Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Jean-Renaud

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison Dupont-Renaud
  • Maison Matte

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • vers 1768 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (2)

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

La maison Jean-Renaud est une demeure urbaine érigée vers 1768. Le bâtiment en pierre de trois étages et demi est coiffé d'un toit à deux versants droits et flanqué de murs coupe-feu mitoyens. La maison Jean-Renaud se situe dans le secteur de Place-Royale, à proximité de l'ancienne batterie Royale, dans l'arrondissement municipal de La Cité-Limoilou de la ville de Québec.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. Un site archéologique lui est associé. Les objets trouvés lors des fouilles de la maison Jean-Renaud font partie de la collection archéologique de référence de Place-Royale, aussi classée. La maison est comprise dans le site patrimonial du Vieux-Québec.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1964-08-12
 
Déclaration Situé dans un site patrimonial Gouvernement du Québec

Transfert de responsabilité

  • Exercice de certains pouvoirs par la municipalité (Québec), 2016-12-09
    Prise d'effet : 2017-06-09
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Jean-Renaud présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La demeure est représentative de l'architecture résidentielle urbaine d'inspiration française. Ce type découle du savoir-faire et de modèles français qui ont été progressivement adaptés aux conditions particulières du pays (climat, disponibilité des matériaux) et de l'application des ordonnances des intendants de la Nouvelle-France en ce qui concerne notamment la prévention des incendies. La maison Jean-Renaud en est une illustration par sa maçonnerie en pierre, son élévation de trois étages et demi, ses caves voûtées, son toit à deux versants droits, ses murs coupe-feu ainsi que ses fenêtres à battants à petits carreaux entourées de chambranles en pierre de taille. Par ailleurs, la maison est une illustration du concept de restauration dite « historique ». Cette approche propose le retour à un état antérieur jugé significatif, en fonction d'objectifs politiques ou idéologiques, par les maîtres d'oeuvre du projet. Au Québec, elle est corollaire du courant nationaliste qui a animé la pensée politique des années 1960 et 1970. Le ministère des Affaires culturelles du Québec l'a appliquée à la restauration des maisons de Place-Royale en privilégiant la période du Régime français. Ainsi, à la maison Jean-Renaud, un toit à deux versants droits a remplacé le toit mansardé en place et l'élévation de cinq étages et demi a été ramenée aux trois étages et demi d'origine. Le projet de restauration de Place-Royale, qui est le plus important chantier de restauration du gouvernement québécois dans les années 1960 et 1970, visait à souligner l'importance de ce lieu comme berceau de l'Amérique française et à en faire un symbole de la francophonie d'Amérique.

La maison Jean-Renaud présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs historique et archéologique. Nicolas Dupont (vers 1632-1716), membre du Conseil souverain, garde des sceaux et seigneur de Neuville, acquiert le terrain en 1662 et y érige une maison en 1686, qui sera détruite au cours du siège de Québec (1759). Jean Renaud (vers 1734-1794), négociant et grand voyer, achète l'ancienne propriété de Dupont en 1768 et construit une nouvelle demeure sur ce qui reste de l'immeuble, soit ses fondations et ses caves voûtées. La maison abrite de nombreux locataires entre 1850 et 1915, dont un fournisseur d'épicerie, de vins et de matériel de bateaux, une taverne, un hôtel, un barbier, un horloger, une quincaillerie, une librairie, un restaurant et un magasin de nouveautés. Les étages supérieurs sont occupés par des bureaux d'avocats et de notaires. Les archéologues ont mis au jour dans la cave de la maison Jean-Renaud de nombreux contenants qui témoignent de la présence de ces occupants. Ces objets, qui font maintenant partie de la collection archéologique de référence de Place-Royale, qui est classée, nous renseignent sur la vie de ces personnes et sur la culture matérielle de la société québécoise de la seconde moitié du XIXe siècle.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les caractéristiques de la maison Jean-Renaud liées à ses valeurs architecturale, historique et archéologique comprennent, entre autres :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de trois étages et demi en façade avant avec un étage supplémentaire à l'arrière ainsi que le toit à deux versants droits dépourvu de larmier;
- les matériaux, dont la maçonnerie, les cheminées et les murs coupe-feu mitoyens en pierre, les chambranles en pierre de taille, les esses et les étripe-chats en fer forgé ainsi que la couverture en bardeaux de cèdre;
- les ouvertures, dont les deux rangées de lucarnes à pignon, les fenêtres à battants à petits carreaux dont certaines avec contrevents, les impostes vitrées, les portes de bois et les soupiraux cintrés;
- les galeries arrière en bois;
- les éléments intérieurs, notamment l'escalier de merisier avec balustres en bois tourné, le foyer aux jambages et linteau en pierre de taille, le plafond à poutrelles et les caves voûtées;
- sa situation dans le secteur de Place-Royale;
- la façade arrière donnant sur le fleuve;
- la présence d'un site archéologique euroquébécois.

Haut de la page

Informations historiques

Les origines de la maison Jean-Renaud remontent au XVIIe siècle. Nicolas Dupont (vers 1632-1716), membre du Conseil souverain, garde des sceaux et seigneur de Neuville, acquiert ce terrain en 1662 et y érige une maison en 1686, qui sera détruite au cours du siège de Québec (1759). Jean Renaud (vers 1734-1794), négociant et grand voyer, achète l'ancienne propriété de Dupont en 1768 et construit une nouvelle demeure sur ce qui reste de l'immeuble, soit ses fondations et ses caves voûtées. La maison est surhaussée et dotée d'un toit mansardé en 1870. L'intérieur a déjà compris un grand décor néoclassique avec des pilastres ioniques en relief, des portes d'arche et de la menuiserie fine, éléments qui disparaîtront au début des années 1970.

La demeure abrite de nombreux locataires entre 1850 et 1915, dont un fournisseur d'épicerie, de vins et de matériel de bateaux, une taverne, un hôtel, un barbier, un horloger, une quincaillerie, une librairie, un restaurant et un magasin de nouveautés. Les étages supérieurs accueillent des bureaux d'avocats et de notaires. Les archéologues ont mis au jour dans la cave 168 contenants dans un état complet ou presque complet, dont 140 de verre et 28 de grès. Ces contenants de spiritueux, de bière, d'eau gazeuse, de médicaments, de parfum, de cosmétiques, de denrées alimentaires et d'encre font maintenant partie de la collection archéologique de référence de Place-Royale. Ils renseignent sur la vie de ces personnes et sur la culture matérielle de la société québécoise dans la seconde moitié du XIXe siècle.

La maison Jean-Renaud est classée en 1964. Au cours du chantier de restauration de Place-Royale, l'immeuble retrouve son apparence de la fin du XVIIIe siècle.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • La Cité

Adresse :

  • 16, rue Saint-Pierre
  • 20, rue Saint-Pierre

Localisation informelle :

Correspond aux anciens numéros 18 et 22 de la rue Saint-Pierre.

Latitude :

  • 46° 48' 46.853"

Longitude :

  • -71° 12' 8.092"

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 213 547 Ptie

Code Borden

CeEt-174      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DÉCARIE-AUDET, Louise. La maison Dupont-Renaud à Québec : Un dépôt de bouteilles du 19e siècle. Dossier, 27. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1977. 58 p.
  • DESLAURIERS, Hélène. « Maison Dupont-Renaud ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 111.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013