Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Québec

Date :

  • après 1791 – avant 1826 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Inventaires associés (1)

Images

Description

Le site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard comporte une ancienne demeure rurale vraisemblablement érigée entre 1791 et 1826. La résidence en pierre recouverte d'enduit présente un plan rectangulaire à deux étages. Sa toiture mansardée à quatre versants est couverte de tôle et une cheminée se dresse à chacune de ses extrémités. La porte principale est encadrée d'un portail néoclassique en bois formé de pilastres supportant un entablement doté d'une corniche à consoles. Les fenêtres sont distribuées de façon asymétrique. Une galerie en bois ceinture le bâtiment sur trois côtés. Un volume en bois est annexé latéralement au bâtiment, du côté est. Il est disposé légèrement en retrait par rapport à la façade principale. Cette annexe est dotée d'un toit en appentis couvert de tôle à baguettes et ses murs en planches de bois verticales sont majoritairement recouverts d'un parement de tôle embossée au motif de feuille d'érable. La façade de la maison est orientée vers le sud et fait dos à la voie publique. Le bâtiment est implanté sur un terrain gazonné et planté d'arbres matures, dans le secteur Charlesbourg de la ville de Québec.

Ce bien est classé site patrimonial. La protection s'applique à l'extérieur du bâtiment et à son terrain. La maison Jobin-Bédard est aussi classée immeuble patrimonial.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Site patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2020-12-03
Prise d'effet : 2019-12-05

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2019-12-04
 
Ordonnance ministérielle échue Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications

Statuts antérieurs

  • Sous ordonnance ministérielle, 2019-11-08
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard présente un intérêt pour sa valeur historique. Il est situé sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Notre-Dame-des-Anges, concédée à la Compagnie de Jésus en 1626 et dont le développement s'effectue par l'ouverture de concessions. Le site constitue un témoin significatif de la concession agricole Saint-Pierre et Saint-Claude, située au nord du trait carré de Charlesbourg. Il est associé à plusieurs générations d'agriculteurs, dont plusieurs Bédard, l'une des familles pionnières de la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges. Le site pourrait renfermer des traces des diverses périodes de son occupation, dont des vestiges de bâtiments agricoles.

Le site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard présente aussi un intérêt pour sa valeur architecturale. Vraisemblablement érigée entre 1791 et 1826, la maison est représentative des maisons rurales construites au tournant du XIXe siècle, une période de transition entre la maison d'influence française et la maison traditionnelle québécoise. Le corps de logis en pierre recouvert d'un enduit, la fondation peu dégagée par rapport au niveau du sol et la disposition asymétrique des ouvertures sont des éléments caractéristiques de ce type d'habitation. La maison se démarque toutefois de l'architecture rurale de cette époque par ses dimensions importantes. À l'instar de nombreuses maisons rurales et villageoises, la maison Jobin-Bédard est modifiée au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, vraisemblablement avant 1891. La toiture mansardée, l'ornementation et la galerie couverte témoignent de son adaptation aux besoins de ses occupants et de l'influence de différents styles et courants architecturaux.

Le site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard présente également un intérêt pour ses valeurs urbanistique et paysagère. La résidence est située sur un terrain dégagé de grandes dimensions planté d'arbres matures. Elle est implantée perpendiculairement à l'ancien chemin d'accès tracé à l'époque de la concession Saint-Pierre et Saint-Claude, l'actuel boulevard Henri-Bourassa. Cette implantation, de même que l'orientation de sa façade vers le sud, témoigne du mode d'implantation typique des maisons dans une concession agricole du tournant du XIXe siècle.

Source: Ministère de la Culture et des Communications, 2020.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard liés à ses valeurs historique, architecturale, urbanistique et paysagère comprennent, notamment :
- l'implantation de la résidence légèrement en retrait de la voie publique et légèrement en biais, avec sa façade principale orientée au sud, opposée à la voie publique, sur un terrain plat gazonné et planté d'arbres matures, dans l'arrondissement de Charlesbourg de la ville de Québec;
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de deux étages, la toiture mansardée à quatre versants, la galerie couverte sur trois côtés, les deux souches de cheminée aux extrémités du toit, la cuisine d'été en appentis;
- les matériaux, dont les fondations et la maçonnerie de moellons grossièrement équarris, l'enduit recouvrant les murs, la tôle de la toiture, le parement en planches de bois verticales de la cuisine d'été, le parement de tôle embossée au motif de feuille d'érable de l'annexe, le bois des éléments ornementaux et architecturaux;
- les ouvertures, dont le portail principal, la porte en bois à panneaux et à vitrage, la porte en bois à panneaux et vitrage surmontée d'une imposte de l'annexe, les fenêtres en bois rectangulaires à battants et à grands carreaux et les contrefenêtres, les lucarnes à pignon;
- l'ornementation, dont la corniche à consoles, la corniche à consoles du portail principal, les chambranles des fenêtres à fronton, les encadrements des lucarnes, les poteaux à consoles de la galerie.

Haut de la page

Informations historiques

Le site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard est aménagé sur le territoire de l'ancienne seigneurie de Notre-Dame-des-Anges, concédée à la Compagnie de Jésus en 1626. Il s'agit de l'une des plus anciennes seigneuries de la Nouvelle-France. La mise en valeur de la seigneurie débute au milieu du XVIIe siècle et elle se réalise progressivement par la création de concessions. En mars 1709, une terre est concédée à Julien Leblanc par la Compagnie de Jésus. Il s'agit de l'origine de la propriété actuelle.

En mars 1717, Julien Leblanc et Anne Vanier vendent cette terre, sans bâtiment, à Charles Bédard. La terre appartient ensuite à la famille Bédard pendant plus d'un siècle. La résidence actuelle est vraisemblablement construite après 1791, année du décès de Jean Baptiste Bédard, l'un de ses propriétaires. Elle est érigée avant 1826, année durant laquelle Laurent-Thomas Bédard vend la terre, incluant la maison, au meunier Alexander Craig, qui exploite le moulin de Charlesbourg.

Comme Craig ne paie pas Bédard, la terre est saisie en 1830 par le shérif pour être revendue à Michel Giroux. En décembre 1843, Giroux vend la terre à Antoine Bertrand. En mai 1854, Bertrand obtient la commutation des droits seigneuriaux pour sa terre. Dans les semaines qui suivent, la propriété est vendue au curé Étienne Payment, qui la revend aussitôt à Jean-Baptiste Jobin.

La toiture mansardée à quatre versants actuelle remplace vraisemblablement une toiture à deux versants droits. La modification de la toiture a probablement été effectuée dans le dernier quart du XIXe siècle, soit pour agrandir l'espace habitable, soit pour mettre la maison au goût du jour.

D'autres modifications datent peut-être de la même époque, dont l'ajout d'une fausse cheminée du côté ouest de la maison, assurant ainsi la symétrie de la toiture. Les chambranles plus élaborés disposés autour des ouvertures remontent aussi probablement à la fin du XIXe siècle, tout comme la galerie protégée qui ceinture la maison sur trois côtés. Elle était dotée d'un garde-corps en fer ornemental jusque vers le milieu du XXe siècle.
Au début du XXe siècle, la toiture aurait apparemment été couverte de bardeaux de bois, mais aurait été remplacée par un parement métallique pour assurer son étanchéité.

La propriété demeure entre les mains de la famille Jobin pendant près d'un siècle, soit jusqu'en 1949, année où s'amorce la subdivision de la propriété agricole ancestrale et où la maison Jobin-Bédard est acquise par François Bouchard.

Le site patrimonial de la Maison-Jobin-Bédard est classé en 2020, en même temps que la demeure, alors classée immeuble patrimonial.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Québec

Municipalité :

  • Québec

Arrondissement municipal :

  • Charlesbourg

Adresse :

  • 1216, rue du Maine

Désignation cadastrale :

  • Lot 1 026 487

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013