diversité. L'ornementation, tels les appliques et les chambranles menuisés, les corniches à consoles, les frises ainsi que les balustrades, témoigne de l'influence des styles architecturaux historiques de l'époque victorienne. L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche rappelle les courants qui marquent la construction résidentielle bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle au Québec. La valeur architecturale de l'ensemble repose aussi sur la renommée des frères Joseph (1831-1901) et Georges-Félix (1833-1901) Héroux. Ils participent aux travaux de nombreuses églises au Québec et à quelques-uns en Nouvelle-Angleterre. Leur atelier de sculpture et de fine menuiserie se situe à Yamachiche, où ils collaborent avec plusieurs maîtres sculpteurs et ébénistes. Artisans, architectes et entrepreneurs, les Héroux réalisent l'ornementation ou construisent de nombreuses résidences de la région. Ils privilégient l'emploi de la brique et d'éléments décoratifs élaborés de bois ou de fonte. Ce site historique constitue la plus importante concentration de demeures construites par les frères Héroux. Par ailleurs, Georges-Félix Héroux est maire de la municipalité de village de 1887 à 1899. L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche témoigne du savoir-faire de Joseph et Georges-Félix Héroux ainsi que de leur notoriété dans la région.

Le site présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec les notables ayant habité les lieux. Plusieurs de ces résidences sont construites pour la bourgeoisie locale. Parmi celle-ci se trouvent des entrepreneurs, des médecins et des hauts fonctionnaires. Certains se sont illustrés sur la scène politique, dont Louis-Léon Lesieur Desaulniers (1823-1896), médecin, député, juge de paix et président du Bureau des inspecteurs des prisons et asiles de la province de Québec. L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche reflète la concentration de l'élite locale et de personnalités influentes dans ce noyau villageois.

Le site présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur urbanistique. L'alignement de ces douze résidences, situées au coeur du village et faisant face à l'église, est caractérisé par une certaine cohérence visuelle. Disposées en bordure de l'ancien chemin du Roy, les maisons sont érigées sur des lots étroits perpendiculaires à la voie publique. Cette implantation particulière, qui témoigne du mode de vie villageois d'autrefois, favorise l'agrandissement des maisons par l'ajout d'une ou de plusieurs annexes à l'arrière. De plus, la présence, au sein de L'Enfilade, de deux groupes distincts de résidences séparés par un axe central formé par la maison Louis-Léon-Lesieur-Desaulniers crée une perspective visuelle digne d'intérêt.

Source: Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2018.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche liés à ses valeurs architecturale, historique et urbanistique comprennent, notamment :
- la présence des douze résidences en brique rouge;
- l'implantation pavillonnaire et l'alignement des résidences en bordure de la voie publique, du côté nord de l'ancien chemin du Roy, constituant la rue principale de la municipalité;
- son emplacement dans le noyau villageois, face à l'église;
- les dépendances des douze résidences;
- les relations entre tous les bâtiments constituant le site;
- les volumes, dont les plans rectangulaires, les élévations d'un étage et demi à deux étages et demi, le faible dégagement des solages, les toits ayant conservé leur forme et leur pente originale (toits à deux versants droits, à deux versants à larmiers retroussés, en pavillon et plats), les pignons centraux, les galeries couvertes, les balcons et les baies en saillie;
- les matériaux, dont les parements en brique rouge, les solages en pierre, les toits en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois ou en fonte;
- les ouvertures, dont les fenêtres carrées, cintrées ou rectangulaires (certaines à battants à grands carreaux et d'autres à guillotine), les lucarnes cintrées ou à pignon, les soupiraux, les portes (certaines à double vantail) et les impostes ainsi que leur disposition symétrique en façade principale;
- l'ornementation de couleur blanche de menuiserie ou de fonte, dont les frontons (certains étant cintrés et d'autres à base interrompue), les corniches ouvragées, les retours de corniche, les balustrades, les consoles, les modillons, les frises menuisées, les colonnes, les pilastres, les aisseliers, les chambranles, les appliques et les mâts;
- les souches de cheminée en brique rouge;
- les annexes arrière.

Haut de la page

Informations historiques

Les résidences de L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche sont construites, pour la plupart, entre 1850 et 1900. Au début du XVIIIe siècle, la presque totalité du territoire de Yamachiche fait partie de la seigneurie de Grosbois-Est, une concession appartenant aux frères Charles (1674-1739) et Julien (1679-1715) Lesieur. Deux noyaux se développent : le plus important est situé près de la rivière Yamachiche, non loin du lac Saint-Pierre, tandis que l'autre hameau, correspondant à l'emplacement du village actuel, se trouve à proximité de la Petite rivière Yamachiche. La paroisse Sainte-Anne, érigée en 1722, croît grâce à la proximité de cours d'eau et à la fertilité du sol. Une quinzaine d'années après la fondation de la paroisse, l'ouverture du chemin du Roy, dont un tronçon est aujourd'hui appelé la rue Sainte-Anne, contribue également à son expansion.

L'agriculture et l'industrie du bois sont les principaux moteurs économiques. Au cours du XIXe siècle, les terres argileuses propices à la fabrication de la brique favorisent l'établissement de briqueteries dans la région. À Yamachiche, l'entreprise de Gonzague Bellemare est fondée vers 1840, alors que celle de Pierre Audet dit Lapointe et celle des frères Gélinas ouvrent vers 1870.

À partir de 1850, le coeur de Yamachiche se consolide à proximité de la Petite rivière Yamachiche. Plusieurs institutions et bâtiments publics sont érigés, dont un couvent (1852) et un collège (1853). L'établissement de ces institutions religieuses et civiles ainsi que l'expansion des industries locales engendrent la formation d'une élite locale. De plus, des inondations incitent les résidents du premier noyau villageois à venir s'établir plus au nord, dans le nouveau village. Par conséquent, un grand nombre de maisons sont construites au cours des années 1860, dont certaines le long de la rue Sainte-Anne. La construction d'une gare ferroviaire, en 1878, entraîne pour sa part un nouvel essor socioéconomique. De cette conjoncture résulte notamment l'érection de 25 maisons en brique entre 1883 et 1886, dont quelques-unes font partie de L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche.

Au sein du village, des cultivateurs aisés, des notables et des bourgeois, dont des médecins, des politiciens, des avocats et des architectes, font ériger d'élégantes maisons de brique qui révèlent leur statut social. Ces derniers habitent notamment les demeures du site patrimonial de la rue Sainte-Anne. Parmi eux se trouve le médecin Maxime Israël Bellemare (né en 1847). Quelques-unes des familles propriétaires de ces maisons s'illustrent à l'échelle régionale ou provinciale.

La résidence sise au 571-573, rue Sainte-Anne est bâtie vers 1860 pour Louis-Léon Lesieur Desaulniers (1823-1896), à la fois médecin, fonctionnaire, juge de paix et officier militaire, mais qui se démarque principalement à titre de politicien. Il est également en fonction, d'abord comme inspecteur, puis à titre de président, au Bureau des inspecteurs des prisons et asiles de la province de Québec.

En 1865, les frères Joseph (1831-1901) et Georges-Félix (1833-1901) Héroux, artisans, architectes et entrepreneurs, ouvrent un atelier à Yamachiche. Les Héroux participent à la construction de plusieurs résidences de Yamachiche pour lesquelles ils privilégient l'emploi de la brique et d'éléments décoratifs élaborés. De plus, ils ajoutent une ornementation en bois menuisé ou en fonte à certaines demeures existantes.

La maison Louis-Léon-Lesieur-Desaulniers est classée en 1990. L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche est pour sa part classée en 2008.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Mauricie

MRC :

  • Maskinongé

Municipalité :

  • Yamachiche

Latitude :

  • 46° 16' 56.0"

Longitude :

  • -72° 49' 51.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 775 062
  • Lot 1 775 083
  • Lot 1 775 085
  • Lot 1 775 086
  • Lot 1 775 087
  • Lot 1 775 089
  • Lot 1 775 109
  • Lot 1 775 110
  • Lot 1 775 111
  • Lot 1 775 112
  • Lot 1 775 113
  • Lot 1 775 117
  • Lot 1 776 061
  • Lot 1 776 073
  • Lot 1 776 074

Code Borden

CbFe-6 CbFe-7    

Haut de la page

Documents

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Patrimoine, coups de coeur! Sélection de 46 biens culturels. Québec, Commission des biens culturels du Québec, 2002. 129 p.
  • CÔTÉ, Robert, dir. Stratégies de conservation et de mise en valeur du patrimoine d'Yamachiche. Québec, Groupe de recherches en histoire du Québec rural, 1990. 250 p.
  • FOURNIER, Rodolphe. Lieux et monuments historiques des Trois-Rivières et environs. Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1978. s.p.
  • LAFRAMBOISE, Yves. La maison au Québec : de la colonie française au XXe siècle. Montréal, Les Éditions de l'Homme, 2001. s.p.
  • LAROSE, Danielle, dir. La maison Lampron, Yamachiche. Étude historique et architecturale. s.l. 1988. s.p.
  • s.a. Plan de conservation de L'Enfilade-de-Maisons-en-Brique-Rouge-de-Yamachiche. Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 2018. 78 p.
  • s.a. Yamachiche: Étude en vue d'une intervention d'ensemble au niveau du patrimoine immobilier. Québec, Service des Études et expertises / Direction générale du patrimoine, 1980. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013