Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Fraser, Simon

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Mapletown, État de New York, le 20 mai 1776, Simon Fraser est le fils de Simon Fraser et d'Isabella Grant.

Ses parents arrivent à new York en 1773 et s'installent ensuite à Mapletown. Lors de la Révolution américaine, Simon Fraser père se range du côté des loyalistes et s'enrôle dans la milice. Il est fait prisonnier et meurt en détention. Sa mère, harcelée par les rebelles, s'installe au Canada en 1784.

En 1790, Fraser est envoyé chez un oncle à Montréal qui le place en 1792, comme apprenti à la Compagnie du Nord-Ouest. Un an plus tard, il se rend dans les postes de l'Athabasca pour apprendre à faire la traite des fourrures. En 1801, il devient un des plus jeunes associés de la compagnie et, en 1805, est choisi pour étendre les activités de la compagnie au-delà des Rocheuses.

Fraser fonde plusieurs établissements au coeur de la Colombie-Britannique qu'il nomme alors New Caledonia. En 1805, il construit le fort McLeod, en 1806, les forts St. James et Fraser et, en 1807, le fort George. À l'automne 1807, il reçoit les vivres et les hommes nécessaires à la traversée du fleuve Fraser. Cette expédition, une des plus périlleuses jamais entreprises, débute au printemps de 1808. Le voyage s'avère être aussi pénible sur l'eau que sur terre. Les hommes doivent franchir des canyons, des falaises et des rapides. Plusieurs d'entre eux menacent d'abandonner. Quand il arrive enfin à l'embouchure, Fraser réalise que ce n'est pas le fleuve Columbia, comme il l'avait pensé. Sa découverte n'a plus aucun intérêt pour la Compagnie du Nord-Ouest. Il repart, bredouille, dans l'est du pays.

De 1810 à 1814, il est responsable du district du fleuve Mackenzie. Un an plus tard, il décide de prendre sa retraite, mais on le persuade de rester un hiver de plus à Athabasca. Il se trouve parmi les associés que lord Selkirk arrête à fort William, accusés de complicité dans l'incident de Seven Oak en 1816, mais est acquitté en 1818.

Cet incident le convainc une fois pour toutes de prendre sa retraire. Il acquiert environ 240 acres près de St. Andrews et y installe une scierie et une meunerie. Ses affaires périclitent suite à une blessure au genou qu'il s'inflige lors de sa participation aux Rébellions de 1837-1838.

Il est décédé à St. Andrews, le 18 août 1862.

Il avait épousé, en 1820, Catherine, fille du capitaine Allan Macdonald.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LAMB, W. Kaye. « Fraser, Simon ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • s.a. « Fraser, Simon ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013