Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle du cimetière

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Saint-Raymond

Date :

  • 1915 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles de cimetière et charniers)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Images

Carte

Description

La chapelle du cimetière est un petit lieu de culte de tradition catholique construit en 1915. Le bâtiment en brique, sur une fondation en moellon, se compose d'une nef de plan rectangulaire terminée par une abside à cinq pans. Un toit aigu à deux versants droits le coiffe. Un petit clocher surmonte le faîte en son centre. La chapelle est située au milieu d'un cimetière catholique, qui compte plusieurs arbres matures, dans la municipalité de Saint-Raymond.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Raymond) 2002-05-06
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle du cimetière présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Construite en brique, elle se démarque par la qualité de son architecture. La chapelle s'élève au milieu du cimetière catholique de Saint-Raymond. De petites dimensions, elle se caractérise d'abord par sa nef de plan rectangulaire, terminée par une abside à cinq pans, et par son toit aigu à deux versants droits. Un petit clocher est posé au centre de l'arête faîtière. Il est composé d'une chambre des cloches surmontée d'une courte flèche couronnée d'une boule d'amortissement en forme de fleur de lys. Un escalier en béton, à volée simple, muni de rampes en tuyau de métal, mène au perron. L'ornementation de la chapelle puise au courant néogothique. Elle compte notamment, en façade, un grand oculus en pierre de taille garni d'une rosace en bois rayonnant autour d'un quatrefeuilles aveugle. Elle comprend en outre des ouvertures en forme d'arcs brisés. La chapelle possède aussi des soupiraux dans l'alignement des grandes fenêtres au niveau de la fondation. Ceux-ci sont rectangulaires et ont des plates-bandes en brique peintes en blanc et des appuis en pierre de taille. Entre l'oculus et le portail, une pierre de taille portant la date « 1915 » est insérée dans la maçonnerie en brique. Des contreforts garnis de larmiers en pierre de taille encadrent la façade et rythment les longs pans. L'avant-toit est orné d'une corniche moulurée. Le décor compte aussi les pinacles surmontant, en façade, les doubles contreforts d'angle en équerre. Ceux-ci se trouvent couronnés de boules d'amortissement pareilles à celle du clocher. Une croix dont les rampants sont ornés de crochets est placée au faîte du pignon. Le toit, le petit clocher, les pinacles, les ornements sculptés et la mouluration de l'avant-toit sont recouverts de tôle galvanisée. La valeur architecturale de la chapelle du cimetière repose également sur sa représentativité par rapport aux chapelles de cimetière. Ce type de lieu de culte se trouve parfois dans les cimetières paroissiaux catholiques du Québec. Il prend souvent l'apparence d'une petite église. La chapelle de cimetière peut remplir différentes fonctions, dont celles de lieu de recueillement et d'inhumation. Celle du cimetière de Saint-Raymond est caractéristique de ce type par son apparence d'église paroissiale et sa nef dotée d'un choeur en abside logeant un autel.

La chapelle du cimetière présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec Honoré-Côme Beaupré. Ce dernier est le constructeur de la chapelle, et il marque le paysage architectural de Saint-Raymond entre 1900 et 1960. Ce menuisier participe, entre autres, à la construction de l'église paroissiale actuelle et de plusieurs autres édifices institutionnels comme le presbytère, l'école Larue, l'hôpital, les écoles de rang Notre-Dame et de Chute-Panet ainsi que la première caisse populaire. Il participe aussi à la construction de plusieurs résidences privées. La chapelle du cimetière est l'une de ces réalisations marquantes.

Source : Municipalité de Saint-Raymond, 2007.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de la chapelle du cimetière liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont ses petites dimensions, la nef de plan rectangulaire, l'abside à cinq pans, le toit aigu à deux versants droits, le petit clocher posé au centre de l'arête faîtière;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en brique rouge, les moellons grossièrement taillés des fondations, la pierre de taille de plusieurs éléments architecturaux et décoratifs, la tôle galvanisée du clocher, du toit (posée à la canadienne) et des ornements, le bois des ouvertures;
- ses ouvertures, dont la porte à double vantail surmonté d'un tympan à panneaux vitré, les fenêtres en arc brisé, l'oculus garni d'une rosace rayonnant autour d'un quatrefeuilles aveugle, les fenêtres du soubassement;
- son petit clocher composé d'une chambre des cloches, de plan carré, surmontée d'une courte flèche couronnée d'une boule d'amortissement en forme de fleur de lys;
- son ornementation, dont les contreforts dotés de larmiers en pierre de taille, la corniche moulurée et, recouverts de tôle galvanisée, les pinacles couronnés de boules d'amortissement pareilles à celle du clocher, la croix, les rampants du toit garnis de crochets;
- sa situation au milieu d'un cimetière catholique comptant plusieurs arbres matures.

Haut de la page

Informations historiques

L'érection canonique de la paroisse de Saint-Raymond-Nonnat date de 1842. Le cimetière, avant son déménagement, fait partie intégrante du village, et il se trouve à proximité de l'ancienne église, au bord de la rivière. En 1900, une nouvelle église est érigée selon les plans de l'architecte Georges-Émile Tanguay (1858-1923). En 1907, le cimetière catholique de Saint-Raymond est déménagé à l'emplacement actuel. Monseigneur François-Xavier Faguy procède à sa bénédiction le 1er septembre 1907.

Quatre ans plus tard, un chemin de croix où sont gravés les noms des familles donatrices est inauguré. En juillet 1915, les premières corvées s'amorcent, et la chapelle du cimetière est bientôt mise en construction. La pierre provient de la carrière d'Homède Déry et la brique de la briqueterie d'Élie Paradis. Le 17 octobre 1915, monseigneur Paul-Eugène Roy bénit la cloche de la chapelle; cette cloche est nommée « Paul-Eugène » en son honneur. Un an plus tard, il revient à Saint-Raymond pour bénir la chapelle.

C'est au menuisier Honoré-Côme Beaupré qu'est confiée la construction de la chapelle. Ce dernier marque le paysage architectural de Saint-Raymond entre 1900 et 1960. Il participe, entre autres, à la construction de l'église paroissiale actuelle et de plusieurs autres édifices institutionnels comme le presbytère, l'école Larue, l'hôpital, les écoles de rang Notre-Dame et de Chute-Panet et la première caisse populaire. Il collabore en outre à la construction de plusieurs résidences privées de Saint-Raymond.

Pendant un temps, la chapelle du cimetière sert de charnier en période hivernale. Plus tard, elle est utilisée comme atelier par le graveur de pierres tombales. Enfin, des années 1980 jusqu'au début des années 2000, une messe y était célébrée le dernier jeudi de chaque mois durant l'été.

La chapelle du cimetière est citée en 2002. Avec sa gracieuse silhouette encadrée de grands arbres matures au milieu du cimetière de Saint-Raymond, elle est devenue un élément marquant du paysage architectural de la région.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Saint-Raymond

Adresse :

  • avenue Saint-Jacques

Localisation informelle :

Situé sur l'avenue Saint-Jacques à 500 mètres au nord du pont de la rivière Sainte-Anne.

Latitude :

  • 46° 53' 33.4"

Longitude :

  • -71° 50' 30.7"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Saint-Raymond Absent 41 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOURQUE, Hélène et Paul LABRECQUE. Les églises et les chapelles de Portneuf. Cap-Santé, MRC de Portneuf, 2000. 75 p.
  • GENOIS, Gaétan, dir. Saint-Raymond, au coeur de la rivière Sainte-Anne. Fêtes du 150e, 1842-1992. Saint-Raymond, 1992. 240 p.
  • LANGLOIS, Stéphanie et Danielle LAROSE. Étude ethnologique et architecturale Chapelle du cimetière, Saint-Raymond. Saint-Raymond, 2001. 10 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013