Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Jean-Demers

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Lemieux

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • 1689 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Plaques commémoratives associées (1)

Événements associés (2)

Personnes associées (5)

Images

Carte

Description

La maison Jean-Demers est une demeure urbaine dont la maçonnerie en pierre date de 1689 et la charpente en bois de 1764. Le bâtiment de plan rectangulaire, à deux étages et demi en façade avant et à quatre étages et demi en façade arrière en raison de la déclivité du terrain, est coiffé d'un toit à deux versants droits et flanqué de murs coupe-feu couronnés de larges souches de cheminée. Les deux étages inférieurs longeant le boulevard Champlain sont recouverts d'un parement de brique orné d'arcades à pilastres et cette façade est pourvue de vitrines au rez-de-chaussée. La maison Jean-Demers se situe à proximité du fleuve Saint-Laurent, dans le secteur Place-Royale, dans la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Un site archéologique lui est associé. La maison Jean-Demers est comprise dans le site patrimonial du Vieux-Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1966-03-01
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Jean-Demers présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite en 1689, cette demeure conserve, en effet, sa maçonnerie d'origine. Elle comporte aussi des éléments intérieurs qui témoignent de sa reconstruction en 1764, après le siège de Québec, tels que les planchers en madriers de pin, les poutres cordonnées apparentes de certains plafonds et la charpente du toit. La maison Jean-Demers illustre la maison urbaine d'inspiration française par sa maçonnerie de pierre, son élévation de deux étages et demi à l'avant et de quatre étages et demi à l'arrière, son toit à deux versants droits, ses murs coupe-feu couronnés de larges souches de cheminée ainsi que ses fenêtres à battants à petits carreaux entourées de chambranles en pierre taillée. La place Royale comportait plusieurs résidences de ce type aux XVIIe et XVIIIe siècles, qui sont maintenant disparues ou ont été très transformées. La maison Jean-Demers est donc l'un des rares exemples d'architecture résidentielle urbaine remontant au XVIIe siècle qui subsistent dans ce secteur. Par ailleurs, la maison Jean-Demers présente aussi un intérêt pour sa restauration. Ici, l'architecte Gilles Vilandré et l'historien de l'art Michel Lessard ont opté pour une restauration qui conserve des traces de l'évolution du bâtiment. Le parement en brique des deux étages inférieurs de la façade arrière et les vitrines du rez-de-chaussée ont donc été maintenus. Ce type de restauration contraste avec la restauration « historique » appliquée à plusieurs maisons de Place-Royale.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Jean-Demers liés à sa valeur architecturale comprennent, entre autres :
- sa situation en milieu urbain, dans le secteur Place-Royale, au coeur du site patrimonial du Vieux-Québec;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux niveaux à l'avant et de quatre niveaux du côté du fleuve et le toit à deux versants droits (couvert de tôle ondulée);
- ses éléments du XVIIe siècle, dont la maçonnerie de pierre crépie incluant des murs coupe-feu couronnés de larges souches de cheminée en pierre, les chambranles en pierre taillée et quatre foyers;
- ses ouvertures, dont les fenêtres à battants à petits carreaux et les portes en bois;
- les esses et les goupilles retenant la maçonnerie ainsi que le palan et les supports de gouttières;
- ses éléments témoignant de la reconstruction en 1764, dont les planchers en madriers de pin, les poutres cordonnées apparentes de certains plafonds et la charpente à pannes de la toiture comprenant des doubles entraits, des poinçons, des sous-faîtes et des jambettes;
- le parement de brique des deux étages inférieurs de la façade arrière orné d'arcades à pilastres avec couronnement en pierre;
- les vitrines du rez-de-chaussée;
- les fondations d'une maison en bois bâtie au milieu du XVIIe siècle et incendiée en 1682.

Haut de la page

Informations historiques

Cette maison est bâtie en 1689 pour Jean Demers (vers 1630-1708) par les maçons Jean Le Rouge (1639-1712), Antoine Regnault dit Larose (mort entre 1692 et 1694) et Paul Charpentier. Au moment de sa construction, elle se situe en bordure du fleuve Saint-Laurent.

En 1714, à la suite d'une mésentente entre les héritiers de Jean Demers, l'aménagement intérieur est modifié et l'immeuble est divisé en deux parties par une cloison centrale. La famille Demers reste propriétaire d'une partie de la maison jusqu'en 1764.

La résidence est lourdement endommagée au cours du siège de Québec en 1759, mais la maçonnerie de pierre est épargnée. Réparée en 1764, elle conserve aujourd'hui en grande partie l'apparence qu'elle avait à cette époque.

Les deux étages inférieurs de la façade arrière sont recouverts d'un parement de brique en 1870. L'auteur des travaux ajoute également des arcades à pilastres et modifie la fenestration. Vers 1900, les deux parties de la demeure sont réunies afin de l'utiliser à des fins commerciales. Elle accueille entre autres un entrepôt, un théâtre ainsi que plusieurs restaurants. L'aménagement du boulevard Champlain sur l'ancienne grève du Cul-de-Sac transforme substantiellement son environnement immédiat.

La maison Jean-Demers est classée en 1966. Elle est ensuite restaurée par l'architecte Gilles Vilandré, qui en est alors propriétaire, et par l'historien de l'art Michel Lessard suivant un concept qui conserve des traces de l'évolution du bâtiment. La maison abrite maintenant un restaurant et un commerce de vente au détail.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 28, rue Champlain
  • 30, rue Champlain
  • 39, rue Champlain

Latitude :

  • 46° 48' 43.132"

Longitude :

  • -71° 12' 12.478"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 212 195

Code Borden

CeEt-55      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOUCHER, Jean-Louis. « Maison Demers ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 115.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • LESSARD, Michel et Gilles VILANDRÉ. La maison traditionnelle au Québec. Construction, inventaire, restauration. Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1974. 493 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013