Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Pellan, Alfred

Type :

Personne

Autre(s) nom(s) :

  • Pelland, Alfred

Date :

  • 1906‑05‑16 – 1988‑10‑31

Occupation :

  • Enseignant / professeur
  • Peintre / illustrateur

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Voir la liste

Patrimoine mobilier associé (5)

Personnes associées (1)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 16 mai 1906 à Québec, Alfred Pellan (à l'origine nommé Alfred Pelland) est le fils d'Alfred Pelland, mécanicien de locomotive, et de Régina Damphousse.

Pellan entre à l'École des beaux-arts de Québec dès 1921. Élève talentueux, il n'a que 16 ans lorsqu'il vend une toile à la Galerie nationale du Canada (Musée des beaux-arts du Canada). Premier peintre boursier du gouvernement du Québec, il part pour la France en 1926. Il fait son apprentissage auprès du peintre Lucien Simon et fréquente l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris jusqu'en 1930.

Pellan travaille dans la capitale française jusqu'en 1940. Il côtoie les plus importants artistes de l'époque et les académies libres comme la Grande Chaumière et Colarossi. Inspiré par Vincent van Gogh et les fauves, les cubistes Pablo Picasso et Georges Braque ainsi que par les surréalistes, l'artiste développe à partir de ces influences un style unique et novateur. En 1935, il remporte le premier prix du Salon de l'art mural de Paris, ce qui lui vaut la reconnaissance de ses pairs. Il travaille, entre autres, pour la couturière Elsa Schiaparelli et prend part à une exposition à Washington, aux côtés de Pablo Picasso, André Derain, Raoul Dufy et Salvador Dalí.

La Seconde Guerre mondiale oblige Pellan à revenir au Québec en 1940. N'ayant pu obtenir un emploi de professeur à l'École des beaux-arts de Québec en 1936, il s'installe à Montréal. Le peintre présente ses travaux au Musée de la province (Musée national des beaux-arts du Québec) et à l'Art Association of Montreal (Musée des beaux-arts de Montréal) et entrouve la porte à la modernité artistique au Québec. Bien que son art soit considéré comme étant trop avant-gardiste, il enseigne à l'École des beaux-arts de Montréal de 1943 à 1952. Entre-temps, il cosigne, en 1948, le manifeste du groupe Prisme d'yeux, qui prône la liberté d'expression dans l'art. Pendant ces années, l'artiste illustre aussi des recueils de poésie et conçoit, entre autres, des costumes pour le théâtre.

De 1952 à 1955, Pellan vit à Paris grâce aux bourses des gouvernements du Canada et de la France. Cette dernière année, une exposition rétrospective lui est consacrée au Musée national d'art moderne de Paris où 181 de ses oeuvres sont présentées au public, une première pour un artiste canadien. Il reprend l'enseignement en 1957, cette fois-ci au Centre d'art de Sainte-Adèle, réalise des expositions dans de nombreux pays et reçoit plusieurs commandes, notamment pour des murales.

Pellan est le récipiendaire de maintes distinctions, dont le prix Paul-Émile-Borduas du gouvernement du Québec remis en 1984 pour « son apport dynamique à l'enseignement des arts, pour sa lutte en faveur des libertés indispensables à l'expression artistique et pour ses oeuvres connues et reconnues au Québec comme à l'étranger ».

Il est décédé à Montréal le 31 octobre 1988.

Il avait épousé, en 1949, Maddalena Poliseno (Madeleine Pelland).

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • DAIGNEAULT, Gilles. « Pellan, Alfred ». Ministère de la Culture et des Communications du Québec et Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie. Les prix du Québec [En ligne]. http://www.prixduquebec.gouv.qc.ca
  • Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En Ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • s.a. Musée des beaux-arts du Canada [En Ligne]. http://www.gallery.ca
  • s.a. Musée national des beaux-arts du Québec [En Ligne]. http://www.mnba.qc.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013