Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Nivard-De Saint-Dizier

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Étienne-Nivard-de-Saint-Dizier

Région administrative :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Date :

  • 1710 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La maison Nivard-De Saint-Dizier est une demeure rurale d'inspiration française érigée en 1710. La résidence en pierre de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit aigu à deux versants droits flanqué de hautes souches de cheminée. La maison Nivard-De Saint-Dizier se situe dans le parc Le Jardin du Citoyen, en bordure du fleuve Saint-Laurent, dans l'arrondissement municipal de Verdun de la ville de Montréal.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2012-10-19

Statuts antérieurs

  • Reconnaissance, 1976-02-13
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Nivard-De Saint-Dizier présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle constitue un exemple représentatif de maison rurale d'inspiration française. Ce type est issu de savoir-faire et de modèles français qui ont été progressivement adaptés aux conditions particulières du pays (climat, disponibilité des matériaux) et à certaines influences stylistiques. La maison Nivard-De Saint-Dizier en est une illustration par sa maçonnerie de pierre, son solage peu dégagé, son élévation d'un étage et demi, son toit aigu à deux versants droits aux larmiers courts ainsi que par le petit nombre d'ouvertures. L'intérieur comporte des éléments d'intérêt, dont la charpente du toit, les poutres de bois équarries à la hache ainsi que les deux foyers.

La maison Nivard-De Saint-Dizier présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. La demeure est érigée en 1710 pour la congrégation de Notre-Dame qui possède alors le fief de Verdun. À cette époque, des noyaux villageois se développent au sud de l'île de Montréal, en bordure du fleuve Saint-Laurent et du lac Saint-Louis. Cette maison témoigne donc de l'établissement de ces premiers noyaux villageois et est l'une des plus anciennes qui subsistent sur l'île de Montréal.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Nivard-De Saint-Dizier liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, entre autres :
- son vaste terrain, à proximité du fleuve Saint-Laurent;
- sa situation dans l'arrondissement municipal de Verdun de la ville de Montréal;:
- ses caractéristiques rattachées à la maison d'inspiration française, dont le plan rectangulaire, le solage peu dégagé, le toit aigu à deux versants droits, la charpente du toit (comprenant des chevrons, un sous-faîte, des entraits, des poinçons et des croix de Saint-André), les cheminées dans les murs pignons, les deux foyers, les poutres de bois équarries à la hache, le petit nombre d'ouvertures ainsi que les contrevents;
- ses matériaux, dont la maçonnerie de pierre, la couverture en bardeaux de cèdre et les cheminées en pierre;
- les lucarnes à pignon;
- la lucarne monte-charge.

Haut de la page

Informations historiques

Cette demeure en bordure du fleuve Saint-Laurent est érigée en 1710 pour la congrégation de Notre-Dame. À cette époque, les religieuses possèdent le fief de Verdun.

La communauté vend son fief ainsi que la résidence en pierre au négociant montréalais Étienne Nivard de Saint-Dizier en 1769. Étienne Nivard de Saint-Dizier fils (vers 1766-1820) hérite ensuite de ces terres. Très actif à Montréal, ce dernier est successivement juge de paix, commissaire pour la construction du nouveau marché de Montréal, député de Montréal-Ouest, commissaire de la maison de correction et commissaire pour les réparations du chemin de Lachine. Après son décès en 1820, la maison passe entre plusieurs mains. Elle est notamment la propriété d'Antoine-Olivier Berthelet (1798-1872), homme d'affaires, philanthrope et député de Montréal-Est.

Lors de la construction du complexe immobilier Crawford Park en 1930, la demeure est acquise par la Ville de Verdun pour servir d'entrepôt. Restauré en 1940, l'édifice sert de local pour le club social Crawford entre 1940 et 1947, puis accueille la filiale 202 Crawford Park de la Légion royale canadienne.

La maison Nivard-De Saint-Dizier est reconnue en 1976. Propriété de la Ville de Montréal, elle est intégrée au parc Le Jardin du Citoyen depuis 1998. Elle est devenue classée à l'entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Montréal

MRC :

  • Montréal

Municipalité :

  • Montréal

Arrondissement municipal :

  • Verdun

Adresse :

  • 7244, boulevard LaSalle

Lieux-dits :

  • Verdun

Latitude :

  • 45° 26' 14.638"

Longitude :

  • -73° 34' 58.469"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Montréal Municipalité de la paroisse de Montréal Absent 4687 Ptie

Code Borden

BiFj-85      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • HALLÉ, Jacqueline. « Maison Étienne-Nivard-de-Saint-Dizier ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 187.
  • PINARD, Guy. Montréal, son histoire, son architecture. Vol. 3. Montréal, Les Éditions La Presse, 1989. 560 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013