Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancienne église de Saint-Joseph

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Église de Saint-Joseph
  • L'Église-de-Saint-Joseph

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1861 – 1862 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (4)

Carte

Description

L'ancienne église de Saint-Joseph est un lieu de culte de tradition catholique, construit en 1861 et 1862. Cette église de style néogothique possède un plan en forme de croix latine terminé par un choeur en saillie au chevet plat. Sa façade est couverte de pierres de taille et est coiffée d'un clocher. Ses ouvertures sont de forme ogivale, et des contreforts se terminant en pinacle divisent la façade en trois travées. Une sacristie de plan rectangulaire est adossée au choeur. L'ancienne église de Saint-Joseph est située dans un quartier résidentiel, en bordure d'un parc, dans l'arrondissement municipal du Sud-Ouest de la ville de Montréal.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Montréal) 1991-06-18
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancienne église de Saint-Joseph présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Construite en 1861 et 1862, cette église est l'un des plus anciens temples catholiques de l'ouest de l'île de Montréal. Le contexte relié à l'édification de l'église rappelle l'activité industrielle en bordure du canal de Lachine au cours du XIXe siècle. Cette activité est à l'origine de l'urbanisation rapide de l'ancien faubourg Saint-Joseph dans la seconde moitié du XIXe siècle. C'est pour desservir la population catholique de ce quartier que l'ancienne église de Saint-Joseph a été construite. Par ailleurs, l'église constitue un témoignage important et significatif de l'ancien faubourg Saint-Joseph. Il s'agit d'un point de repère important dans le quartier de la Petite-Bourgogne qui, au cours des années 1970 et 1980, a fait l'objet de plusieurs démolitions et reconstructions dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine.

L'ancienne église de Saint-Joseph présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette église constitue un exemple représentatif de l'architecture d'inspiration néogothique. Ce style architectural puise ses racines dans la construction des édifices religieux pendant le Moyen Âge. Il a eu beaucoup d'échos auprès de la communauté chrétienne au XIXe siècle. L'ancienne église de Saint-Joseph est construite selon un plan en croix latine terminé par un choeur en saillie au chevet plat. Elle possède notamment des ouvertures en arc d'ogive et des contreforts se terminant par des pinacles caractéristiques de l'architecture gothique. Les ajouts apportés à l'église à la fin du XIXe siècle respectent le caractère néogothique de l'ensemble. La construction du clocher (1878-1879), le prolongement du choeur et l'aménagement de la sacristie (1886) ainsi que l'ajout de chapelles latérales formant un transept (1890) constituent des apports architecturaux qui ont permis de compléter l'oeuvre originale. L'ancienne église de Saint-Joseph est donc une digne représentante du style néogothique à Montréal. La valeur architecturale de l'ancienne église de Saint-Joseph repose également sur le prestige de son architecte. Cette église est en effet l'oeuvre de Victor Bourgeau (1809-1888), l'un des plus importants représentants de l'architecture religieuse au XIXe siècle. Dès 1851, il devient l'architecte attitré du diocèse de Montréal et, par conséquent, le conseiller officiel de l'évêque de Montréal, monseigneur Ignace Bourget (1799-1885), en matière d'architecture. D'un point de vue formel, l'ancienne église de Saint-Joseph est représentative de la production de Bourgeau, qui a conçu les plans de plus de deux cents édifices religieux au cours de sa carrière.

Source : Ville de Montréal, 2005.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancienne église de Saint-Joseph liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son plan en forme de croix latine, avec transept et chapelles latérales, terminé par un choeur en saillie au chevet plat;
- les caractéristiques liées à l'architecture d'inspiration néogothique, dont la composition symétrique des trois travées de la façade, les ouvertures en forme d'arc d'ogive, les contreforts terminés par des pinacles, le clocher formé de deux tambours aux arcades en forme d'ogive et terminé par une flèche;
- les matériaux, dont le soubassement en pierre de taille à bossage, la façade avant couverte de pierres de taille au fini lisse, les façades latérales couvertes de pierres à moellons et le toit à deux versants droits couvert de tôle à baguettes;
- la sacristie formée d'un corps de bâtiment de plan rectangulaire couvert de pierres à moellons, la toiture mansardée à quatre versants couverte de tôle à baguettes et les lucarnes à frontons triangulaires;
- les vitraux;
- sa situation dans un quartier résidentiel, en bordure d'un parc, dans l'arrondissement municipal du Sud-Ouest de la ville de Montréal.

Haut de la page

Informations historiques

Le faubourg Saint-Joseph devient le quartier municipal Saint-Joseph en 1832. Il englobe, entre autres, dans son territoire, l'arrière-fief Saint-Joseph, concédé par Paul de Chomedey de Maisonneuve (1612-1676), fondateur de Ville-Marie et premier gouverneur de l'île de Montréal, à Jeanne Mance (1606-1673), fondatrice de l'Hôtel-Dieu. La construction du canal de Lachine, entre 1821 et 1825, de même que son élargissement et l'ajout d'écluses, en 1848, engendrent le développement d'une zone industrielle et, par conséquent, l'urbanisation rapide de la partie sud du quartier.

En 1861 et 1862, les Sulpiciens font construire l'ancienne église de Saint-Joseph pour desservir la population catholique. L'ancienne église est l'oeuvre de Victor Bourgeau (1809-1888), l'un des plus importants représentants de l'architecture religieuse au XIXe siècle. Dès 1851, il devient l'architecte attitré du diocèse de Montréal et, par conséquent, le conseiller officiel de l'évêque de Montréal, monseigneur Ignace Bourget (1799-1885), en matière d'architecture. Bourgeau a conçu les plans de plus de deux cents édifices religieux au cours de sa carrière.

De plan rectangulaire à l'origine, l'ancienne église ne possédait ni clocher, ni transept, ni sacristie. C'est en 1878 et 1879 qu'un clocher a été ajouté selon les plans des architectes Victor Bourgeau et Alcibiade Leprohon (1842-1902). Le choeur est prolongé en 1886, et la sacristie est construite au même moment d'après les plans de Bourgeau. L'ajout de chapelles latérales, formant un transept, s'effectue en 1890 en conformité aux plans de l'architecte Ovide Mailloux, qui respecte l'architecture de Bourgeau. Le carillon, composé de trois cloches en fonte, a été installé en 1901. Des vitraux réalisés par la maison John Patrick O'Shea & Co. sont installés en 1927.

L'espace intérieur est organisé en deux niveaux. La nef à trois vaisseaux est surplombée par des tribunes latérales, arrière et du choeur. Le décor est réalisé par Toussaint-Xénophon Renaud (1860-1946), artiste-peintre et spécialiste dans la décoration religieuse qui a laissé sa marque dans plus de 200 églises au Québec, en Ontario et en Nouvelle-Angleterre.

L'église formait un îlot institutionnel intéressant au début du XXe siècle avec son presbytère (1893), la maison pour les sacristains (1901) et son école (1907-1908). À l'exception de l'église, il ne reste plus aucun de ces bâtiments aujourd'hui. Le quartier environnant de la Petite-Bourgogne a fait l'objet d'une rénovation urbaine, dans les années 1970 et 1980, qui a conduit à plusieurs démolitions et reconstructions de bâtiments résidentiels.

L'ancienne église de Saint-Joseph est citée en 1991.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Le Sud-Ouest

Adresse :

  • rue Richmond Nord

Localisation informelle :

Près de l'intersection des rues Paxton et Richmond.
Entre l'avenue Lionel-Groulx et la rue Notre-Dame
Ouest.

Latitude :

  • 45° 29' 21.9"

Longitude :

  • -73° 34' 7.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Cité de Montréal (quartier Saint-Antoine) Absent 412 ptie

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Communauté urbaine de Montréal. Architecture religieuse I : les églises. Répertoire d'architecture traditionnelle sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal, 1. Montréal, Communauté urbaine de Montréal, Service de la planification du territoire, 1981. 490 p.
  • JARRY, Monique. L'église Saint-Joseph. Étude historique et évaluation patrimoniale. Montréal, Service de l'habitation et du développement urbain de la Ville de Montréal, 1990. s.p.
  • PINARD, Guy. « L'église Saint-Joseph de Montréal citée monument historique ». La Presse, 30 avril 1991, s.p.
  • s.a. Le diocèse de Montréal à la fin du dix-neuvième siècle. Montréal, Eusèbe Senécal & Cie, 1900. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013