Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Victor

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Victor

Date :

  • 1898 – 1899 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'église de Saint-Victor est un lieu de culte de tradition catholique construit de 1898 à 1899. L'édifice en pierre présente un plan composé d'une nef rectangulaire et d'un choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés. Le bâtiment est prolongé d'une sacristie-chapelle rectangulaire en pierre d'un étage. L'église est coiffée d'un toit à deux versants droits. Sa façade comporte une tour-clocher centrale demi-hors-oeuvre ainsi que deux tourelles d'angle. Elle est percée de portails cintrés. L'église de Saint-Victor est implantée en retrait de la rue principale, sur un terrain légèrement surélevé, dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Victor.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Victor) 2007-04-02
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Victor présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le lieu de culte témoigne de l'influence du courant éclectique sur l'architecture religieuse de la fin du XIXe siècle. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans les divers styles et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. L'Église catholique québécoise recourt souvent à l'éclectisme pour la construction de ses lieux de culte et des autres édifices paroissiaux, à partir de la fin du XIXe siècle. Conçue par l'architecte Georges-Émile Tanguay (1858-1923), l'église de Saint-Victor s'y rattache notamment par la composition plutôt élaborée de sa façade. L'imposante tour centrale demi-hors- oeuvre surmontée d'un clocher ainsi que les tourelles d'angle coiffées de clochetons démontrent une recherche de monumentalité propre à ce courant architectural. Le langage est principalement issu du vocabulaire classique mais la composition apparaît plus libre comparativement à celle des églises classiques. Les fenêtres cintrées élancées, les différentes moulures, les frontons et les nombreux oculus enrichissent l'ornementation concentrée principalement sur la façade. L'église de Saint-Victor est ainsi représentative de la production architecturale religieuse du tournant du XXe siècle.

L'église de Saint-Victor présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Georges-Émile Tanguay. Formé par Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903), Tanguay s'établit à Québec. À la fin du XIXe siècle, il est l'un des architectes les plus en vue de la ville. Il compte une production riche et variée comprenant notamment l'hôtel de ville de Québec (1895-1896), une de ses oeuvres majeures. Bien de son époque, sa production est riche en références au passé, typiques de l'architecture éclectique. Au cours de sa carrière, Tanguay conçoit plusieurs plans d'églises. Celle de Saint-Victor est l'une de ses rares réalisations dans la région.

L'église de Saint-Victor présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme témoin de l'évolution de la paroisse. Le peuplement du canton de Tring débute vers 1834 par l'arrivée des premiers colons qui s'établissent sur des terres concédées par le gouvernement. Le territoire est organisé en mission et une chapelle est élevée vers 1844. La paroisse de Saint-Victor est érigée canoniquement en 1852. La construction d'une première église débute trois ans plus tard, puisque la chapelle devient trop exigüe en raison de la croissance de la population. En 1897, l'église paroissiale est complètement détruite par un incendie après avoir été frappée par la foudre. La communauté s'organise rapidement pour la reconstruire. Une chapelle provisoire est érigée la même année. Le sénateur Joseph Bolduc (1847-1924) s'investit beaucoup dans le projet. Il fait appel à un architecte réputé de Québec, Georges-Émile Tanguay, et il achète lui-même les pierres pour la construction avec Louis Turgeon. Le nouveau lieu de culte est élevé sur le même emplacement que le précédent, de 1898 à 1899. L'église de Saint-Victor constitue ainsi un important témoin de l'histoire de la paroisse.

Source : Municipalité de Saint-Victor, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Victor liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont la nef rectangulaire et le choeur plus étroit terminé par une abside à pans coupés ainsi que le toit à deux versants droits surmonté d'un clocheton au-dessus du choeur;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre à bossage, la couverture en tôle posée à la canadienne ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois et en pierre de taille lisse;
- les composantes de la façade, dont la grande tour centrale demi-hors-oeuvre surmontée d'un clocher à double chambre des cloches carrée, d'une flèche et d'une croix, les tourelles d'angle coiffées d'un clocheton, les portails cintrés dotés de portes en bois à panneaux (dont l'une à double vantail) et surmontés d'un tympan cintré vitré, les fenêtres cintrées, les oculus, les frontons triangulaires, les bandeaux, les moulures, les arcs décoratifs en pierre de taille lisse, la corniche et la croix;
- les composantes des longs-pans et du choeur, dont les fenêtres cintrées à carreaux, les soupiraux rectangulaires, le bandeau du soubassement et la souche de cheminée en brique;
- la sacristie-chapelle greffée à l'abside dans le prolongement du choeur, dont le plan rectangulaire, l'élévation d'un étage, le soubassement dégagé, le toit à deux versants droits couvert de tôle posée à la canadienne, la maçonnerie en pierre à bossage, le bandeau du soubassement en pierre de taille lisse et les fenêtres rectangulaires à carreaux (certaines surmontées d'une imposte carrée vitrée);
- l'implantation de l'église en retrait de la voie publique, sur un terrain légèrement surélevé ponctué d'arbres matures;
- son intégration dans un ensemble paroissial comprenant en outre un presbytère et un cimetière;
- sa situation au coeur du noyau villageois.

Haut de la page

Informations historiques

L'église de Saint-Victor est implantée sur un territoire situé dans l'ancien canton de Tring et dont le peuplement débute vers 1834 par l'arrivée des premiers colons qui s'établissent sur des terres concédées par le gouvernement. Le territoire est organisé en mission et une chapelle est élevée vers 1844. Les registres sont ouverts quatre ans plus tard et la paroisse de Saint-Victor est érigée canoniquement en 1852. Il s'agit de la première paroisse fondée dans le canton. Puisque la chapelle devient trop exigüe en raison de l'augmentation de la population, une première église est construite à partir de 1855. Elle est toutefois frappée par la foudre et ravagée par un incendie en 1897.

La communauté s'organise rapidement pour faire face à la situation. Une chapelle provisoire est érigée la même année. Le sénateur Joseph Bolduc (1847-1924) est chargé du projet de reconstruction et il s'y investit beaucoup. Il fait appel à un architecte réputé de Québec, Georges-Émile Tanguay (1858-1923). Ce dernier conçoit les plans de l'extérieur du lieu de culte et la construction débute au courant de l'année 1898. Joseph Bolduc achète lui-même les pierres pour le bâtiment avec Louis Turgeon. L'extérieur du nouveau bâtiment religieux est achevé en 1899. Les travaux de réalisation du décor intérieur débutent alors d'après les plans de l'architecte David Ouellet (1844-1915). Ils sont effectués par Élisée Pagé au cours de l'année 1899. Ils se poursuivent en 1904 et sont finalement achevés en 1908.

L'église est rénovée de 1940 à 1941. Les travaux concernent la toiture qui est refaite en entier, la façade dont les joints sont aussi refaits ainsi que plusieurs éléments intérieurs qui sont repeints. Le perron est réparé en 1951 et il fait l'objet de nouvelles interventions en 1964. D'autres rénovations sont effectuées en 1973 tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du bâtiment. Le perron est réparé de nouveau en 1985. Sept ans plus tard, des travaux sont réalisés sur la cheminée et la toiture. Le chemin de croix est restauré de 1993 à 1994. En 1994, les joints de la façade sont de nouveau refaits. Deux ans plus tard, il est résolu de procéder à la réfection du parvis de l'église.

L'église de Saint-Victor est citée en 2007.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Robert-Cliche

Municipalité :

  • Saint-Victor

Adresse :

  • 298, rue Principale

Latitude :

  • 46° 8' 51.24"

Longitude :

  • -70° 54' 20.37"

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • CARRIER, Daniel. Trésors religieux de la Beauce. Saint-Joseph-de-Beauce, Société du patrimoine des Beaucerons, 2003. 11 p.
  • DUVAL, Raymond et Marie-Paule HOULE. Saint-Victor, 1852-2002: 150 ans de fierté. Saint-Victor, Trajectoire 150, Comité du volume, 2001. 736 p.
  • s.a. Album-souvenir: centenaire de Saint-Victor de Beauce, 3 au 10 août 1952. Québec, Imprimerie Royale Enr., 1952. 209 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013