Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Taschereau, Jean-Thomas

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 26 novembre 1778 à Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce (Sainte-Marie), Jean-Thomas Taschereau est le fils de Gabriel-Elzéar Taschereau, seigneur, et de sa première femme, Marie-Louise-Élizabeth Bazin.

Taschereau fait ses études au petit séminaire de Québec de 1789 à 1795. À compter de 1799, tout en assistant son père dans ses fonctions de grand voyer du district de Québec, il étudie le droit auprès de Jonathan Sewell. Il reçoit sa commission d'avocat en 1801.

Taschereau est député de Dorchester à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada de 1800 à 1808, en 1809 et en 1810, puis de 1812 à 1820. Il appuie surtout le Parti canadien. Il est également élu dans la circonscription de Leinster en 1809, puis dans celle de Gaspé en 1820.

Taschereau participe à la fondation du journal Le Canadien en 1806. En raison de ses liens avec le journal, il est écarté de la milice en 1808, puis il est arrêté et emprisonné en mars 1810 sur l'ordre du gouverneur James Henry Craig pour conduite séditieuse. Il est remis en liberté quelques mois plus tard. Il réintègre la milice pendant la guerre de 1812 et devient adjudant général adjoint de la milice du Bas-Canada en 1813. Il s'occupe aussi de la mise en valeur de la seigneurie paternelle de Sainte-Marie.

Taschereau est nommé juge de paix à Québec en 1812 et à Gaspé en 1819. Il devient commissaire du district de Québec sur les communications intérieures en 1815. À partir de 1821, il siège à la Cour des commissaires de Sainte-Marie-de-la-Nouvelle-Beauce et à la Cour des sessions générales de la paix de Québec. Il devient également juge de paix dans les districts de Montréal et de Saint-François la même année. Il est réélu député de Gaspé en 1824, mais il devient inapte à siéger et à voter par suite de sa nomination comme juge de la Cour du banc du roi pour le district de Québec en 1827, fonction qu'il remplit jusqu'à son accession au Conseil législatif en 1828. Il est renouvelé comme juge de paix à Gaspé en 1824, puis à Trois-Rivières en 1828.

Il a publié Procédés d'un comité spécial... sur le bill pour mieux régler les pêches dans le district inférieur de Gaspé... (1823).

Il est décédé à Québec le 14 juin 1832. Il est inhumé au cimetière Saint-Louis, dans la paroisse de Notre-Dame-de-Québec.

Il avait épousé à Québec, en 1806, Marie Panet, fille de Jean-Antoine Panet et de Louise-Philippe Badelart.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Histoire: Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours [En Ligne]. http://www.assnat.qc.ca/
  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec: de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres. Montréal, Stanké, 2001. 1861 p.
  • PROVOST, Honorius. « Taschereau, Jean-Thomas ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • ROY, Pierre-Georges. La famille Taschereau. Lévis, 1901. 199 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013