Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Église Saint-Hilaire

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Chaudière-Appalaches

Municipalité :

  • Saint-Hilaire-de-Dorset

Date :

  • 1916 – 1918 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Usage :

  • Services et institutions (Églises, temples, synagogues et mosquées)

Éléments associés

Groupes associés (2)

Personnes associées (1)

Inventaires associés (1)

Images

Carte

Description

L'église Saint-Hilaire est un lieu de culte de tradition catholique érigé de 1916 à 1918. L'édifice présente un plan en croix latine composé d'une nef rectangulaire, d'un transept et d'un choeur plus étroit terminé par un chevet plat. Il est coiffé d'un toit à deux versants droits. La façade comporte un porche ouvert dans-oeuvre et est encadrée de deux tours clochers surmontées d'un dôme. Une sacristie en appentis flanque le choeur sur deux côtés. L'église est située en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé à proximité du presbytère, dans le noyau villageois de la municipalité de Saint-Hilaire-de-Dorset.

Ce bien est cité immeuble patrimonial. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure du bâtiment.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Citation Immeuble patrimonial Municipalité (Saint-Hilaire-de-Dorset) 1993-05-03
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

L'église Saint-Hilaire présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Elle témoigne d'une période de croissance de la localité. Le canton de Dorset est proclamé dès 1799. Cependant, les premiers habitants, originaires de Bellechasse, s'installent dans les environs seulement vers 1860. La population croît lentement. Vers la fin du XIXe siècle, divers services sont instaurés, comme le bureau de poste, ouvert en 1891. La population atteint un sommet historique en 1901; la localité compte alors 544 habitants. Le nombre de fidèles étant désormais suffisant, la paroisse catholique est érigée canoniquement en 1914, sous le vocable de Saint-Hilaire-de-Dorset. Le lieu de culte actuel est mis en chantier deux ans plus tard. L'église Saint-Hilaire constitue donc un témoin important du développement de la localité et de la paroisse au début du XXe siècle.

L'église Saint-Hilaire présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Elle témoigne de l'influence du courant éclectique dans l'architecture religieuse au tournant du XXe siècle. L'éclectisme est un assemblage d'éléments architecturaux et ornementaux puisés dans divers styles historiques et associés plus librement, dans une recherche de monumentalité et d'effets visuels nouveaux. L'Église catholique québécoise y recourt souvent pour la construction de ses lieux de culte, à partir de la fin du XIXe siècle. L'église Saint-Hilaire est représentative de ce courant par son volume complexe comprenant notamment deux tours clochers en saillie ainsi qu'un porche ouvert dans-oeuvre. Elle s'y rattache également par l'emploi d'éléments issus de différents styles, comme les ouvertures cintrées ou rectangulaires, les frontons, la frise à arcature, les clefs décoratives et les bandeaux. L'ornementation concentrée essentiellement sur la façade et les clochers traduit la recherche de monumentalité propre à l'architecture éclectique. Par ailleurs, l'édifice présente un parement en tuiles d'amiante-ciment, un matériau populaire pour les lieux de culte en milieu rural. L'église de Saint-Hilaire constitue donc un exemple représentatif de celles érigées au début du XXe siècle.

L'église de Saint-Hilaire présente également un intérêt patrimonial pour ses valeurs architecturale et historique reposant sur son association avec l'architecte Lorenzo Auger (1879-1942). Auger fait ses études d'architecture à l'Université McGill, à Montréal. Il est admis à l'Association des architectes de la province de Québec en 1904. Auger établit aussitôt son bureau à Lévis, d'où il est originaire. Il conçoit de nombreux bâtiments dans cette ville, dont une quarantaine de résidences, des commerces et des édifices publics. L'architecte dessine également les plans de plusieurs édifices religieux, dont le monastère des Soeurs Adoratrices du Précieux-Sang à Lévis (1908), la chapelle L'Oasis-Notre-Dame à Saint-Léonard-de-Portneuf (1925) ainsi que l'église Saint-Jean-Baptiste à Donnacona (1926 et 1927). Lorenzo Auger devient président de l'Association des architectes de la province de Québec en 1923. L'église Saint-Hilaire témoigne de l'influence de cet architecte de grande renommée dans le paysage bâti de Saint-Hilaire-de-Dorset.

Source : Municipalité de Saint-Hilaire-de-Dorset, 2009.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques de l'église Saint-Hilaire liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- son implantation en retrait de la voie publique, sur un terrain dégagé à proximité du presbytère, au coeur du noyau villageois;
- son volume, dont le plan en croix latine composé d'une nef rectangulaire, d'un transept et d'un choeur plus étroit terminé par un chevet plat ainsi que le toit à deux versants droits;
- les matériaux, dont les fondations en granit à bossage, le parement en tuiles d'amiante-ciment, la couverture des clochers en tôle ainsi que les éléments architecturaux et ornementaux en bois;
- les caractéristiques de la façade, dont les deux tours clochers latérales de plan carré (surmontées d'une chambre des cloches et d'un dôme polygonal ainsi que d'une croix), le porche ouvert dans-oeuvre, les portails (constitués d'une porte à panneaux à simple ou double vantail ainsi que d'un tympan cintré vitré), la rosace, les fenêtres cintrées ou rectangulaires, les chambranles, les frontons, la frise à arcature, les bandeaux, les pilastres, les clefs décoratives et la croix;
- les caractéristiques des longs pans, du transept et du choeur, dont les fenêtres cintrées, les soupiraux, les bandeaux, l'arc cintré aveugle, la corniche moulurée, les clefs décoratives et les croix;
- la sacristie flanquant les murs latéraux du choeur, dont l'élévation d'un étage, le toit en appentis, le portail (doté d'une porte à panneaux et à vitrage ainsi que d'une imposte vitrée), les fenêtres cintrées ou rectangulaires, les chambranles, la corniche et les clefs décoratives;
- la souche de cheminée en brique.

Haut de la page

Informations historiques

L'église Saint-Hilaire est érigée sur le territoire du canton de Dorset, proclamé en 1799. Cependant, les premiers habitants, originaires de Bellechasse, s'installent dans les environs seulement vers 1860. La population croît lentement. Vers la fin du XIXe siècle, divers services sont instaurés, comme le bureau de poste, ouvert en 1891. La population atteint un sommet historique en 1901, la localité compte alors 544 habitants. Le nombre de fidèles étant désormais suffisant, la paroisse catholique est érigée canoniquement en 1914, sous le vocable de Saint-Hilaire-de-Dorset.

Le lieu de culte actuel est mis en chantier en 1916; les plans sont de l'architecte Lorenzo Auger (1879-1942). Celui-ci fait ses études d'architecture à l'Université McGill, à Montréal. Il est admis à l'Association des architectes de la province de Québec en 1904. Auger établit aussitôt son bureau à Lévis, d'où il est originaire. L'architecte conçoit de nombreux bâtiments de cette ville, dont une quarantaine de résidences, des commerces et des édifices publics. Lorenzo Auger dessine également les plans de plusieurs édifices religieux dans la région de Portneuf.

Les travaux sont exécutés par les entrepreneurs A. Gagnon et Frères de Lambton. Le granit des fondations et du parvis provient probablement des carrières de Saint-Sébastien. Celui-ci est vraisemblablement transporté à Saint-Hilaire-de-Dorset par corvées, malgré des chemins peu praticables. Les cloches sont fondues à la Maison Paccard, en France. La construction du lieu de culte est achevée en 1918.

L'église Saint-Hilaire est citée en 1993. Elle est encore ouverte au culte.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Chaudière-Appalaches

MRC :

  • Beauce-Sartigan

Municipalité :

  • Saint-Hilaire-de-Dorset

Adresse :

  • rue Principale

Lieux-dits :

  • Dorset

Latitude :

  • 45° 51' 52.9"

Longitude :

  • -70° 51' 26.6"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Frontenac Canton de Dorset Rang 2 18 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURVILLE, Serge, dir., Pierre C. POULIN, dir. et Barry RODRIGUE. Histoire de Beauce-Etchemin-Amiante. Les Régions du Québec, 16. Sainte-Foy (Québec), Institut québécois de recherche sur la culture, 2003. 1047 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013