Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial du Collège-de-L'Assomption

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • L'Assomption

Date :

  • 1832 (Ouverture)
  • 1844 (Construction)
  • 1852 (Agrandissement)
  • 1891 – 1892 (Agrandissement)

Usage :

  • Services et institutions (Collèges, séminaires et universités > Collèges classiques et séminaires)

Éléments associés

Personnes associées (8)

Voir la liste

Description

Le site patrimonial du Collège-de-L'Assomption correspond à la partie la plus ancienne d'une institution d'enseignement, soit celle aménagée au XIXe siècle. L'ensemble comprend l'aile A, construite en 1844 et agrandie à quelques reprises au XIXe siècle, ainsi que l'aile B, érigée en 1891 et 1892. L'aile A est un bâtiment en pierre de plan rectangulaire à quatre étages incluant celui du toit mansardé couvert de tôle. Un dôme s'élève sur le toit et, avec le porche principal en pierre de taille, marque le centre de la composition. Le bâtiment est percé de fenêtres rectangulaires et cintrées. L'aile B, également en pierre, comporte un plan rectangulaire, une élévation de quatre étages incluant celui du toit mansardé. Les fenêtres rectangulaires sont souvent jumelées ou groupées par trois. Les ailes A et B sont reliées par un bâtiment de liaison vitré. Des allées pavées avec rond-point doté d'un monument mènent aux portes principales à chacune des ailes. Un portail à pilastres de pierre et à grille métallique est aménagé en bordure de la voie publique devant l'aile A. Le terrain situé entre la rue et les bâtiments comporte des surfaces gazonnées et est planté d'arbres adultes ainsi que d'arbustes et d'autres plantes ornementales.

Ce bien est classé site patrimonial. La protection vise l'enveloppe extérieure des ailes A et B, de même que le terrain sur lequel elles s'élèvent, incluant les aménagements paysagers. Les ailes A et B font aussi partie du collège de L'Assomption, un immeuble patrimonial cité correspondant à toute l'institution d'enseignement, incluant les ailes construites au XXe et au XXIe siècle.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2020-06-04
Prise d'effet : 2019-12-04

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2019-10-17
  • Proposition de statut national non retenue, 2018-01-26
  • Proposition de statut national, 2017-06-21
 
Citation Situé dans un immeuble patrimonial Municipalité (L'Assomption) 2012-05-01
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial du Collège-de-L'Assomption présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Il témoigne d'une période importante dans l'histoire de l'éducation au Québec, celle de l'établissement des collèges classiques hors des centres urbains. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, la formation classique, comprenant notamment l'apprentissage du latin et du grec et menant aux professions libérales et à la prêtrise, n'est offerte qu'à Montréal et à Québec. Au début du XIXe siècle, le réseau des collèges classiques en région se met en place. Jusque dans les années 1960, ce système d'enseignement unique au Canada français permet de donner accès à une éducation classique à des jeunes de différents milieux. Ces institutions ont contribué à former non seulement les membres du clergé, mais également l'élite sociale et intellectuelle du Québec. Le collège de L'Assomption, fondé en 1832, est alors le dixième collège classique du Québec. Il est cependant le premier à ne pas être créé par le clergé, mais plutôt à l'initiative de Jean-Baptiste Meilleur (1796-1878), médecin s'intéressant à l'éducation, qui occupera d'ailleurs le poste de surintendant de l'Instruction publique pour le Canada-Est de 1842 à 1855. Devenu un établissement privé d'enseignement secondaire, le collège de L'Assomption poursuit encore aujourd'hui sa mission d'éducation entreprise il y a bientôt deux siècles.

Le site patrimonial du Collège-de-L'Assomption présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. La partie avant du collège, composée des ailes A et B, correspond à la portion la plus ancienne de l'ensemble. L'aile A est un bâtiment érigé en 1844 dont l'architecture a évolué au cours des décennies suivantes. La toiture mansardée et le dôme sont notamment des ajouts réalisés lors des travaux de 1882 et 1883, d'après les plans des architectes Joseph-Roch Poitras (1844-1885) et Victor Roy (1837-1902). La construction de l'aile B remonte à 1891 et 1892. Les plans de ce bâtiment sont produits par la société Perreault, Mesnard et Venne, qui reçoit la plupart des commandes institutionnelles et religieuses de la clientèle canadienne-française de la région de Montréal. Joseph Venne (1858-1925) semble être le responsable du projet de L'Assomption. L'architecture des deux ailes est unifiée par la façade monumentale d'inspiration Second Empire. Ce style, qui connaît une grande vogue au Québec dans le dernier quart du XIXe siècle, est fréquemment employé dans l'architecture publique, institutionnelle et résidentielle. L'influence de ce style se manifeste dans le collège de L'Assomption par l'utilisation, entre autres, du toit mansardé, de l'avant-corps central, des lucarnes à fronton ou à fenêtre d'inspiration palladienne, et de l'ornementation puisant au répertoire formel de l'architecture classique. Le choix de la pierre grise confère un prestige accru au bâtiment. Ces deux ailes du collège de L'Assomption sont représentatives de l'architecture institutionnelle de la seconde moitié du XIXe siècle et rappelle l'époque des collèges classiques.

Le site patrimonial présente en outre un intérêt patrimonial pour sa valeur paysagère. Des jardins sont aménagés en façade des ailes historiques du bâtiment. Ceux-ci évoluent au fil des ans, mais l'espace demeure toujours paysager. Les aménagements actuels comportent des allées pavées avec rond-point doté d'un monument. Un portail à pilastres de pierre et à grille métallique est installé en bordure de la voie publique. Le terrain situé entre la rue et les bâtiments comporte des surfaces gazonnées et est planté d'arbres adultes ainsi que d'arbustes et d'autres plantes ornementales. Cet aménagement met en valeur le front bâti qui constitue, avec son dôme, un point de repère emblématique du coeur villageois historique de la localité.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2020.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial du Collège-de-L'Assomption liés à ses valeurs historique, architecturale et paysagère comprennent, notamment :
- son aménagement sur un terrain plat, dans le coeur villageois historique de L'Assomption;
- la présence de l'aile A, de l'aile B et du bâtiment de liaison vitré, ainsi que leur implantation en retrait de la voie publique;
- les caractéristiques de l'aile A, dont le plan rectangulaire, l'élévation à quatre étages, le toit mansardé couvert de tôle, la maçonnerie en pierre grise équarrie, l'avant-corps central, le dôme central à écailles (dont son plan octogonal, les fenêtres cintrées du tambour, les oeils-de-boeuf, la lanterne surmontée d'un dôme et d'une croix), le porche principal en pierre (composé de piliers cannelés supportant un entablement portant l'inscription « PARARE DOMINO PLEBEM PERFECTAM », du garde-corps décoratif à motifs géométriques du balcon, d'un escalier et d'une porte à double vantail surmontée d'une imposte rectangulaire vitrée), les fenêtres rectangulaires ou cintrées en bois à carreaux, les lucarnes à fronton cintré ou triangulaire, les éléments ornementaux en pierre de taille (dont les chaînes d'angle, les chambranles des fenêtres et les bandeaux), la corniche à modillons, les corbeaux sous la lucarne centrale, les esses, les souches de cheminée couvertes de tôle,
- les caractéristiques de l'aile B, dont le plan rectangulaire, l'élévation de quatre étages, le toit mansardé couvert de tôle, la maçonnerie en pierre grise à bossage, le porche principal en bois (précédé d'un escalier et composé de piliers cannelés, de balustrades, d'une porte en bois à double vantail surmontée d'un tympan cintré vitré et encadrée de pilastres), les fenêtres rectangulaires ou cintrées en bois à carreaux (certaines jumelées ou groupées par trois), les lucarnes en bois (à fronton, ou dotées de fenêtres d'inspiration palladienne ou de fenêtres jumelées), les éléments ornementaux en pierre de taille (dont les chaînes d'angle, les chambranles de fenêtres, les bandeaux, les bandes verticales séparant les travées du bâtiment), la corniche à modillons, la plaque de pierre portant l'inscription « JHS 1892 », les éléments ornementaux en métal (dont la crête faîtière et la croix surmontant le toit en pavillon de la partie centrale), les souches de cheminée couvertes de tôle;
- les structures et les aménagements extérieurs, dont le portail à pilastres en pierre et à grille métallique indiquant « Collège de L'Assomption » en bordure de rue, les allées pavées, les ronds-points (celui devant l'aile A doté d'un monument à la Vierge et celui devant l'aile B orné d'un monument de Wilfrid Laurier), les surfaces gazonnées, les arbres adultes et les aménagements d'arbustes et de plantes ornementales.

Haut de la page

Informations historiques

Le collège de L'Assomption est fondé en 1832 comme collège classique. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, la formation classique, comprenant notamment l'apprentissage du latin et du grec et menant aux professions libérales et à la prêtrise, n'est offerte qu'à Montréal et à Québec. Au début du XIXe siècle, le réseau des collèges classiques en région se met en place. Jusque dans les années 1960, ce système d'enseignement unique au Canada français permet de donner accès à des jeunes de différentes régions à une éducation classique. Ces institutions contribuent à former les membres du clergé ainsi que l'élite sociale et intellectuelle du Québec. Le collège de L'Assomption, dixième institution du genre, est le premier collège classique à ne pas être créé par le clergé, mais plutôt à l'initiative de Jean-Baptiste Meilleur (1796-1878), médecin s'intéressant à l'éducation, qui occupera d'ailleurs le poste de surintendant de l'Instruction publique pour le Canada-Est de 1842 à 1855.

Les bâtiments et aménagements d'origine du collège sont disparus pour faire place aux constructions actuelles. Le collège occupe néanmoins le même site depuis sa création. Le plus ancien bâtiment du collège, qui correspond à l'actuelle aile A, est construit en 1844. Il est orienté vers le boulevard de l'Ange-Gardien. Il est agrandi vers l'ouest en 1852, puis vers l'est en 1867 avant d'être doté d'une toiture mansardée et d'un dôme en 1882 et en 1883 selon les plans des architectes Joseph-Roch Poitras (1844-1885) et Victor Roy (1837-1902). Le porche principal date de 1930.

La construction de l'aile B remonte à 1891 et 1892. Les plans de ce bâtiment sont produits par la société Perreault, Mesnard et Venne, qui reçoit la plupart des commandes institutionnelles et religieuses de la clientèle canadienne-française de la région de Montréal. Joseph Venne (1858-1925) semble être le responsable du projet de L'Assomption. L'architecture des deux ailes est unifiée par la façade monumentale d'inspiration Second Empire.

En raison des besoins croissants de l'institution, de nouvelles ailes s'ajoutent. Celles-ci s'intègrent derrière les ailes A et B, suivant un mode de développement qui s'effectue selon les besoins et les opportunités. C'est ainsi que l'aile G est érigée en 1896 et l'aile F en 1915. Les Petites Soeurs de la Sainte-Famille logent alors dans l'aile G qui leur sert de couvent. L'aile D est construite en 1920 et l'aile C en 1930. Ces ailes sont parallèles aux ailes A et B auxquelles elles sont jointes par un corps de bâtiment perpendiculaire, formant un plan en « H ». L'ajout en 1958 de l'aile E aux ailes A, B, C et D contribue à former une cour intérieure. L'aile H est aussi construite en 1958.

Dans le contexte de la réforme du système scolaire québécois des années 1960, le collège de L'Assomption divise son programme d'enseignement en deux secteurs en 1962 et en 1963, soit le secteur secondaire et le secteur collégial. Ce dernier sera vendu en 1998 au gouvernement et deviendra le Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption.

Des jardins prennent place en façade des ailes A et B. Ceux-ci évoluent au fil des ans, mais l'espace demeure toujours paysager. Les jardins actuels s'inspirent d'une planification réalisée en 1982 par Lise Cormier.

Les ailes S et V sont construites en 2008 selon les plans de la firme FABG architectes et forment un complexe sportif de grande envergure. Le collège de L'Assomption est cité immeuble patrimonial par la Ville de L'Assomption en 2012.

Le site patrimonial du Collège-de-L'Assomption, qui inclut l'aile A, l'aile B, le bâtiment vitré qui les relie ainsi que le terrain sur lequel ces bâtiments s'élèvent, est classé en 2020. L'institution est encore en fonction comme école secondaire privée.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • L'Assomption

Municipalité :

  • L'Assomption

Adresse :

  • 270, boulevard de l'Ange-Gardien

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 891 843 Ptie

Code Borden

BkFi-44      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Brodeur consultants. Collège de L'Assomption. Dossier documentaire sur l'évolution physique et historique du collège de L'Assomption, L'Assomption. Montréal, 2017. 345 p.
  • Brodeur consultants. Proposition d'énoncé de l'intérêt patrimonial du collège de L'Assomption. Montréal, 2017. 37 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013