Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Mine King

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Hampden Mine
  • Mine King-Beaver

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Date :

  • 1878 – 1986 (Production)
  • 1938 (Construction)
  • 1975 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine industriel

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Événements associés (2)

Groupes associés (1)

Personnes associées (3)

Inventaires associés (1)

Description

L'ancienne mine King est située dans la municipalité de Thetford Mines. Elle fait partie des premières mines d'amiante ouvertes dans la région. En 1878, les frères King détenant 5 000 acres dans le canton de Thetford, fondent la King Brothers Co. et débutent leurs opérations minières sur le lot 26 des rangs V et VI.

Fermée depuis 1986, cette mine voit disparaître progressivement ses différents bâtiments au cours de la décennie 1990. Aujourd'hui, il n'en subsiste que quatre. Le premier est l'atelier de forge où étaient réparées toutes les pièces de fer (rails, chars, joints, boulons d'ancrage, etc.) mises à rude épreuve. C'est dans cet endroit également que se faisait l'entretien du chevalement situé juste à côté. D'une hauteur de près de 45 mètres, le chevalement, construit par la Dominion Bridge en 1938, se compose d'une structure d'acier à quatre montants dissymétriques recouverte de panneaux d'amiante-ciment ondulés et comprend une toiture de tuiles d'amiante Trafford. Après la fermeture de la mine King en 1986, il sert de puits d'évacuation pour la mine Bell jusqu'à ce qu'elle ferme ses portes à son tour en mars 2008. À l'arrière du chevalement se trouve le troisième bâtiment encore présent : celui abritant les treuils. Construit aussi en 1938, il comprend toujours deux treuils datant de cette même année. Le quatrième bâtiment est le vestiaire des mineurs. Ce dernier est érigé en 1975 pour remplacer l'ancien datant de 1938. La particularité de ce bâtiment de tôle profilée est son toit à double versant droit muni de deux arêtiers ainsi que sa marquise en béton au dessus de la porte principale. Le vestiaire était autrefois relié au chevalement par un passage en tôle pour permettre aux mineurs de passer du vestiaire au chevalement, avant de descendre sous terre. Le bâtiment abrite par la suite une malterie et le marché public de Thetford Mines.

Autrefois, l'ensemble du site comprenait huit autres bâtiments, soit la réserve de pierre sèche, le bâtiment de l'administration qui contenait aussi les anciens vestiaires, le bâtiment du petit concasseur dont les vestiges sont encore visibles, le séchoir, la station de chargement, le garage, l'atelier du compresseur d'air et enfin la station électrique située en dehors du site. Tous ces bâtiments furent recouverts de panneaux d'amiante ondulés Trafford, à l'exception du bâtiment des treuils et de la forge qui sont en brique de couleur rouge. Une série de convoyeurs reliait les différents bâtiments, soit celui du chevalement au concasseur, du concasseur au séchoir, et ceux du séchoir à la réserve de pierre sèche. La base du convoyeur alimentant la station de chargement est encore visible à l'entrée du site actuel.
Les mines King, Bell, Johnson, Bennett-Martin et Beaver exploitent toutes le même gisement qui est reconnu comme étant le plus considérable, le plus profond et le plus riche de la région. Ce gisement est la source d'une grande proportion de la production totale d'amiante du district. Il est long de 1,7 km et large de 610 mètres. Les travaux souterrains dans ce gisement atteignent une profondeur de 335 mètres. Des sondages au diamant à une profondeur de 457 mètres ont prouvé que la formation amiantifère est continue jusqu'à cette profondeur. La mine King exploite le côté sud-est du gisement d'une profondeur de 400 mètres.

Le caractère architectural de ses trois plus vieux bâtiments toujours en place, comme sa proximité de la ville, confère à la mine une valeur inestimable comme lieu de mémoire à conserver pour les générations futures. C'est pourquoi depuis 2010, le site de l'ancienne mine King fait l'objet d'un projet de mise en valeur et deviendra un centre interprétatif. Dans le cadre de ce projet, l'atelier de gobage de la mine Bell, construit vers 1895, y sera réinstallé et aménagé. Il s'agit du seul bâtiment témoignant de l'époque où la séparation de l'amiante se faisait à la main.

Élévations :

  • Composite (Amiante-ciment, panneau), Brique

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Amiante-ciment, panneau
  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle profilée

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Originaire d'Angleterre, Charles King s'installe en 1829 à Québec et vit principalement du commerce du bois. En 1876, la découverte de l'amiante permet à la famille King de diversifier ses investissements. Ainsi, en 1878, ses fils James et William fondent la King Brothers Co. et ils désignent leur mine sous le nom de « Hampden Mine ». Durant la même année, la mine Bell et la mine Johnson débutent également leurs activités. Ces trois mines forment le berceau minier de Thetford et ont favorisé son peuplement. L'agglomération qui se forme autour de ces mines prend le nom de Kingsville de 1892 à 1905, date où elle devient Thetford Mines. En 1909, la mine King fusionne avec plusieurs mines de la région pour former l'Amalgamated Corporation of Canada ltd. Cette fusion devient en 1912 l'Asbestos Corporation of Canada ltd, puis la Société Asbestos ltée.

En 1889, les frères King tentent une première expérience peu concluante de séparation mécanique de la fibre d'amiante. Les tentatives se poursuivent et en 1894, ils apportent des modifications à leur atelier, le dotant de concasseurs primaires, de machines à défibrer, d'aspirateurs et d'un collecteur destiné à recueillir la fibre aspirée. Ce type d'atelier se généralise dans toutes les mines d'amiante à partir de 1895. La mécanisation se poursuit et en 1901, la mine King construit un nouveau moulin de plus grande capacité. En 1910, elle possède toujours deux moulins dont le plus gros du district, situé sur le côté nord de la voie ferrée du Québec Central.

La mine King est d'abord exploitée à ciel ouvert jusqu'à ce que ses besoins d'expansion limités par la proximité des mines Johnson et Bell, combinés à un important glissement de terrain dans son puits en 1928, la force à envisager l'exploitation souterraine. Elle innove en inaugurant le premier véritable chantier souterrain en 1930 et en construisant le premier chevalement de grande dimension. On lui doit également l'adoption du système d'exploitation par effondrement continu en 1932 qui sera repris par toutes les autres mines d'amiante chrysotile ayant recours à l'exploitation souterraine. La technique consiste à faire s'effondrer un immense volume de roc contenant la minéralisation. Les masses rocheuses écroulées sous leur propre poids tombent dans les galeries d'extraction. Le minerai est ensuite remonté à la surface vers l'usine de traitement. Elle est également la pionnière de la région pour l'utilisation des premiers casques de sécurité et des lampes à batteries en 1933.

En décembre 1937, elle débute le fonçage (creusement vertical) d'un nouveau puits de 213 mètres de profond. En octobre 1938, débute la construction du chevalement actuel, du bâtiment des treuils, de la forge, du petit concasseur, du vestiaire et d'un réservoir pour le charbon.

En 1957, la mine King fusionne à la mine Beaver, située à proximité. Le moulin de la Beaver est alors agrandi et modernisé pour y traiter le minerai des deux mines dès 1958, provoquant la fermeture définitive du moulin de la King. On utilise le bâtiment du concasseur (« petit moulin ») pour le broyage primaire du minerai jusqu'en 1964, année où un concasseur de la mine Johnson est installé au niveau 1068' du souterrain de la mine King.

L'expansion de la mine King-Beaver induit par la suite le second grand déménagement du quartier Saint-Maurice à Thetford Mines, de 1971 à 1973.

En 1974, le moulin de la mine King-Beaver est ravagé par un incendie. Les dommages s'élèvent à près de 30 millions de dollars et causent la perte de 828 emplois. Ne pouvant assumer les coûts de la reconstruction, on décide d'acheminer l'amiante extrait à la King-Beaver au moulin de la mine Normandie, sa voisine au sud-ouest, pour qu'elle y soit transformée.

En 1986, la formation de la société en commandite LAB Chrysotile inc. entraîne la fermeture des mines moins rentables, dont la mine King fait partie. Néanmoins, jusqu'en 2008, son chevalement sert de puits d'évacuation pour la mine Bell.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Les Appalaches

Municipalité :

  • Thetford Mines

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CINQ-MARS, François, dir. Thetford Mines à ciel ouvert : histoire d'une ville minière, 1892-1992. Thetford Mines, Ville de Thetford Mines, 1994. 596 p.
  • FORTIER, Clément. Black Lake : Lac d'amiante, 1882-1982. Tome I : Amiante et chrome des Appalaches : cent ans d'histoire. s.l. Bibliothèque nationale du Québec / Bibliothèque nationale du Canada, 1983. 346 p.
  • GAUDARD, Serge. Voyage au coeur des Appalaches : guide des curiosités minérales de la MRC de l'Amiante. Thetford Mines, Musée minéralogique et minier de Thetford Mines, 1993. 178 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013