Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de pêche Matamajaw

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Site de pêche Matamajaw

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Causapscal

Date :

  • 1873 (Construction)

Usage :

  • Fonction culturelle et récréative, loisir (Clubs de chasse et pêche)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (8)

Plaques commémoratives associées (1)

Groupes associés (2)

Personnes associées (1)

Patrimoine immatériel associé (1)

Images

Carte

Description

Le site de pêche Matamajaw est un domaine de villégiature voué à la pêche au saumon.

Ce bien est classé site patrimonial. La désignation comprend un tronçon des rivières Causapscal et Matapédia, bordé par un vaste terrain scindé en deux sections par la route 132. Cinq bâtiments sont distribués de part et d'autre de la route, soit le pavillon principal et la cabane des « Indiens », du côté des rivières, et la maison du gardien, la remise à canots et la neigière, dans l'autre section. De plan rectangulaire, la plupart des bâtiments sont en planches de bois à clins, peints en blanc et surmontés de toits verts. Le site comprend également une passerelle qui enjambe la rivière Matapédia ainsi qu'un parc boisé. Le site est intégré à la trame urbaine de la municipalité de Causapscal.

Plan au sol :

Irrégulier

Structure :

  • Bois, charpente claire

Annexes :

  • Remise

Saillies :

  • Balcon
  • Fenêtre en saillie

Fondations :

  • Béton

Élévations :

  • Toutes les façades : Bois (Planche à clins)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Bois, bardeaux

Autre(s) porte(s) :

  • bois massif
  • bois, à panneaux, à imposte
  • bois, à panneaux, coulissante
  • bois, à panneaux et vitrage

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à moyens ou grands carreaux
  • Rectangulaire, Porte-fenêtre

Lucarne(s) :

  • À pignon

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1984-02-10
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site de pêche Matamajaw présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il rappelle les nombreux clubs privés de pêche au saumon construits dans la vallée de la Matapédia entre 1870 et 1930. L'implantation de ces clubs constitue un phénomène stimulé par le gouvernement provincial qui, à partir de 1871, loue à bail les rivières à saumon aux propriétaires riverains. Attirés par la richesse de la fraie du saumon dans la vallée de la Matapédia, les amateurs de pêche sportive à la mouche artificielle, tant britanniques et étasuniens que canadiens-anglais, font l'acquisition des terres riveraines. La facilité d'obtenir les droits de pêche entraîne la prolifération des clubs privés, dont le Matamajaw Salmon Club. La pêche au saumon devient alors un privilège réservé à l'élite.

Le site de pêche Matamajaw présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La concentration de bâtiments est caractéristique des clubs de pêche. De style vernaculaire américain, ces bâtiments présentent une grande unité architecturale et traduisent une harmonie entre les techniques de construction, les volumes, l'intégration des masses, le choix des matériaux, des couleurs et des éléments décoratifs.

Le site de pêche Matamajaw présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de la notoriété de Lord Mount Stephen (George Stephen, 1829-1921). Cet homme d'affaires d'origine écossaise joue un rôle essentiel dans le développement économique du Canada. Cofondateur et président du Canadian Pacific Railway, il exerce une influence décisive dans la communauté d'affaires de Montréal ainsi que dans l'économie canadienne, entre autres comme marchand de laine prospère et comme président de la Banque de Montréal. Ce maître d'oeuvre du chemin de fer Intercolonial - qui ouvre la vallée de la Matapédia et amène plusieurs familles à Causapscal - est le premier à établir un domaine de pêche à Causapscal et sur la rivière Matapédia, en 1873.

Le site de pêche Matamajaw présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son importance socioéconomique et culturelle dans le secteur. Intégré à la trame urbaine de Causapscal, il a joué un rôle important dans la colonisation et le développement économique de cette localité, notamment par les emplois qu'il a créés, les dépenses en approvisionnement effectuées par ses usagers et les investissements faits par les propriétaires dans les infrastructures de la municipalité. Le gouvernement québécois, de son côté, percevait des droits de pêche. Par ailleurs,, le site de pêche Matamajaw, qui abrite un centre d'interprétation consacré à la pêche sportive, à la vie dans un club de pêche sélect et au saumon de l'Atlantique, participe à l'économie de la municipalité et de la région en accueillant de nombreux visiteurs.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site de pêche Matamajaw liées à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- le pavillon principal, qui accueillait les membres et les invités du club;
- la maison du gardien, face au pavillon principal;
- la cabane des Indiens, qui logeait les guides amérindiens;
- la remise à canots;
- la neigière pour entreposer la neige qui servait à conserver le saumon;
- la proximité des rivières Matapédia et Causapscal;
- la situation dans la trame urbaine de Causapscal;
- une série d'arbres matures bordant les rives.
- les volumes des bâtiments, dont leur plan rectangulaire et les toits à deux versants ou à demi-croupes (pavillon principal), couverts en bardeaux de bois ou en tôle;
- les éléments structuraux des bâtiments, dont la charpente en bois à claire-voie recouverte en planches de bois à clins;
- leur couleur, dont l'utilisation du blanc pour les murs et du vert pour la toiture, les planches cornières, les contrevents et les chambranles;
- les ouvertures des bâtiments, dont les fenêtres à battants à grands carreaux;
- les éléments décoratifs, dont les corniches à consoles, les épis de faîtage, les crêtes faîtières et les inscriptions indiquant la fonction des bâtiments.

Haut de la page

Informations historiques

Le site de pêche Matamajaw est créé par Lord Mount Stephen (George Stephen, 1829-1921). En 1873, ce dernier établit son domaine de pêche à Causapscal, après avoir fait l'acquisition des propriétés appartenant aux deux premiers colons de la municipalité. D'abord le plus important marchand de laine au Canada, puis président de la Banque de Montréal, l'homme d'affaires d'origine écossaise sera fondateur et président du Canadian Pacific Railway. Il est nommé baron en 1891 pour les services qu'il a rendus au Canada et à l'Empire britannique. Il construit le premier camp de pêche sur la rivière Matapédia, où il reçoit des invités de marque, comme les filles de la reine Victoria. Matamajaw est d'ailleurs un nom micmac utilisé pour désigner la rivière Matapédia. En 1892, le Restigouche Salmon Club, qui constitue alors l'un des plus prestigieux clubs de pêche au saumon au monde, achète la propriété ainsi que la totalité des biens que Lord Mount Stephen possède sur la Matapédia. En 1905, le domaine passe entre les mains du Matamajaw Salmon Club, qui acquiert les actifs que le Restigouche Salmon Club possède sur la rivière.

Toutefois, les droits de pêche détenus par les clubs privés privent les colons de la vallée de la Matapédia de la possibilité de construire un moulin à farine, de pêcher le saumon et d'exploiter le cours d'eau. Déjà en 1905, année de l'acquisition du site par le Matamajaw Salmon Club, la population de Causapscal dénonce le contrôle exercé par les Étasuniens sur la pêche. Les citoyens sont divisés en deux factions. Alors que les uns revendiquent leurs droits, les autres considèrent que l'apport économique des Étasuniens dans le développement de la localité est important. Au début des années 1950, des altercations surviennent entre la population et les membres des clubs privés, et le club délaisse le pavillon de Causapscal. En 1971, le ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche achète le club, qui demeure toujours ouvert à la pêche.

Le site de pêche Matamajaw est classé en 1984. Il est maintenant un centre d'interprétation de la pêche sportive, de la vie dans un club de pêche sélect et du saumon de l'Atlantique. Il appartient depuis 1990 à la ville de Causapscal, qui en a confié la gestion à la Corporation de développement faunique, touristique et culturel FAUCUS.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • La Matapédia

Municipalité :

  • Causapscal

Adresse :

  • rue Saint-Jacques Sud

Localisation informelle :

Anciennement la rue Saint-Jacques-Sud se nommait la rue Principale (Route 132).

Latitude :

  • 48° 21' 7.9"

Longitude :

  • -67° 13' 19.5"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Matapédia Canton de Casupscull Absent A-2-1 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DORION, Jacques et Jacques GUIMONT. Étude d'ensemble de l'ancien club de pêche au saumon de Matamajaw. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1982. 395 p.
  • DORION, Jacques. « Site de pêche Matamajaw ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 528.
  • GINGRAS, Sylvain. Un siècle d'histoire : chasse et pêche au Québec. Saint-Raymond, Éditions Rapides blancs, 1994. 351 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013