Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église de Saint-Anselme

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Anselme

Date :

  • 1845 – 1850 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (3)

Fait partie de :

Autres biens associés :

Voir la liste

Personnes associées (4)

Voir la liste

Inventaires associés (2)

Carte

Description

Plan au sol :

Croix latine

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Chapelle
  • Sacristie

Saillies :

  • Cheminée
  • Clocher
  • Clocheton
  • Évent

Fondations :

  • Pierre

Toit :

  • Forme : À deux versants droits
    Matériau : Tôle à baguettes
  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle
  • Forme : Arrondi
    Matériau : Tôle en plaques

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à imposte

Fenêtre(s) :

  • cintrée, Fixe
  • circulaire, Fixe

Éléments architecturaux :

  • Boiserie ornementale

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Anselme) 2020-10-06

Statuts antérieurs

  • Inventorié
 
Citation Situé dans un site patrimonial Municipalité (Saint-Anselme) 2020-10-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église de Saint-Anselme présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. « La construction d'une église pour la paroisse de Saint-Anselme fut autorisée officiellement le 14 novembre 1844, suite à la transmission d'une résolution de la fabrique de Saint-Anselme à l'évêque de Québec, Mgr Pierre-Flavien Turgeon. Le site choisi pour la nouvelle église fut fixé par l'évêque de Québec le 9 novembre 1844 et celui-ci se trouve à proximité du presbytère-chapelle. L'église est localisée dans le coeur villageois de la paroisse de Saint-Anselme et constitue un élément marquant du paysage anselmois notamment de par la visibilité de son clocher. La conception de l'église fut accordée à l'architecte diocésain M. Thomas Baillairgé, les travaux de construction furent confiés à M. François Audet. M. André Paquet, architecte décorateur, reçu un mandat pour la finition des ouvrages de menuiserie et de sculpture. Cette église catholique a toujours été utilisée comme lieu de culte. Jusqu'à tout récemment, le bâtiment avait conservé sa vocation d'origine (messes, cérémonies ou offices religieux), mais servait également de salle communautaire. »

L'église de Saint-Anselme présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. « L'architecture de l'église de Saint-Anselme est marquée par l'utilisation du style néoclassique et les techniques de construction traditionnelle du Bas-Canada qui caractérise les projets de Thomas Baillairgé. [...] Le bâtiment a conservé plusieurs de ses caractéristiques d'origine, notamment son revêtement extérieur, son clocher, ses fenêtres et les portes extérieures. »

Source: Municipalité de Saint-Anselme, 2020

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église de Saint-Anselme comprennent, notamment :
« - le clocher principal à la canadienne avec tôle d'ornementation associé au style de Thomas Baillairgé;
- [l']ornementation des ouvertures en bois et le revêtement extérieur en maçonnerie de pierre;
- [les] portes avant de type traditionnel à caissons, [les] montants et traverses en bois peint;
- [les] fenêtres intérieures traditionnelles en bois peint et [les] fenêtres extérieures traditionnelles en bois recouvertes de tôle d'aluminium et leur volumétrie;
- la symétrie et les proportions des façades extérieures, des fenêtres et des portes;
- la toiture de tôle pincée et les murs extérieurs en pierre. »

Source: Municipalité de Saint-Anselme, 2020

Haut de la page

Informations historiques

Le territoire actuel de Saint-Anselme commence à se peupler vers les années 1780-1790. Pour les services de la religion, les gens fréquentent alors l'église de Saint-Henri construite en 1782, ou la petite église de Saint-Gervais, datant de la fin du 18e siècle. En 1825, des propriétaires adressent une pétition à l'archevêque de Québec, lui demandant d'ériger une paroisse pour la partie du territoire de la seigneurie de Lauzon située au sud de Saint-Henri. En novembre 1827, la paroisse de Saint-Anselme est érigée canoniquement et il est alors convenu que le futur temple soit élevé au lieu nommé « Le Bassin de la rivière Etchemin ». La municipalité sera pour sa part érigée en 1845. Ce toponyme aurait, semble-t-il, été choisi pour honorer la mémoire de l'archevêque Anselme de Cantorbery en Angleterre. Né à Aoste (Italie) en 1033, il vécut longtemps à l'abbaye du Bec en Normandie et devint ensuite archevêque de Cantorbery. Il décéda en 1109.

L'année 1829 marque le début des constructions liées à la pratique du culte. Une chapelle-presbytère sera construite selon les plans de l'architecte Thomas Baillairgé et de son mentor l'abbé Jérôme Demers, vicaire général à l'archevêché. Tout le bas du bâtiment sera réservé au culte, alors qu'à l'étage, le curé aura son appartement et les habitants leur salle. C'est François Audet dit Lapointe, alors domicilié à Saint-Charles où il vient de terminer l'agrandissement de l'église, qui aura le contrat de construction. En 1846, on entreprend la construction d'une vraie église qui sera terminée en 1850. Quelques années plus tard, toujours selon les plans de Baillairgé, la grande chapelle-presbytère devient presbytère seulement. Le charpentier et entrepreneur François Audet, décédé en mars 1855, est inhumé avec son épouse sous l'église.

L'église dont le plan au sol est en forme de croix latine, avec un choeur en saillie et une abside en hémicycle. La façade, les murs extérieurs et la longue sacristie terminée par une chapelle sont en pierre et la couverture en tôle pincée. La chambre des cloches est située dans la section du bas du clocher à double lanternon. À l'intérieur de l'église, les murs sont en plâtre alors que la voûte, formant un arc surbaissé et décorée de maintes gloires, est en bois. La nef comporte un seul vaisseau et une tribune faisant saillie est installée à l'arrière. Conçues par le même architecte et édifiées par le même entrepreneur, les façades des églises de Saint-Anselme et de Saint-Charles sont presque identiques avec une fenêtre palladienne surmontant la corniche au-dessus des grandes portes et un oeil-de-boeuf plus haut sous le pignon. André Paquet, un natif de Saint-Charles, se verra confier le décor intérieur de l'église, de style corinthien.

Font aussi partie de l'héritage patrimonial religieux le magnifique presbytère à neuf lucarnes de chaque côté du toit recouvert en tôle à la québécoise. Du côté sud de l'église, le cimetière et sa chapelle funéraire de briques rouges construite en 1908. Une allée sinueuse conduit à quatorze épitaphes qui forment les stations du chemin de croix, menant vers un calvaire en granit gris. Une élégante clôture en fonte, coulée sur place, fut installée en 1907. (Source : SHB)

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Bellechasse

Municipalité :

  • Saint-Anselme

Adresse :

  • 115, rue Principale

Latitude :

  • 46° 37' 43.6"

Longitude :

  • -70° 58' 19.4"

Désignation cadastrale :

  • Lot 3 376 390

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • ASSELIN, Gisèle, Yvan GRAVEL, Jean-Pierre LAMONDE et Paul ST-ARNAUD. Patrimoine religieux de Bellechasse. Québec, Les Éditions GID, 2009. 324 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013