Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Massicotte, Édouard-Zotique

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Sainte-Cunégonde (Montréal), le 24 décembre 1867, Édouard-Zotique Massicotte est le fils d'Édouard Massicotte, cordonnier, et d'Adèle Bertrand.

Massicotte étudie à l'Académie du Plateau, au collège Sainte-Marie et à l'Université de Montréal, où il obtient sa licence de droit. Il amorce ensuite une carrière d'avocat, mais délaisse rapidement cette profession pour le journalisme.

Massicotte collabore à différents journaux montréalais à partir de 1886. Il est un membre fondateur de l'École littéraire de Montréal en 1895 et est directeur du journal Le Monde illustré à partir de 1898.

En 1911, Massicotte devient archiviste du district judiciaire de Montréal. Il publie ensuite de nombreux livres et articles sur l'histoire de la ville de Montréal. L'intérêt de Massicotte pour l'histoire le pousse également à entamer d'importantes recherches sur la généalogie et le folklore. À partir de 1917, avec Marius Barbeau, il collige des chansons folkloriques canadiennes. Massicotte s'implique également dans les organismes de conservation du patrimoine qui se mettent en place à cette époque et est membre de la Commission des monuments historiques de Québec et vice-président de la Société d'archéologie de Montréal.

Massicotte collabore à de nombreuses revues savantes. Il est membre de la Société royale du Canada en 1920. Cet organisme lui décerne la médaille Tyrrell en 1936. La même année, il est parmi les membres fondateurs de la Société des Dix. Il collabore également aux Bulletin des Recherches historiques, aux Soirées du bons vieux temps (1919) et à la création des Soirées de famille au Monument national (1920).

Auteur prolifique, Massicotte publie de la littérature dans sa jeunesse, notamment la pièce de théâtre Les cousins du député (1897). Sur le plan historique, ses publications étudient principalement Montréal, le folklore et la généalogie, notamment La Cité de Sainte-Cunégonde à Montréal, notes et souvenirs (1893), Armorial du Canada français (1915), Faits curieux de l'histoire de Montréal (1922) et Le Costume civil masculin à Montréal au dix-septième siècle (1939). Il publie par ailleurs des traités de botanique, dont Cent fleurs de mon herbier... (1912).

Il est décédé à Montréal, le 8 novembre 1947. Il est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Neiges de Montréal.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec [En Ligne]. http://www.memoireduquebec.com/
  • KAREL, David. « Massicotte, Edmond-Joseph ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • POTVIN, Gilles. « Massicotte, Édouard-Zotique ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • s.a. Fonds Édouard-Zotique Massicotte. s.l. s.d. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013