Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Phare des Îles-du-Pot-à-l'Eau-de-Vie

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison-phare de l'Île-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie
  • Maison-phare des Îles-du-Pot à l'Eau-de-Vie
  • Phare de l'Île-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Saint-André

Date :

  • 1860 – 1861 (Construction)
  • 1884 (Agrandissement)

Thématique :

  • Patrimoine maritime et fluvial

Usage :

  • Transport, communication et services publics (Aides fixes à la navigation > Aides lumineuses (phares))

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Inventaires associés (1)

Description

Le phare des Îles-du-Pot-à-l'Eau-de-Vie, dans la municipalité de Saint-André-de-Kamouraska, comprenant la maison-phare (intérieur et extérieur), les bâtiments secondaires (extérieur seulement) et les autres structures, ainsi que le terrain connu et désigné comme étant le lot 5 418 976 du cadastre du Québec, circonscription foncière de Kamouraska.

Plan au sol :

Carré

Nombre d'étages :

1

Structure :

  • Bois, madrier sur madrier
  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Agrandissement

Fondations :

  • Pierre

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Bois, bardeaux
  • Forme : À dos d'âne
    Matériau : Bois, bardeaux

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Avis d'intention de classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2021-06-23

Statuts antérieurs

  • Proposition de statut national, 2013-07-19
 
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-André) 2014-04-07
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Saint-André) 2014-04-07
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le phare des Îles-du-Pot-à-l'Eau-de-Vie présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce phare a été construit à cet emplacement entre 1860 et 1862 en raison des dangers pour la navigation que présentait cette portion du chenal sud du fleuve Saint-Laurent. Les nombreux récifs et hauts-fonds de ce secteur avaient précédemment causé le naufrage de plusieurs navires. Il s'agit donc d'un phare de jalonnement des côtes qui a contribué à la sécurité et à l'accroissement de la navigation sur le fleuve Saint-Laurent. Le fonctionnement du phare a été automatisé en 1964, puis ce dernier a cessé d'être utilisé pour l'aide à la navigation en 1975.

Le phare des Îles-du-Pot-à-l'Eau-de-Vie présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construit selon les plans de l'ingénieur John Page du ministère des Travaux publics, ce phare se distingue par sa tour circulaire qui est intégrée en plein centre de la maison du gardien. Il s'agit du seul exemple de maison-phare à subsister au Québec. La tour en maçonnerie de pierre est recouverte de plaques de métal et est surmontée d'une coupole. De plan carré, la maison en bois est revêtue de planches à clins et coiffée d'une toiture à quatre versants. À l'intérieur, un escalier de bois en colimaçon permet d'accéder à la lanterne. Les fondations en pierres de la maison suivent les irrégularités du sol et reposent directement sur le roc. Un bâtiment coiffé d'un toit à deux versants est annexé à la maison. D'autres bâtiments détachés sont reliés à la maison-phare par des passerelles et des escaliers. Les toits des bâtiments sont peints en rouge, tandis que les murs sont peints en blanc. Le phare des Îles-du-Pot-à-l'Eau-de-Vie fait partie de la deuxième génération de phares au Québec, ceux construits entre 1850 et 1900.

Le phare des Îles-du-Pot-à-l'Eau-de-Vie présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur ethnologique. La maison-phare et ses dépendances témoignent du mode de vie associé au métier de gardien de phare.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Kamouraska

Municipalité :

  • Saint-André

Désignation cadastrale :

  • Lot 5 418 976

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013