Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Fondation de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Événement historique Ministre de la Culture et des Communications 2013-12-05
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Le 15 septembre 1664, Mgr François de Laval, vicaire apostolique de Nouvelle-France et évêque de Pétrée, fonde la paroisse de Notre-Dame-de-Québec, première paroisse catholique érigée canoniquement dans la colonie.

À la suite de l'établissement d'un comptoir à Québec, un zèle missionnaire est déployé sur le territoire de la Nouvelle-France. Dès 1615, des congrégations régulières, les Récollets d'abord, puis la Compagnie de Jésus en 1625, s'installent à Québec. Leurs actions visent l'évangélisation des Amérindiens, l'administration des sacrements et l'ouverture de registres d'état civil. Quittant la colonie en 1629, la Compagnie de Jésus revient s'y établir en 1632 avec Paul Le Jeune comme supérieur, alors que des démarches sont entreprises par la Sacrée Congrégation de la Propagande de Rome en vue d'y ériger un diocèse. En 1639, les Ursulines et les Augustines de la Miséricorde de Jésus s'établissent à Québec et se chargent d'y tenir des écoles et des hôpitaux. Six ans plus tard, la fabrique de Québec est créée et les premiers marguillers sont élus. La mise sur pied de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec quelques années plus tard s'inscrit ainsi dans une vision de consolidation de l'Église canadienne en Nouvelle-France, entamée au début du XVIIe siècle.

L'arrivée de Mgr de Laval en 1659 dans la colonie est déterminante pour la fondation de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec. Le prélat assoit rapidement son autorité en Nouvelle-France et obtient plusieurs engagements du souverain. Parmi ceux-ci, l'établissement du Séminaire de Québec en 1663 lui fournit la pierre d'assise du système paroissial qu'il cherche à implanter, alors que les cures et les dîmes y sont rattachées. Lors de son érection en 1664, la paroisse de Notre-Dame-de-Québec est desservie par le supérieur du Séminaire, Henri de Bernières, arrivé de Caen avec Mgr de Laval. L'église de Notre-Dame-de-la-Paix est à ce moment choisie comme lieu de culte paroissial et prend le nom de Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception. Cette église devient cathédrale en 1674 lorsque l'évêché de Québec est créé.

La fondation de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec marque le début du découpage de la Nouvelle-France en paroisses. Alors que Notre-Dame-de-Québec est la seule paroisse de 1664 à 1678, on en compte 25 en 1684. Progressivement, les cures deviennent fixes et inamovibles et le curé titulaire de la paroisse est responsable de la dîme qui y est perçue. Ce nouveau mode d'organisation du territoire favorise non seulement la propagation de l'oeuvre du clergé, mais entraine également l'éclosion d'un cadre administratif dans lequel la fabrique dispose d'un important pouvoir local en matière civile et religieuse. La paroisse constitue dès lors la principale structure d'encadrement de la population, l'espace où se développe la communauté et où l'on recense ceux qui y vivent. L'influence grandissante du curé de paroisse sur les habitants de la colonie s'ajoute aux répercussions qu'occasionne la création de la première paroisse d'Amérique du Nord.

Événement majeur, la fondation de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec et son intégration dans le nouvel évêché de Québec ont pour effet de transformer un territoire de mission en une Église organisée. Au milieu du XIXe siècle, les paroisses de la vallée du Saint-Laurent serviront à la mise en place du système municipal.

Cet événement historique a été désigné par le ministre de la Culture et des Communications le 5 décembre 2013.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BAILLARGEON, Noël. « 325 ans d'histoire : le Séminaire de Québec (1663-1988) ». Cap-aux-Diamants. Vol. 4, no 1 (1988), p. 13-16.
  • CAMPEAU, Lucien. L'évêché de Québec (1674) : aux origines du premier diocèse érigé en Amérique française. Québec, La Société historique de Québec, 1974. 142 p.
  • COURVILLE, Serge, dir. et Normand SÉGUIN. Atlas historique du Québec : la paroisse. Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2001. 296 p.
  • FALARDEAU, Jean-Charles. « La paroisse canadienne-française au XVIIe siècle ». MARTIN, Yves, dir. et Marcel RIOUX. La société canadienne-française. Montréal, Les Éditions Hurtubise HMH ltée, 1971, p. 33-43.
  • HARE, John, Marc LAFRANCE et David-Thiery RUDDEL. Histoire de la ville de Québec, 1608-1871. Montréal, Boréal, 1987. 399 p.
  • LEMIEUX, Lucien. Une histoire religieuse du Québec. Montréal, Novalis, 2010. 191 p.
  • VALLIÈRES, Marc, dir. Histoire de Québec et de sa région. Les régions du Québec, 18. Québec, Presses de l'Université Laval, 2008. 2523 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013