Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Domaine Globensky

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Laurentides

Municipalité :

  • Saint-Eustache

Date :

  • 1861 – 1865 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Villas et maisons bourgeoises (domaine))

Éléments associés

Personnes associées (5)

Images

Carte

Description

Le domaine Globensky est une vaste propriété bourgeoise aménagée dans la seconde moitié du XIXe siècle. La résidence en pierre, de plan carré à deux étages, est coiffée d'un toit en pavillon au sommet tronqué. Une allonge en appentis est greffée à l'arrière. Le domaine est situé au coeur du noyau villageois de l'ancienne seigneurie de la Rivière-du-Chêne, dans la ville de Saint-Eustache.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection inclut également un vaste terrain paysager entouré d'un muret en pierre.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1961-06-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le domaine Globensky présente un intérêt pour sa valeur historique. Il témoigne de la fin du régime seigneurial. La seigneurie des Mille-Îles, retirée à son concessionnaire initial qui avait négligé de la mettre en valeur, est de nouveau concédée en 1714. En 1728, la partie occidentale du fief qui est à l'origine de Saint-Eustache prend le nom de seigneurie de la Rivière-du-Chêne. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs domaines seigneuriaux sont transformés en grandes propriétés bourgeoises aménagées avec soin. Le domaine Globensky en est un exemple avec sa résidence monumentale et son vaste terrain paysager entouré d'un muret en pierre. Bien que postérieure à l'abolition du régime seigneurial (1854), la demeure porte le nom de manoir, car Charles-Auguste-Maximilien Globensky (1830-1906) est le dernier seigneur de la Rivière-du-Chêne.

Le domaine Globensky présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. Construit entre 1861 et 1865, le manoir a été transformé en 1901 et vers 1930. Dans son état actuel, il s'inspire de l'architecture étasunienne. Le porche à colonnade ajouté vers 1930 confère une allure géorgienne au volume cubique initial coiffé d'un toit en pavillon au sommet tronqué. Les baies en saillie de la façade datent de 1901 et renvoient plutôt au courant victorien. Le manoir était considéré comme l'une des plus belles maisons de campagne du Canada-Est au moment de sa construction et son terrain évoque l'activité agricole qui s'y pratiquait autrefois. La demeure illustre, de plus, la perméabilité de l'architecture résidentielle bourgeoise à divers apports stylistiques au XXe siècle.

Le domaine Globensky présente également un intérêt pour sa valeur historique découlant de son association avec plusieurs occupants prestigieux. Charles-Auguste-Maximilien Globensky (1830-1906), petit-fils d'Auguste-France Globensky, épouse en 1854 Virginie Lambert-Dumont, héritière de la famille Lambert-Dumont qui est propriétaire de la seigneurie de la Rivière-du-Chêne depuis plus d'un siècle. Homme influent de la région, Globensky est maire de Saint-Eustache entre 1860 et 1862, puis député à la Chambre des Communes en 1875. Il fait construire le manoir et l'occupe jusqu'à son décès en 1906. Un autre maire de Saint-Eustache, Joseph-Antoine Laurin, courtier d'assurances de Montréal, y réside au début des années 1910. L'homme d'affaires Évariste Champagne (mort en 1955) de Montréal, qui acquiert la propriété en 1918, sera aussi maire de Saint-Eustache de 1925 à 1929. Les descendants de la famille Champagne l'habiteront jusqu'en 1960.

Le domaine Globensky présente en outre un intérêt pour sa valeur historique découlant de son association avec les architectes, Henri-Maurice Perrault (1828-1903) et Charles Bernier (1864-1930). Perrault, qui dessine le manoir ainsi que les dépendances agricoles, est l'un des architectes marquants de sa génération. Il trace, notamment, les plans de l'hôtel de ville de Montréal (1876) ainsi que ceux de l'ancien bureau de poste (1875) de la rue Saint-Jacques à Montréal. À la suite de l'incendie qui ravage le manoir en 1901, l'architecte Charles Bernier dirige les travaux de reconstruction. Bernier réalise plusieurs oeuvres dans la région de Montréal dans les premières décennies du XXe siècle. Il se distingue particulièrement par ses édifices scolaires, dont l'académie des Saint-Anges (1908-1909), l'académie Sainte-Famille (1910) et l'académie Guay (1912).

Le domaine Globensky présente enfin un intérêt pour sa valeur historique liée à son emplacement. Son terrain est un important lieu de mémoire de Saint-Eustache. Il accueille successivement le verger des seigneurs Dumont, une école latine, un manoir seigneurial puis le domaine Globensky. Au cours de la rébellion des patriotes en 1837, le général Colborne et ses troupes séjournent brièvement à proximité.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés liés du domaine Globensky liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation sur un promontoire, au coeur du noyau villageois de l'ancienne seigneurie de la Rivière-du-Chêne, dans la municipalité de Saint-Eustache;
- le vaste terrain planté d'arbres matures et entouré d'un muret de pierre;
- les caractéristiques rattachées au bâtiment original, dont le corps de logis en maçonnerie en pierre, le plan carré, l'élévation de deux étages, le toit en pavillon au sommet tronqué et les quatre hautes cheminées en brique;
- les caractéristiques rattachées aux travaux de 1901, dont les deux baies en saillie en façade et les petites lucarnes circulaires;
- les caractéristiques rattachées aux travaux réalisés vers 1930, dont le porche monumental à colonnade surmonté d'un balcon en façade et le revêtement de crépi blanc;
- les galeries des murs latéraux;
- les ouvertures, dont la porte à double vantail surmontée d'une imposte cintrée vitrée et les fenêtres à guillotine;
- les caractéristiques de l'ornementation, dont les corniches à modillons, les colonnes cannelées à chapiteau corinthien, les jeux de brique des cheminées, les rejéteaux au-dessus des fenêtres, l'épi, la frise décorant l'entablement de la colonnade ainsi que les garde-corps des balcons aux balustres tournés.

Haut de la page

Informations historiques

Charles-Auguste-Maximilien Globensky (1830-1906) épouse en 1854 l'une des héritières des seigneurs Lambert-Dumont, Virginie-Marguerite (1839-1874). Homme influent de la région, il est maire de Saint-Eustache entre 1860 et 1862, puis député à la Chambre des communes en 1875.

Globensky charge l'architecte Henri-Maurice Perrault (1828-1903) de Montréal de concevoir les plans du manoir qui est érigé entre 1861 et 1865. Le domaine compte alors une ferme modèle prospère. Perrault, qui dessine également les dépendances agricoles, est l'un des architectes marquants de sa génération. Il trace, notamment, les plans de l'hôtel de ville de Montréal (1876) ainsi que ceux de l'ancien bureau de poste (1875) de la rue Saint-Jacques à Montréal.

Le domaine Globensky s'élève sur l'emplacement de l'ancien verger des seigneurs Lambert-Dumont, au coeur du noyau villageois de la seigneurie de la Rivière-du-Chêne. Avant l'aménagement du domaine, ce lieu accueille une école latine et un manoir seigneurial. Au cours de la rébellion des patriotes en 1837, le général Colborne et ses troupes séjournent brièvement à proximité. Le domaine se situe non loin de la rivière du Chêne et du moulin Légaré, propriété de la famille Globensky jusqu'en 1902.

Le manoir, qui est la proie des flammes en 1901, est rétabli par l'architecte Charles Bernier (1864-1930). Celui-ci conserve le volume de la propriété, mais modifie l'ornementation extérieure par l'ajout de baies en saillie et de tourelles. Bernier réalise plusieurs oeuvres dans la région de Montréal, au cours des premières décennies du XXe siècle. Il se distingue particulièrement par ses édifices scolaires, dont l'académie des Saint-Anges (1908-1909), l'académie Sainte-Famille (1910), l'académie Guay (1912) et l'académie Proulx (1913-1914).

À la suite du décès de Charles-Auguste-Maximilien Globensky en 1906, le manoir passe entre plusieurs mains. Il est d'abord acheté par Joseph-Antoine Laurin, courtier d'assurances de Montréal et maire de Saint-Eustache en 1912, qui l'habite au début des années 1910. L'homme d'affaires Évariste Champagne (mort en 1855) de Montréal, qui acquiert la propriété en 1918, sera aussi maire de Saint-Eustache de 1925 à 1929. Les descendants de la famille Champagne l'habiteront jusqu'en 1960. Champagne fait remanier la façade vers 1930 par l'addition d'un porche à colonnade. La municipalité de Saint-Eustache achète le domaine en 1961 afin d'y loger l'hôtel de ville.

Le domaine Globensky est classé en 1961. Il abrite maintenant la Maison de la culture et du patrimoine.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Laurentides

MRC :

  • Deux-Montagnes

Municipalité :

  • Saint-Eustache

Adresse :

  • 235, rue Saint-Eustache

Latitude :

45° 33' 31.0"

Longitude :

-73° 53' 45.0"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Deux-Montagnes Village de Saint-Eustache Absent 162

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GAUTHIER, Raymonde. « Domaine Globensky ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 401-402.
  • GIROUX, André et Claude-Henri GRIGNON. Le circuit historique du Vieux Saint-Eustache. Saint-Eustache, Ville de Saint-Eustache, 1989. 32 p.
  • GIROUX, André et Claude-Henri GRIGNON. Le domaine Globensky. Saint-Eustache, Ville de Saint-Eustache, 1989. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013