Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Cottage Cherry

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Cherry Cottage

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Gatineau

Date :

  • vers 1852 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)
  • Services et institutions (Écoles primaires et secondaires)

Éléments associés

Personnes associées (4)

Images

Carte

Description

Le Cottage Cherry est une résidence construite vers 1852. Cette demeure en bois, de plan rectangulaire à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants droits. La façade est dotée d'une imposante lucarne centrale. Une galerie couverte ceinture l'édifice sur trois côtés. La maison est implantée perpendiculairement à la voie publique, sur un terrain paysager situé dans un quartier résidentiel, au nord du centre-ville du secteur d'Aylmer, dans la ville de Gatineau.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Gatineau) 1997-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le Cottage Cherry présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette maison est représentative d'un type d'architecture vernaculaire américain dit « Cape Cod House ». Cette catégorie d'habitation est largement répandue dans les campagnes de la Nouvelle-Angleterre à partir de la fin du XVIIe siècle. Son introduction au Bas-Canada au cours du XIXe siècle correspond, la plupart du temps, à la présence de colons anglophones originaires de la Nouvelle-Angleterre. Le Cottage Cherry est caractéristique de cette architecture entre autres par son plan rectangulaire, son toit à deux versants droits à pente moyenne, son élévation d'un étage et demi ainsi que par son parement en bois en planches posées à clin. Par ailleurs, leCottage Cherry présente plusieurs éléments issus du courant pittoresque en vogue au XIXe siècle. En effet, une grande galerie protégée d'un avant-toit ceinture la résidence sur trois côtés et une imposante lucarne est aménagée au centre de la façade. Le Cottage Cherry est un exemple significatif de la tradition vernaculaire grâce à l'amalgame de caractéristiques tirées de différentes influences.

Le Cottage Cherry présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec plusieurs occupants marquants dans l'histoire d'Aylmer. La maison est construite vers 1852 pour Charles Carey Symmes (décédé en 1854), le neveu du marchand de bois Charles Symmes (1798-1868) reconnu comme l'un des fondateurs d'Aylmer. Charles Carey Symmes occupe la maison avec sa famille à partir de 1852. À la mort de ce dernier, son épouse aménage une école pour jeunes filles sous l'appellation de « Cherry Cottage » et l'exploite jusqu'à son décès en 1858. L'un des fils de Charles Carey Symmes, Francis Edward Clark (1851-1927), devient un auteur prolifique, un pasteur et, en 1881, le fondateur de l'organisme « Young People's Society of Christian Endeavor ». Cette société rassemble dès le début du XXe siècle des millions de membres et est implantée dans plusieurs pays. Le Cottage Cherry est la maison d'enfance de Clark. Enfin, Thomas Walter Edwin Sowter (1860-1932), premier archéologue et paléontologue amateur de l'Outaouais, occupe la maison entre 1882 et 1932. Il a notamment contribué à documenter l'histoire ancienne outaouaise. L'association avec l'une des familles fondatrices d'Aylmer et avec un précurseur tel que Sowter de même que la présence d'une maison d'enseignement sur les lieux procurent au Cottage Cherry un intérêt significatif pour la région.

Source : Ville de Gatineau, 2006.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du Cottage Cherry liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son implantation perpendiculaire à la rue;
- l'orientation de sa façade vers la rivière;
- son emplacement sur un terrain boisé et aménagé dans un quartier résidentiel, au nord du centre-ville du secteur d'Aylmer, dans la ville de Gatineau;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage et demi, le toit à deux versants, l'appentis et la galerie protégée par un toit indépendant;
- les matériaux, dont la charpente en pièce sur pièce, le parement de bois en planches posées à clins;
- les ouvertures, dont leur disposition asymétrique, les fenêtres rectangulaires à guillotine (certaines groupées par deux, trois ou quatre) et l'imposante lucarne centrale;
- l'ornementation, dont les supports de la galerie ornés de chapiteaux, les chambranles moulurés ainsi que les planches cornières.

Haut de la page

Informations historiques

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, le développement de l'industrie forestière dans le canton de Hull, qui entraîne l'augmentation du nombre de chantiers de coupe et de transformation du bois, favorise le peuplement. C'est en raison de cette croissance économique que Charles Carey Symmes (décédé en 1854), le neveu de Charles Symmes (1798-1868), l'un des fondateurs d'Aylmer, quitte les États-Unis et s'installe dans la localité en 1840. Il prend alors la relève du commerce de bois de son oncle et dirige le magasin général avec son cousin Henry R. Symmes. Il s'installe d'abord dans une maison située au coin de la rue Principale et du chemin Eardley.

Le Cottage Cherry est érigé vers 1852 sur un terrain situé dans l'ancien village d'Aylmer. Charles Carey Symmes fait construire cette maison de ferme dont la façade est orientée vers la rivière des Outaouais.

Symmes habite le Cottage Cherry avec sa famille à partir de 1852. À sa mort, sa veuve, Lydia Fletcher Clark (1814-1859), ouvre une école pour jeunes filles dans la maison familiale. Désignée sous le nom de « Cherry Cottage », cette modeste académie figure alors parmi les 81 maisons d'enseignement de l'Outaouais. L'école ferme ses portes en 1858 à la suite du décès de madame Symmes.

Le fils cadet de Charles Carey Symmes, Francis Edward Clark (1851-1927), passe ainsi les premières années de sa vie au Cottage Cherry avant de devenir orphelin et d'être adopté par son oncle, le révérend E. W. Clark. Il porte d'ailleurs le nom de famille de ce dernier à la suite de son adoption. Francis Edward Clark fait des études en théologie en 1876 et oeuvre ensuite en tant que pasteur au sein de plusieurs églises. En 1881, il fonde à Portland, la « Young People's Society of Christian Endeavor » qui devient la « United Society of Christian Endeavor » l'année suivante. L'organisme est ensuite connu sous le nom de « World's Christian Endeavor Union ». Francis Edward Clark consacre sa vie à cette vaste organisation intercommunautaire qui comptera, au fil des ans, plus de 3,5 millions de membres répartis dans plusieurs pays. Il est également l'auteur de nombreuses publications en matière religieuse.

La maison demeure la propriété de la famille jusqu'en 1882, année au cours de laquelle l'archéologue et paléontologue amateur Thomas Walter Edwin Sowter (1860-1932) s'en porte acquéreur. Sowter travaille pour le ministère de l'Intérieur de 1880 à 1925. Il s'intéresse de près à l'archéologie et publie une série d'articles sur le sujet dans le Saturday Evening Citizen en 1926. Il se passionne également pour les formes de vie animale disparues et identifie plusieurs fossiles jusque-là inconnus dans la région. L'une de ses deux filles, Maud Sowter, qui épousera John Forsythe, hérite du Cottage Cherry; la résidence demeure entre les mains de la famille jusqu'en 1971.

Une galerie en partie fermée est ajoutée contre la façade arrière de la maison à une date indéterminée. En 1953, un incendie endommage la partie supérieure de la résidence et entraîne la modification de la ligne du toit. Toutefois, son profil d'origine est rétabli en 1988.

En 1993, la résidence remporte le Prix du patrimoine, dans la catégorie Restauration et rénovation hors-circuit, qui lui est décerné par la municipalité.

Le Cottage Cherry est cité en 1997.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Gatineau

Municipalité :

  • Gatineau

Adresse :

  • 67, rue Broad

Lieux-dits :

  • Aylmer

Latitude :

  • 45° 24' 1.0"

Longitude :

  • -75° 50' 41.0"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 288 332

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ALDRED, Diane. Aylmer Québec. Its Heritage / Aylmer Québec. Son patrimoine. Aylmer, Association de Patrimoine d'Aylmer, 1977. 228 p.
  • Association du patrimoine d'Aylmer. Étude - Bâtiments patrimoniaux. Aylmer (Québec), 1998. s.p.
  • Pluram Inc. Préservation et mise en valeur des sites d'intérêt historique. Ville d'Aylmer. Inventaire et analyse du paysage architectural. Aylmer, Ville d'Aylmer, 1985. 92 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013