Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Buade de Frontenac et de Palluau, Louis de

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Personnage historique Ministre de la Culture et des Communications 2013-09-12
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 22 mai 1622 à Saint-Germain, en France, Louis de Buade de Frontenac et de Palluau est le fils d'Henri de Buade, comte de Frontenac et baron de Palluau, et d'Anne Phélypeaux de Pontchartrain. Lors de son baptême, célébré en 1623, son parrain est le roi Louis XIII.

Frontenac étudie probablement chez les Jésuites. Il entre au service de l'armée et participe à la guerre de Trente Ans. En 1643, il devient maître de camp au régiment de Normandie. Blessé lors du siège d'Orbitello en 1646, il est récompensé par une nomination de maréchal de camp. Frontenac fréquente la cour du roi avant de faire partie de l'entourage de Gaston d'Orléans vers 1651. Il a un train de vie princier et cumule des dettes importantes. En 1669, il est lieutenant général des troupes en Crète durant quelques mois.

Frontenac est nommé gouverneur général de la Nouvelle-France en 1672. Il arrive à Québec au moment où l'intendant Jean Talon quitte la colonie sans successeur. Frontenac cumule alors les deux charges, ce qui entraîne des frictions avec le Conseil souverain de la Nouvelle-France et le gouverneur de Montréal. Frontenac met en place une politique d'expansion vers l'Ouest. Il établit un poste de traite sur le lac Ontario en 1673. Deux ans plus tard, le roi Louix XIV nomme Jacques Duchesneau au poste d'intendant de la Nouvelle-France afin de restreindre l'autorité du gouverneur général. Après plusieurs années de conflits avec l'intendant, le clergé et le Conseil souverain, Frontenac est rappelé en France en 1682.

Nommé à nouveau gouverneur de la Nouvelle-France en 1689, Frontenac doit faire face aux attaques des Iroquois, de même qu'aux offensives des Anglais lors de la guerre de la Ligue d'Augsbourg. Il tente sans succès d'apaiser les tensions avec les Cinq Nations. En 1690, après avoir organisé une offensive contre trois établissements anglais, il doit défendre Québec contre une attaque anglaise. Il établit de nouveaux postes de traite à l'ouest de la colonie, malgré les directives des autorités françaises qui craignent de voir les colons se disperser. Il participe ainsi à l'essor du commerce des fourrures, mais il contribue, du même coup, à l'expansion du territoire, le rendant difficile à défendre. En 1696, Frontenac envoie des troupes attaquer les Iroquois et les Outaouais qui ont formé une alliance contre les Français.

Il est décédé à Québec le 28 novembre 1698. Il est inhumé dans la chapelle des Récollets, à Québec.

Il avait épousé en France, en 1648, Anne de La Grange, fille du seigneur de Trianon et de Neufville.

Ce personnage historique a été désigné par le ministre de la Culture et des Communications le 12 septembre 2013.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Ce personnage historique est désigné, avec les autres gouverneurs de la Nouvelle-France, pour les motifs suivants:

La fonction de gouverneur de la Nouvelle-France est exercée de 1636 à 1760, soit de l'arrivée de Charles Huault de Montmagny au départ de Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnial. Précédemment, Samuel de Champlain agit comme lieutenant, notamment de Pierre Du Gua de Monts et du cardinal de Richelieu, et dispose des prérogatives d'un gouverneur, sans toutefois en avoir reçu la commission. À titre de plus haut dignitaire de la Nouvelle-France, le gouverneur est le représentant du roi dans la colonie. Jouissant de pouvoirs civils et militaires étendus avant l'arrivée d'un intendant en 1665, ses attributions sont par la suite essentiellement d'ordre militaire et diplomatique. C'est à lui que revient le privilège de commander les armées et d'entretenir des relations avec les Amérindiens. La fonction de gouverneur est cruciale dans le développement de la Nouvelle-France en raison de l'influence politique et militaire que son titulaire peut déployer.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • ECCLES, William John. « Buade, Louis de, comte de Frontenac et de Palluau ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • MOOGK, Peter N. « Frontenac, Louis de Buade, comte de ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013