Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Ancien presbytère de Sainte-Angélique

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Bibliothèque municipale
  • Presbytère

Région administrative :

  • Outaouais

Municipalité :

  • Papineauville

Date :

  • 1882 – (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Mission curiale)
  • Patrimoine religieux (Vie quotidienne)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Presbytères et bâtiments associés)

Éléments associés

Personnes associées (2)

Images

Carte

Description

L'ancien presbytère de Sainte-Angélique est une maison curiale érigée en 1882. De plan rectangulaire, il s'élève sur deux étages et est ceinturé d'une galerie couverte sur deux côtés. Les façades sont revêtues de briques alors que les toits mansardés à quatre versants sont recouverts de tôle. Le bâtiment, voisin de l'église de Sainte-Angélique, est implanté en retrait de la voie principale. L'ancien presbytère de Sainte-Angélique est situé dans le noyau villageois de la municipalité de Papineauville.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Papineauville) 1989-02-20
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'ancien presbytère de Sainte-Angélique présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment est un exemple de maison mansardée, un type d'habitation découlant de l'architecture Second Empire. Ce style, élaboré en France au milieu du XIXe siècle, est introduit rapidement aux États-Unis, puis au Canada, grâce aux revues et catalogues d'architecture. La maison mansardée plaît pour ses qualités esthétiques, mais aussi pour les avantages de sa toiture qui offre plus d'espace sous les combles. Elle apparaît dans les milieux urbains et ruraux au Québec, durant le dernier quart du XIXe siècle. En plus des toits mansardés à quatre versants percés de lucarnes, le presbytère se caractérise par ses fenêtres cintrées et sa galerie couverte. La toiture distinctive et le volume de ce bâtiment construit en 1882 contribuent à évoquer la prestance et la notoriété d'une maison curiale. L'ancien presbytère de Sainte-Angélique témoigne de l'importance de l'Église au Québec à la fin du XIXe siècle.

L'ancien presbytère de Sainte-Angélique présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Le bâtiment est érigé sur un terrain donné par Angélique-Louise Cornud (1785-1870), épouse de Denis-Benjamin Papineau (1789-1854), agent seigneurial et membre de la famille d'hommes politiques bien connus. La paroisse porte d'ailleurs le nom de sa bienfaitrice. Le bâtiment, tout comme l'église adjacente, est implanté en retrait de la route principale. La position surélevée de l'édifice, attribuable à la dénivellation du terrain, accentue sa visibilité. De plus, le presbytère est orienté vers la rivière des Outaouais. La localisation de l'ancien presbytère de Sainte-Angélique au coeur de la municipalité de Papineauville rappelle l'importance de la religion dans la société québécoise au début du XXe siècle.

L'ancien presbytère de Sainte-Angélique présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec le chanoine Georges Bouillon (1841-1932). La maison curiale est élevée selon les plans du chanoine. Né à Saint-Germain de Rimouski, Bouillon entre au Collège d'Ottawa, l'actuelle Université d'Ottawa, en 1867 et il y fait son cours classique. Parallèlement, il enseigne le dessin à des élèves du cours commercial. Son supérieur le remarque et lui offre son premier contrat consistant à produire les plans du décor intérieur de l'église Notre-Dame-de-Grâce de Hull. En 1872, Georges Bouillon entre au Grand Séminaire de Montréal afin de terminer ses études théologiques. Il est ordonné prêtre en 1874, puis retourne à Ottawa. Il conçoit les plans de plusieurs églises et presbytères surtout dans la région de la capitale canadienne. Entre 1883 et 1885, il voyage en Europe, en Turquie, en Palestine, au Maroc et en Algérie, où il visite les grands monuments religieux. Il est nommé chanoine en 1889 et prélat ecclésiastique en 1924. L'ancien presbytère de Saint-Angélique rappelle la contribution du chanoine Georges Bouillon au parc immobilier du diocèse d'Ottawa.

Source : Municipalité de Papineauville, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'ancien presbytère de Sainte-Angélique liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- son volume, dont le corps de logis principal de plan rectangulaire, l'annexe arrière, l'élévation sur deux étages, les toits mansardés à quatre versants et la galerie couverte;
- ses matériaux, dont le soubassement en pierre, le parement en brique, les toitures en tôle à la canadienne et à baguettes ainsi que les éléments ornementaux et architecturaux en bois;
- ses ouvertures, dont la porte principale vitrée encadrée par une imposte et des baies latérales, les portes secondaires semi-vitrées, les fenêtres à guillotine ou à battants, les fenêtres à arc en plein cintre ainsi que les lucarnes à fronton (certaines percées d'étroites fenêtres rectangulaires);
- son ornementation, dont les linteaux, les appuis, les appliques menuisées et la corniche;
- les trois souches de cheminées;
- sa situation sur un terrain paysager, en retrait de la route principale;
- sa localisation, voisin de l'église, au coeur du noyau villageois de la municipalité de Papineauville.

Haut de la page

Informations historiques

L'ancien presbytère de Sainte-Angélique fait partie de la seigneurie de La Petite-Nation concédée par la Compagnie des Indes occidentales en 1674 à Mgr François de Laval (1623-1708), premier évêque de Québec. En 1689, ce dernier cède sa seigneurie au Séminaire de Québec. Entre 1801 et 1803, cette propriété est vendue à Joseph Papineau (1752-1841), député à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada. Dès 1808, ce dernier nomme son fils Denis-Benjamin (1789-1854) pour administrer le domaine où des colons se sont installés. En 1817, Joseph Papineau vend la seigneurie à son fils aîné Louis-Joseph (1786-1871), homme politique qui dirige un peu plus tard le Parti patriote. Les deux frères participent activement à la création des paroisses sur leur seigneurie.

La paroisse de Sainte-Angélique est créée en 1851 et érigée canoniquement en 1853 par détachement de celle de Notre-Dame-de-Bon-Secours (1828). Le nom de la nouvelle paroisse est choisi en hommage à Angélique-Louise Cornud (1785-1870), épouse de Denis-Benjamin Papineau, laquelle a fait don d'un terrain afin de construire l'église et le presbytère. Cette même année, les registres sont ouverts, un premier temple est construit, les plans du village sont tracés et la Commission scolaire de Sainte-Angélique est fondée. C'est également en 1853 que le bureau de poste, qui porte alors le nom de Petite-Nation, prend le nom de Papineauville. En 1855, la municipalité de la paroisse de Sainte-Angélique est créée. Dès 1859, une deuxième église est érigée alors que la première chapelle est déménagée afin de servir de résidence privée. Parallèlement, en 1862, le premier presbytère est bâti.

Sous la cure de l'abbé Éphrem Rochon (1850-1914) de 1880 à 1914, l'église et le presbytère actuels sont édifiés. En 1882, le premier presbytère devient la maison du bedeau et la deuxième maison curiale est élevée selon les plans de l'architecte et prêtre Georges Bouillon (1841-1932). La municipalité du village de Papineauville se détache de la paroisse de Sainte-Angélique en 1896. L'actuelle église est construite en 1902 et 1903. En 1985, le presbytère est converti en bibliothèque.

L'ancien presbytère de Sainte-Angélique est cité en 1989.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Outaouais

MRC :

  • Papineau

Municipalité :

  • Papineauville

Adresse :

  • 294, rue Papineau

Latitude :

  • 45° 37' 3.7"

Longitude :

  • -75° 1' 7.8"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Papineau Paroisse de Sainte-Angélique Absent 251-P
252-P

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • LEGROS, Hector. Le diocèse d'Ottawa, 1847-1948. Ottawa, Imprimerie Le Droit, 1949. 209 p.
  • s.a. Album souvenir du 75e anniversaire de la paroisse de Sainte-Angélique de Papineauville le 25 juin 1928, 1853-1928. Québec, 1928. 47 p.
  • s.a. Album souvenir, Centenaire de Papineauville 1853-1953, 14 juin. Québec, 1953. s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013