Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Jean-de-Matha

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Saint-Jean-de-Matha

Date :

  • 1884 – 1886 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Voir la liste

Inventaires associés (1)

Carte

Description

L'église de Saint-Jean-de-Matha est un lieu de culte de tradition catholique érigé de 1884 à 1886. Le bâtiment en pierre se compose d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par un chevet plat. L'église est coiffée d'un toit à croupe. La façade comporte trois portails surmontés de fenêtres cintrées. Un clocher couronne le faîte avant du toit. Une sacristie en pierre, de plan rectangulaire à un étage, est érigée dans le prolongement du choeur. L'église de Saint-Jean-de-Matha est implantée en retrait de la voie publique sur un terrain dénivelé surplombant le noyau villageois de la municipalité de Saint-Jean-de-Matha.

Ce bien est cité immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Jean-de-Matha) 2011-05-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Jean-de-Matha présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le lieu de culte constitue un témoin important de l'évolution de la paroisse. Le peuplement du secteur de Saint-Jean-de-Matha s'amorce en 1836 avec l'arrivée des premiers colons qui s'établissent dans le rang double de Sainte-Louise. La paroisse de Saint-Jean-de-Matha est érigée canoniquement le 9 septembre 1852 par détachement d'une partie du territoire de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois. Le mois suivant, six propriétaires cèdent des parcelles de terrains au nord de l'actuelle rue Sainte-Louise pour la construction de bâtiments religieux. Une chapelle et un presbytère y sont érigés en 1854. Malgré la construction d'une tribune arrière et l'ajout de bancs en 1866, la chapelle devient rapidement trop petite pour répondre aux besoins de la population grandissante. Pour obtenir la permission de construire une nouvelle église, la paroisse doit cependant être érigée civilement. Celle-ci obtient son enregistrement civil en 1880, et le nouveau lieu de culte est construit de 1884 à 1886. L'église de Saint-Jean-de-Matha constitue ainsi un témoin privilégié de l'histoire de la paroisse et du développement de la municipalité à la fin du XIXe siècle.

L'église de Saint-Jean-de-Matha présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Ce lieu de culte, érigé d'après les plans des architectes montréalais Maurice Perrault (1857-1909) et Albert Mesnard (1847-1909), est caractéristique des petites églises paroissiales érigées en milieu rural à la fin du XIXe siècle. Pour construire ce type de bâtiment, l'Église catholique privilégie souvent des formes issues de l'architecture religieuse traditionnelle et du vocabulaire de l'architecture classique. L'église de Saint-Jean-de-Matha illustre la persistance de ces éléments, notamment par son plan composé d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par un chevet plat, par son clocher surmontant le faîte avant ainsi que par la présence d'ouvertures cintrées, de chaînes d'angle et d'une corniche à modillons. L'emploi de pierre à bossage en façade et la présence d'un remplage en forme de croix rayonnante et de pinacles témoignent d'une certaine recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux associée à l'éclectisme, un type architectural largement employé par la firme d'architectes Perrault et Mesnard. L'église de Saint-Jean-de-Matha est ainsi représentative des petites églises paroissiales de la fin du XIXe siècle, et elle illustre bien l'adaptation du travail des architectes aux moyens modestes d'une paroisse rurale.

L'église de Saint-Jean-de-Matha présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son implantation. Composantes distinctives de nombreuses municipalités du Québec, les églises forment des points de repère importants qui signalent la présence des paroisses et des noyaux villageois. L'église de Saint-Jean-de-Matha est représentative de l'implantation des lieux de culte catholique par sa localisation au sein d'un ensemble institutionnel se trouvant au coeur de la municipalité. La situation du bâtiment sur un terrain surélevé, en retrait de la voie publique, contribue également à augmenter sa visibilité et à souligner son importance dans la trame villageoise.

Source : Municipalité de Saint-Jean-de-Matha, 2011.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'église de Saint-Jean-de-Matha liés à ses valeurs historiques et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation en retrait de la voie publique sur un terrain dénivelé surplombant le noyau villageois;
- sa localisation dans un ensemble institutionnel catholique comprenant un presbytère et un ancien couvent cités immeuble patrimoniaux;
- son volume, dont le plan composé d'une nef rectangulaire prolongée par un choeur plus étroit terminé par un chevet plat, et le toit à croupe;
- les matériaux, dont la façade en pierre à bossage, les murs des longs-pans et du choeur en moellons équarris, la couverture en tôle pincée ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en pierre de taille lisse ou en bois;
- les caractéristiques de la façade, dont le clocher surmontant le faîte avant (composé d'une base carrée, d'une chambre des cloches octogonale, d'une flèche, de pinacles et d'une croix), les portails cintrés (composés notamment d'une porte à double vantail surmontée d'un tympan vitré), les fenêtres cintrées (dont une avec un remplage en croix rayonnante), la pierre portant l'inscription « ÉRIGÉE A.D. 1884 », la corniche à modillons, les acrotères ainsi que les chaînes d'angle, le bandeau et les chambranles en pierre de taille lisse;
- les caractéristiques des longs-pans et du choeur, dont les fenêtres cintrées, les petites fenêtres rectangulaires, la corniche moulurée et les chambranles en pierre de taille lisse;
- la sacristie érigée dans le prolongement du choeur, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le toit à deux versants droits, la maçonnerie en moellons équarris, la couverture en tôle pincée, les fenêtres rectangulaires, les retours de corniche et les chambranles en pierre de taille lisse.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Jean-de-Matha est située sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Ramezay. L'endroit correspondant à l'actuelle municipalité de Saint-Jean-de-Matha est colonisé à partir de 1836. Les terres du rang double de Sainte-Louise, nommé ainsi en l'honneur de la seigneuresse Louise-Amélie Panet (1789-1862), sont les premières à être peuplées. Plusieurs autres rangs sont ouverts à la colonisation dans les années suivantes. Le 9 septembre 1852, la paroisse de Saint-Jean-de-Matha est érigée canoniquement par détachement d'une partie du territoire de la paroisse de Saint-Félix-de-Valois. Le mois suivant, six propriétaires cèdent des parcelles de terrains au nord de l'actuelle rue Sainte-Louise pour la construction d'édifices religieux. En 1853, les autorités de la paroisse obtiennent l'autorisation de construire une chapelle et un presbytère. Les deux bâtiments sont complétés en 1854.

En 1866, une tribune arrière est érigée à l'intérieur de la chapelle pour augmenter le nombre de bancs disponibles. Malgré cet ajout, le lieu de culte devient rapidement trop petit pour répondre aux besoins de la population grandissante. Pour obtenir la permission de construire une nouvelle église, la paroisse doit cependant être érigée civilement. Elle obtient son enregistrement civil en 1880. Trois ans plus tard, les paroissiens adressent une requête à l'évêque de Montréal pour obtenir l'autorisation de construire une nouvelle église en pierre sur le même emplacement.

Le projet est rapidement approuvé par les autorités ecclésiastiques. Les architectes montréalais Maurice Perrault (1857-1909) et Albert Mesnard (1847-1909) dressent les plans du futur lieu de culte. L'entrepreneur François Archambault est engagé pour exécuter les travaux qui débutent en 1884 et sont achevés en 1886. En 1903, les autorités paroissiales acquièrent un orgue de Joseph-Émile Pépin. L'instrument est installé dans le lieu de culte deux ans plus tard.

L'église de Saint-Jean-de-Matha est citée en 2011. Le bâtiment est toujours utilisé comme lieu de culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • Matawinie

Municipalité :

  • Saint-Jean-de-Matha

Adresse :

  • 187, rue Sainte-Louise

Latitude :

  • 46° 13' 51.9"

Longitude :

  • -73° 32' 4.3"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Joliette Paroisse de Saint-Jean-de-Matha Absent 265

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GRAVEL, Denis et Hélène LAFORTUNE. Saint-Jean-de-Matha, une histoire à raconter. Montréal, Société de recherche historique archiv-histo, 2005. 224 p.
  • PROVOST, Théophile-Stanislas. Histoire d'un établissement paroissial de colonisation, Saint-Jean-de-Matha. Joliette, Imprimerie de l'Étudiant et du Couvent, 1888. 154 p.
  • s.a. « Saint-Jean-de-Matha ». DAUTH, Gaspard. Le diocèse de Montréal à la fin du dix-neuvième siècle. Montréal, Eusèbe Senécal et Cie., 1900, p. 740-742.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013